Dental Tribune France

Gérer le stress au XXIe siècle : une perspective pour la profession dentaire

By Ros Edlin, Royaume-Uni
October 12, 2010

"Il est clair que nous fonctionnons mieux quand nous contrôlons la situation"

Demandez au quidam de la rue son avis si, oui ou non, les dentistes ressentent vraiment le stress et votre question, en toute probabilité, sera considérée avec un regard d'incrédulité et un grognement de dérision. Après tout, le stress n'est-t-il pas le domaine du pauvre patient plutôt que des dentistes argentés, à grand train de vie, conduisant une Porsche? Un avis, alimenté par les médias, qui peut être vrai pour une minorité de dentistes mais, pour la majorité, c'est une vision entièrement inexacte de la dentisterie aujourd'hui.

Ce qui est vrai, toutefois, c'est que la dentisterie a été identifiée comme une des plus stressantes professions de santé. Une étude récente réalisée par HL Myers et LB Myers, effectuées en utilisant une étude croisée anonyme sur 2 441 dentistes du Royaume-Uni, a révélé que 60 % des dentistes ont indiqué être nerveux, tendus ou déprimés, 58,3 pour cent ont signalé des maux de tête, 60 % ont signalé des difficultés pour dormir et 48.2 % ont déclaré se sentir fatigué, sans raison apparente — tous signes probablement dus au stress lié au travail.

Alors pourquoi les dentistes sont-ils si sensibles au stress? Non seulement, ils sont tenus de travailler de manière complexe dans une partie sensible et intime de l'organisme, assis dans la même position pendant de longues périodes heures, mais ils ont aussi d'être responsable du bon fonctionnement du cabinet, tant en ce qui concerne le personnel que les patients, ainsi que la gestion de l'aspect financier. Ajouté à cela sont les demandes et attentes croissantes des patients et le sentiment constant du retard. Comme si ce n'était pas assez, ils se doivent d'assurer qu'ils maintiennent l'excellence clinique, six aux yeux des organismes de réglementation. Face à tous ces facteurs, et pour la plupart, n'ayant pas reçu de formation particulière, par exemple, la gestion des ressources humaines ou la gestion financière, il est peu étonnant que de nombreux dentistes sont victimes de stress, de maladies professionnelles, soit mentales, physiques ou les deux.

Le stress lui-même n'est pas une maladie mais est, selon la définition du Health and Safety Executive [HSE], «l'effet indésirable sur des personnes soumises à une pression excessive ou d'autres types de demande qui leur sont imposées». Le HSE «apporte une importante distinction entre les effets bénéfiques de la pression raisonnable et du défi (qui peuvent être stimulantes, motiver et peut donner un « coup de fouet ») et le stress " usant", qui est la réaction naturelle mais affligeante, à des demandes ou de «pressions» que la personne perçoit qu'elle ne peut faire face à aucun moment donné." Le concept de la perception est particulièrement pertinent quand, face à une même situation, une procédure difficile ou un patient difficile, un dentiste peut relever le défi alors que d'autres vont trembler dans leurs chaussures! S'appliquent également à la définition du stress, les notions de contrôle et de changement.

Il est clair que nous fonctionnons le mieux quand nous avons le contrôle de nos circonstances; quand nous estimons que nous sommes responsables de nos succès ou échecs, en raison de nos propres qualités intrinsèques. Cela pourrait aussi inclure la responsabilité du bien-être, et des patients et du personnel.
Comme est souvent le cas, cependant, la bureaucratie atténue contre ce sentiment de contrôle qui pourrait aboutir au stress lié au travail. Le Contrat Dentaire NHS, récent au Royaume-Uni est un exemple type où il peut être discuté que les dentistes ont une perte de contrôle de leur propre destin. Il illustre aussi l'importance de l'engagement dans le processus de changement, pour les meilleurs résultats à réaliser. " L'environnement dentaire d'aujourd'hui ne va pas changer pour accommoder l'individu. C'est l'individu qui doit apprendre à s'accommoder à l'environnement si, lui ou elle, ne veulent pas payer le prix du stress chronique."

Il n'est nul doute que nous avons tous besoin de pressions et des défis, dans nos vies, pour nous organiser le matin et nous stimuler. Ceux-ci peuvent nous galvaniser dans la réalisation de grandes choses, pour travailler à notre niveau le plus productif, mais nous devons être conscients, qu'en ayant des buts ou des espérances peu réalistes peuvent éventuellement entraîner la «loi des rendements décroissants, c'est-à-dire que plus nous nous poussons nous-mêmes à atteindre cet objectif insaisissable, moins bien nous pouvons le réaliser. Cela ne doit pas sous-estimer le frisson d'accomplissement, mais cela vaut la peine de tenir compte des signes d'alarme. Ces signes d'alarme ressemblent aux feux de signalisation dans nos vies. Vert signifie que tout (ou presque tout) va bien avec nous.
Nous aimons notre travail; le cabinet fleurit; nous avons une super équipe et les patients sont reconnaissants. La maison et la vie sociale sont bonnes; les enfants se comportent bien et le soleil brille. Alors, peut-être que vous vous pouvons vous les choses commencent à aller légèrement de travers : votre assistante préférée prend congé, créant du travail supplémentaire pour le reste du personnel et vous laissant vous sentir comme si vous aviez perdu votre bras droit. Vous restez plus tard au cabinet pour rattraper et vous êtes conscient que vous vous sentez plus fatigué que d'habitude. Au cabinet, vous sentez votre concentration baisser légèrement et vous devenez tendu et irritable.

