Dental Tribune France
Clinical
Ostéo-intégration assistée par laser : une diode laser pour la pose d’un implant de type I

May 12, 2016

En général, la pose d’un implant après une extraction dentaire est réalisée lorsque l’alvéole a cicatrisé. Toutefois, en raison de la longue période d’attente avant que le clinicien ne puisse poursuivre le traitement, cette méthode peut avoir des incidences négatives, notamment une perte de hauteur osseuse et un affaissement du tissu mou qui risquent de compromettre fortement l’harmonie du secteur antérieur. C’est pourquoi la pose immédiate d’un implant (type 1) peut être une occasion extraordinaire de préserver l’esthétique. La crainte de l’échec, surtout dans le cas d’une alvéole infectée, représente le principal obstacle au choix de la pose d’un implant de type 1.1–5

La chirurgie guidée pour optimiser l’implantologie

May 11, 2016

La réhabilitation des dents manquantes par des implants dentaires est une discipline prothétique assortie d’une composante chirurgicale. L’évolution de la dentisterie implantaire a mis les considérations de restauration comme directeur du traitement, plutôt que de l’anatomie osseuse comme c’était le cas avant.1 En ce sens, le plan prothétique idéal est conçu au début et toutes les étapes du traitement visent à atteindre l’objectif prothétique prévu. Cependant, bien souvent, il arrive que le lien entre la chirurgie et la prothèse ne soit pas aussi clair, et des implants fonctionnellement intégrés peuvent ne pas correspondre aux besoins du patient en termes de fonction, d’esthétique et de prédictibilité à long terme.2 Il est donc essentiel pour le chirurgien de pouvoir concevoir le meilleur scénario pour la réhabilitation du sourire du patient.

advertisement
Soulevé de sinus et ostéotenseur : le Fractal lift Taux de succès sur une période de 2 à 6 ans

May 11, 2016

L’objectif de cette étude rétrospective a été d’évaluer sur une durée significative le taux de succès de cet implant, dans le cadre d’une utilisation clinique spécifique : soulevé de sinus réalisé par la mise en place de l’implant après préparation ostéogénique.

50 nuances de blanc, l’éclaircissement dentaire jour après jour

May 11, 2016

« Le docteur va vous recevoir dans un instant. » Voici une phrase qui donne des frissons à certains patients, pas ce genre de sensation en montant dans une attraction de fête foraine, mais plutôt l’anticipation de passer un moment déplaisant. En tant que praticiens passionnés par notre travail, notre devoir est de créer une ambiance délicate pour nos invités et leur faire passer un moment agréable. Le meilleur moyen étant de leur proposer un traitement indo- lore, non-invasif et esthétique : l’éclaircissement dentaire, et faire en sorte qu’au moment où le pa- tient entend « le docteur va vous recevoir maintenant » un sourire illumine déjà leur visage.

Restauration de dents antérieures « à emporter »

May 11, 2016

Les aspects esthétiques sont à l’évidence une question très importante lors du traitement de zones fortement exposées, autrement dit, de restauration des dents antérieures. Les patients attendent de plus en plus une image parfaite et ceci s’aligne avec la demande croissante d’une meilleure esthétique. Dans bien des cas, les techniques dentaires directes permettent difficilement de combler ce souhait. L’objectif prioritaire a plutôt toujours été de parvenir à des restaurations qui passaient inaperçues à la distance normale où des interlocuteurs conversent.

advertisement
L’effet photoacoustique en endodontie

May 10, 2016

L’éternel problème de désinfection du système canalaire est toujours d’actualité. La colonisation de l’endodonte n’est pas sans effets négligeables, tant sur l’origine de pathologies induites connues, que sur les destructions tissulaires immédiates, osseuses et parodontales.

Le champ opératoire en endodontie (et ailleurs) : L’élément primordial du succès

May 10, 2016

Les principaux problèmes que le chirurgien-dentiste peut rencontrer au cours de ses traitements sont en général de deux ordres : mécaniques (casses de pièces prothétiques, fractures ou fêlures dentaires, décollements, fracture implantaire...) et sets bactériens (caries, atteintes parodontales, infections endodontiques...)

Péri-implantites et laser Er:YAG

May 10, 2016

La conduite à tenir face à toute péri-implantite doit être en premier lieu une analyse approfondie de la situation clinique et la mise en évidence des causes pour les corriger (hygiène, prothèse, manque de tissu...) et évaluer, s’il est judicieux de traiter ou de déposer les implants. En effet, certaines situations auront une issue plus favorable en ne traitant pas le problème mais en déposant le travail précédent. Cette option permet alors une reconstruction tissulaire qui rendra le nouveau traitement plus prévisible, sur de meilleurs bases.

advertisement
Le laser Er:YAG et ses effets photoacoustiques : le contrôle de l’infection maximal

May 10, 2016

Le laser Er:YAG a été le premier laser médical agrée par la FDA pour les tissus durs et les tissus mous en dentisterie, c’est de loin la longueur d’onde la plus étudiée et qui présente le dossier scientifique le plus intéressant dans notre domaine (Aoki 2015). C’est un outil très polyvalent. Ses effets photoablatifs en font un outil microchirurgical remarquable, mais il est également reconnu pour des propriétés antiseptiques que l’on doit en grande partie à ses effets photoacoustiques (Schwarz 2003) que nous voudrions vous présenter dans cette publication.  

