Dental Tribune France

Médecine anti-âge et traitement par un appareil orthodontique : Une approche interdisciplinaire

By Dr Derek Mahony, Australie & Dr Theodore R. B
October 06, 2020

La médecine anti-âge est une discipline médicale qui vise à prévenir, ralentir ou inverser les effets du vieillissement et par conséquent à aider les personnes à vivre plus longtemps et plus sainement. Depuis peu pourtant, une médecine plus factuelle à transformé la lutte contre le vieillissement en une industrie de plusieurs milliards de dollars.

    Article written by:

  • Dr Theodore Belfor
  • Dr. Derek Mahony

Selon BCC Research, un spécialiste des études de marche technologique situé à Wellesley aux Etats-Unis, les dernières décennies ont vu progresser le marché des services et produits anti-âge, jusqu’à devenir un secteur industriel mondial estime à 261,9 milliards de dollars américains en 2013, contre 16 milliards seulement cinq années auparavant.1

Selon la littérature médicale récente et la médecine factuelle, le vieillissement semble être associé à une perte du volume de graisse dans certaines parties du visage et a un changement morphologique du squelette facial. L’augmentation des tissus mous du visage par des injections est devenue une option peu invasive, de plus en plus appréciée par les patients désireux d’améliorer leur esthétique faciale. Le remplacement du volume de tissu mou perdu a ouvert la voie à un traitement plus complet allant jusqu’à un rajeunissement total du visage. Il a été démontré qu’un traitement orthodontique par un appareil orthopédique intraoral (Homeoblock, OrthoSmile) augmente le volume des tissus mous et améliore la symétrie faciale, menant à des modifications tissulaires conformes au concept d’amélioration de l’esthétique faciale.2 Cet appareil peut compléter le protocole de traitement par injections faciales, pour offrir une solution interdisciplinaire relativement non invasive à l’amélioration de la partie moyenne du visage.

Dans cet article, nous expliquons comment le traitement par un appareil orthopédique/ orthodontique, associé à l’injection de produits de comblement dermiques destinés à réduire les ridules/rides et les dépressions faciales, peut apporter l’amélioration souhaitée des tissus mous faciaux.

Nous démontrons également que le changement de volume obtenu par ce traitement combiné peut produire un résultat attrayant, en d’autres termes une apparence beaucoup plus jeune.

Étude de cas

Une patiente d’une soixantaine d’années, en bonne santé générale, nous a consultés avec un réel désir d’améliorer l’aspect de son visage (Fig. 1). Son hygiène buccodentaire était satisfaisante et elle ne présentait aucune maladie parodontale active. Elle souffrait de maux de tête et un examen clinique a révélé un déplacement discal avec réduction du côté droit, associé à une limitation de l’ouverture de la mâchoire (ouverture maximale de 38 mm). La ligne médiane maxillaire était décalée de 2 mm vers la droite et se réalignait lors d’une ouverture inferieure a 10 mm, indiquant un déplacement mandibulaire du même côté. Un appareil Homeoblock, pourvu d’un bloc de surélévation occlusal de 5 mm du côté droit (pour alléger la pression sur l’articulation temporo-mandibulaire), a été fabriqué et mis en place (Fig. 2). Un mordu sur le bloc libérait l’engrènement des dents et les muscles réalignaient la mandibule de sorte que la ligne médiane se réalignait aussi correctement.

Les maux de tête ont disparu en l’espace de trois semaines et l’ouverture maximale de la mâchoire a augmenté jusqu’à 42 mm. La patiente a porté le Homeoblock pendant neuf mois.

Le traitement a été suivi à l’aide de photographies intraorales et extraorales ainsi que d’une analyse stéréophotogrammétrique 3D. Des photographies 3D extraorales numériques ont été prises au moyen d’un système d’imagerie faciale 3D (3dMD).

L’imagerie faciale (3dMD/Kodak) et la stéréophotogrammétrie ont été utilisées pour produire un modèle numérique cliniquement précis de la surface du visage de la patiente.