Cette situation peut continuer pendant quelque temps avec, peut-être, d'autres événements arrivant à s'ajouter au mélange, plainte ou maladie de famille, par exemple. À la maison, votre verre du soir de vin se métamorphose en deux ou trois. Vous dormez mal, les relations souffrent et vous commencez à estimer que vous ne pouvez pas faire face. Le feu passe au rouge ! Si les symptômes continuent à s'intensifier jusqu'à l'épuisement absolu, la mauvaise santé et l'incapacité de faire face, il pourrait être souhaitable de chercher l'aide.

La personnalité peut aussi avoir un comportement sur la capacité du dentiste à faire face aux situations stressantes.
Une étude réalisée par le professeur Cary Cooper et al. suggère que les dentistes avaient tendance à présenter un comportement de type A
Les gens avec une personnalité «Type A» ont tendance à être conduits, sont extrêmement ambitieux, impatients, agressifs et intolérants. Ils ont des attentes élevées, pour eux-mêmes et leur entourage. Les personnalités "Type B", bien qu'ils puissent également être ambitieux et fructueux, sont capables de fonctionner d'une façon plus calme et détendue. Les gens peuvent fluctuer entre ces deux comportements : ils sont dits être sur un continuum.

Un cabinet réussi est celui où des stratégies de gestion du stress efficaces sont fermement en place. Cela contribue à l'atmosphère de bien-être et de compétence dans le cabinet.
Son effet positif émane partout : le personnel se sent estimé et motivé et les patients se sentent plus détendus et bienvenus.
Une situation "gagnant-gagnant" pour toute partie concernée. La réalisation de cette situation idéale ne vient pas naturellement à beaucoup de praticiens qui peuvent exiger des conseils. Il peut être nécessaire de considérer ce que vos buts et aspirations sont, tant par rapport à vous-même, que votre cabinet. On espère que certaines des stratégies de sauvegarde qui suivent seront utiles.

En termes de stress, essayez prendre du recul et d'évaluer où vient le stress. Écrit une liste des causes, de la plus stressante à la moins, vous aidera acquérir une certaine perspective sur le problème et peut vous inspirer pour vous attaquer aux questions soulevées. Il est même possible que vous puissiez être la cause du stress! Vous pouvez besoin d'aide en traitant certaines de ces questions. Essayez de ne pas laisser votre fierté bloquer dans la façon d'obtenir l'aide vous avez besoin. Il pourrait également être utile d'employer cette technique avec votre personnel, en leur demandant d'identifier les sources de stress. En ventilant et discutant des griefs, préoccupations et nouvelles stratégies, les différents membres se sentiront partie prenante de l'équipe dentaire et fourniront un soutien mutuel en temps de stress.

Pour l'individu, on recommande aussi les techniques de relaxation. Bien qu'il soit souvent pensé que la relaxation n'est pas compatible avec le travail dans un cabinet dentaire, avec de l'organisation et de la planification, c'est faisable. (Certains pays européens réussissent, avec succès, à l'incorporer dans leur journée de travail). Une condition préalable devrait être une réceptionniste compétente, qui ne remplirait pas votre carnet de rendez-vous si complet que vous n'ayez le temps de respirer, sans parler de l'exercice d'une respiration profonde (qui est excellent pour vous calmer). Prenez un souffle profond (ne le tenez pas) et comptez un, deux trois comme vous exhalez, lentement.

Dans votre vie quotidienne, une période de relaxation est essentielle. Cela devrait être aussi fondamental de prendre des pauses bienfaisantes, le jour que sortir à l'heure du déjeuner écouter de la musique ou bain relaxant. L'importance de la relaxation consiste en ce qu'elle vous permet d'éteindre et recharger vos batteries!

Tout aussi important est l'exercice physique. L'exercice brûle l'adrénaline en excès, résultant du stress, permettant l'organisme de revenir à un état stable. Il peut également accroître l'énergie et l'efficacité. Trouvez un exercice que vous appréciez, ce qui va vous inciter à continuer de le faire.

Équilibrez votre régime alimentaire. Prenez un petit-déjeuner, buvez raisonnablement et prévoyez beaucoup d'eau, pour réhydrater le système. Incluez des glucides complexes (le pain complet, des pommes de terre en chemise) dans votre régime alimentaire, pour neutraliser les sautes d'humeur et mangez des fruits et des légumes pour fournir la vitamine C pour soutenir le système immunitaire.

Gérez votre temps (et vous-même) de façon efficace. Encore une fois, prendre un pas en arrière et examiner votre pratique de travail est essentielle. Avez-vous un temps réservé pour faire face aux urgences et à l'administration? Vous êtes constamment retard, forçant vos niveaux de stress à s'aggraver? Le développement du leadership et les compétences organisationnelles vous permettront de vous sentir plus en contrôle de votre environnement de travail.

Assurez- vous que votre personnel soit correctement formé et conscient de leurs rôles et responsabilités individuels. Encouragez une culture de support mutuel, selon lequel demander de l'aide n'est pas vu comme la faiblesse. Discuter de vos problèmes avec quelqu'un en qui vous avez confiance peut être une telle aide! Comme mentionné précédemment, quelques dentistes peuvent être des praticiens excellents, mais manquant tristement de compétences relationnelles. Une capacité d'écoute est un cadeau. Si vous estimez que vous avez besoin d'un peu de formation dans la communication, il y a beaucoup de cours disponibles.

En incorporant, au moins, certaines de ces stratégies dans votre vie quotidienne et votre vie professionnelle, vous pouvez créer un environnement qui soit dénué de stress et un environnement dans lequel c'est est un plaisir de travailler. Cela pourrait faire la différence entre une bonne et une remarquable pratique. Qui ne le voudrait pas ?

Contact Info
Ros Edlin est une consultante indépendante du stress de Hale, Royaume-Uni
On peut la contacter à ros@stresswatch.co.uk.
 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International