À l’aube de l’intelligence artificielle, comment tirer profit de la technologie pour garder la main sur nos traitements

May 10, 2016

Nous passons beaucoup de temps avant de réaliser une chirurgie implantaire pour convenir d’un emplacement idéal de nos implants, par rapport aux exigences prothétiques, esthétiques et anatomiques. Une fois ces étapes réalisées nous sommes convaincus du bénéfice que le patient obtiendra grâce à ce plan de traitement, et pourtant nous enchaînerons différents gestes à main levée, qui accumuleront petit à petit une somme de déviations, aboutissant à un résultat plus ou moins éloigné de notre projet idéal.

L’harmonisation du plan de traitement prothétique

May 10, 2016

Il arrive qu’un plan de traitement fasse intervenir différents types de prothèses dentaires nécessitant des étapes de réalisation spécifiques. Pourtant, les prothèses odontologiques, aussi variées soient-elles, possèdent des dénominateurs communs permettant d’espérer une bonne intégration fonctionnelle et esthétique. Comment organiser le traitement prothétique pour obtenir le résultat le plus harmonieux et le plus cohérent possible ? Le cas clinique présenté est celui d’une patiente de 40 ans, adressée en consultation de parodontologie par son praticien traitant (Fig. 1). La patiente a été motivée à consulter en raison d’une mobilité accrue de ses dents, et une vestibulo-version récente et rapide de ses incisives maxillaires, ce qui lui procure un inconfort esthétique (Fig. 2). Elle rapporte également des épisodes douloureux de plus en plus fréquents du côté gauche. La patiente ne présente pas de problème de santé particulier. Elle est cependant fumeuse modérée (5 cigarettes par jour) et exprime une certaine anxiété vis-à-vis des soins dentaires. Les dents 27 et 37 sont extraites en urgence puis la patiente est prise en charge pour une réhabilitation globale. Enfin, un bilan radiographique rétro-alvéolaire (Fig. 3) permet de préciser le diagnostic dento-parodontal.  

Une approche minimalement invasive respectueuse des principes biomécaniques des dents

April 21, 2016

Traditionnellement, l’exercice de la médecine dentaire a toujours été un modèle restaurateur. Nous attendions l’apparition spontanée des signes de la maladie, puis nous procédions à la « réparation ». Mais, si nous pouvions au contraire prédire qui est susceptible de développer une maladie et la prévenir avant qu’elle ne survienne ? Quelle serait l’incidence de cette approche sur la santé buccodentaire et même la santé générale du patient ?

advertisement
Le mock-up, un outil quotidien en esthétique dentaire

April 6, 2016

Le wax-up, ou cire de diagnostic, consiste à réaliser à l’aide de cire de laboratoire, un projet esthétique sur un modèle en plâtre du patient. Toutefois, les validations esthétiques et fonctionnelles sont limitées. Au niveau esthétique, la cire ne reproduit pas exactement la teinte dentaire, elle permet une visualisation de la forme et de la position des dents dans le projet esthétique ; au niveau fonctionnel, il est difficile de reproduire tous les mouvements manducateurs avec un articulateur, si performant qu’il soit.

Concevoir de vrais sourires avec des outils numériques

April 5, 2016

Les matériaux dentaires et les procédures cliniques ont changé radicalement au cours des dernières décennies. Il est probable que les progrès majeurs des vingt dernières années ont été réalisés dans les domaines de l’implantologie et de la dentisterie adhésive, mais la principale révolution est sans conteste le développement de la dentisterie numérique. Quoique ces changements aient certainement facilité les diagnostics et certaines procédures, les bases, notamment les aspects fonctionnels et biologiques, demeurent essentiels. En même temps, nous avons profité d’améliorations remarquables dans les matériaux céramiques et composites, qui nous ont aidés à répondre aux demandes esthétiques de nos patients.

Impression 3D : la nouvelle mode en chirurgie dentaire ?

March 10, 2016

Les exploits réalisés grâce à l’impression 3D sont sans cesse relatés dans les médias. Alors que cette technique de fabrication développée par Chuck Hull (fondateur de « 3D system ») existait déjà en 1988, c’est aujourd’hui qu’elle se retrouve sur le devant de la scène. Probablement parce que les réalisations permises par cette technologie touchent désormais de multiples domaines d’application. La finalité n’est plus seulement le prototypage rapide mais la fabrication directe de pièces bien fonctionnelles. Cela va du simple jouet à l’impression de tissus vivants, en passant par l’impression de nourriture ou encore de vêtements sur mesure (Fig. 2). Des tests concluants ont aussi apportés la preuve qu’il était possible d’imprimer des maisons de plusieurs centaines de mètres carrés (Fig. 1). Outre les évolutions apportées aux différentes machines-outils au cours de ces dernières décennies, c’est en majeure partie aux matériaux proposés et à leurs propriétés mécaniques, chimiques ou encore leur biocompatibilité, que l’impression 3D doit son succès retentissant. Le domaine de l’art dentaire est aussi touché par cette innovation, et l’adoption de l’impression 3D est la suite logique de l’intégration préalable de la numérisation et de la conception assistée par ordinateur, à la chaîne de production de nos prothèses.