Le système d’imagerie fait appel à une technique de stéréotriangulation, pour identifier les caractéristiques externes de la surface à partir d’au moins deux caméras.

Cette approche consiste à projeter un motif unique de points lumineux aléatoires qui sert de base à la triangulation géométrique 3D. La capture prend moins de 2 ms par image. Le traitement des données permet le calcul d’une moyenne quadratique très précise (< 0,5 mm) de la distance mesurée et de créer ainsi un modèle numérique de la patiente qui est prêt pour l’utilisation clinique immédiate. L’utilisation de la stéréophotogrammétrie pour quantifier la morphologie faciale a été évoquée dans une étude publiée dans Journal of Dentistry en 1996.3

Selon les conclusions de l’étude, ≪ la stéréophotogrammétrie est une technique d’enregistrement 3D appropriée pour quantifier et détecter les modifications morphologiques faciales ≫.3

L’évaluation du visage de la patiente durant les neuf mois du port de Homeoblock pour traiter sa dysfonction temporo-mandibulaire a montré un changement de la morphologie de son visage (Fig. 3). Une analyse morphométrique a été réalisée en superposant les images 3D avant et après le traitement au moyen d’une modélisation par éléments finis. Des milliers de points de références triangulaires ont été utilisés pour définir le changement. La zone de couleur bleue n’indiquait aucun changement et les zones de couleur rouge orange montraient une augmentation de la dimension atteignant jusqu’à 2,9 mm. Nous avons observé un volume accru au-dessus et au-dessous des yeux, de la région zygomatique, de la lèvre supérieure, et des régions englobant les commissures labiales et les bajoues. Sur les photographies du visage, nous pouvions remarquer une réduction des ridules, des rides et des dépressions (Figs. 4 et 5).

Après neuf mois, les changements faciaux de la patiente l’ont incitée à passer aux injections de produits de comblement dermiques. Elle a reçu 1 ml de Restylane (Galderma) pour améliorer la lèvre et deux injections de 1,3 cc de Radiesse (Merz Aesthetics) dans les régions des commissures et des bajoues, dans l’ovale du visage et dans les bords inférieurs et latéraux de l’os zygomatique (Fig. 6).

Résultats

Après le traitement, le visage de la patiente semblait plus jeune, les pommettes étaient mieux définies et l’ovale plus ferme. La peau était plus lisse et comportait moins de ridules, de rides et de dépression (Figs. 7a et b).

Discussion

Les changements faciaux découlant de l’expansion maxillaire sont bien décrits par Singh : ≪ La taille (et/ou la masse) du complexe maxillaire présente une modification ainsi qu’une augmentation de la complexité structurale associée à un processus biologique.≫4 L’expansion maxillaire active vraisemblablement des gênes ostéoblastiques associés à un dépôt osseux actif et il s’ensuit un remodelage de la matrice spatiale.4 En ce qui concerne le changement périoculaire, il faut rappeler que le maxillaire forme le plancher de l’orbite et la modification squelettique peut être visible après l’expansion.4

En particulier, une modification de la morphologie orbitaire peut se refléter sur la peau du visage : puisque la paupière inférieure est plus tendue, l’angle de l’oeil devient plus horizontal, la largeur du visage augmente, notamment au niveau des sutures zygomatico-maxillaires, et on peut supposer que la forme cranio-faciale non seulement fonctionne mieux, mais parait beaucoup plus attrayante.4 Ces changements ont été documentés chez les enfants chez qui l’expansion maxillaire est un phénomène continu. Le présent article décrit un changement comparable chez une personne dont la croissance est terminée. La combinaison de l’expansion maxillaire et de l’injection de produits de comblement dermiques a conduit à une amélioration très satisfaisante de l’esthétique faciale.

Note de la rédaction : une liste des références est disponible auprès de l’éditeur. Cet article a été publié dans le magazine ortho, international magazine of orthodontics, Vol. 3, numéro 2/2018 et dans le journal Dental Tribune France Vol.12 numéro 5/2020

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International