Forme et couleur – facteurs également dans les matrices sectorielles ?

October 23, 2015

Les restaurations directes avec composites peuvent maintenant être considérées comme une méthode de traitement standard éprouvée dans la région postérieure . Cependant, le traitement peut varier de façon significative en ce qui concerne la prolongation et les contraintes, et ceci peut avoir une influence certaine sur la survie à long terme. Il y a de nombreux facteurs qui déterminent la réussite à long terme d’une restauration avec composite : des bords bien scellés sont principalement garantis par la technique adhésive . Pour les matériaux dentaires, outre la faible contrainte de rétraction , le matériau présente également une résistance à la flexion élevée de manière à minimiser le risque que la restauration ne subisse une défaillance de type cohésif. Il est évident qu’une obturation fracturée représente un événement plus alarmant pour le patient qu’un bord décoloré.

Empreinte optique et CFAO dentaire à l’IDS 2015

June 18, 2015

_L’IDS 2015 a tenu ses promesses avec de belles avancées technologiques en CFAO dentaire. Sur 343 stands présentant du matériel CAD/CAM, on trouvait une vingtaine de scanner intra-oraux (IOS). Les caméras était présentées soit sous leur propre marque, soit sous des marques existantes pour proposer de multiples combinaisons de chaînes numériques différentes (« workflow »/scanners intra-oraux/logiciel de conception 3D/usineuses). Mais aussi, et c’est nouveau, des prototypes innovants du marché asiatique étaient présents notamment coréen, taïwanais, chinois. Enfin, on a vu des grandes marques comme Dental Wings ou GC se lancer à leur tour dans la compétition des scanners intra-oraux.  

Immediate Smile strategy dans les secteurs esthétiques – Optimisation des technologies numériques au cabinet et au laboratoire au service de la mise en charge instantanée

June 17, 2015

_L’objectif de cet article est de présenter à partir d’un cas clinique significatif les principes généraux, la méthodologie et le protocole opératoire et prothétique de l’Immediate Smile strategy. Les demandes de mise en charge immédiate (MCI) de bridges implanto-portés ne cessent de croître. Ces techniques sont rendues possibles par l’optimisation des protocoles de cabinet et de laboratoire grâce, à l’évolution des technologies numériques.

Restaurations définitives pour un nouveau sourire

June 17, 2015

La patiente, âgée de 39 ans s’est présentée en consultation pour une reconstruction complète de la bouche. Elle a été impliquée dans un accident de voiture il y a 25 ans : passée par le pare-brise, cette dernière a eu plusieurs morceaux de verre dans son visage et ses gencives. À cette période, elle a consulté un dentiste qui lui a enlevé tout le verre et lui a fabriqué deux bridges provisoires en céramique (Figs. 1a–e). Son procès est en cours depuis 20 ans et elle souhaite, aujourd’hui les restaurations définitives, mais surtout un nouveau sourire et une nouvelle vie.

advertisement
La mariée

June 17, 2015

_Les patients ont des exigences élevées, surtout en ce qui concerne le résultat esthétique d'une restauration dentaire. D'une part, car un résultat qui n'est pas optimal se voit tout de suite, d'autre part car de « belles dents » jouent un rôle essentiel s'ils veulent vraiment obtenir le « sourire radieux » dont ils rêvent.

Endodontie en 2015 : Sécurisez vos traitements canalaires avec One G et One Shape®

June 17, 2015

_Il est de nos jours acquis que la mise en forme mécanisée à l’aide des instruments en nickel-titane, nous facilite notre pratique au quotidien. Cependant, malgré tous les avantages de cet alliage, il lui est souvent reproché sa trop grande fragilité. C’est oublier hélas, les énormes capacités de ces instruments. Une mise en forme en rotation avec des instruments en NiTi, que le mouvement soit alternatif ou en rotation continue avec contrôle de torque, est largement sécurisé si les principes endodontiques sont respectés : cavité d’accès réalisée correctement avec suppression des contraintes, exploration initiale et réalisation d’un « glide path » avant mise en forme par préparation corono-apicale. Ce sont donc ces deux premières étapes, bien souvent réalisées trop vite, qui permettent de sécuriser la mise en forme. Si un grand soin doit impérativement être accordé à la voie d’accès, le « glide path », terme anglo-saxon difficilement traduisible doit être assuré parfaitement.

Racine en S – risques relevant d’un défi majeur en endodontie

June 17, 2015

_Une patiente âgée de 81 ans s’est présentée avec une douleur typiquement causée par une pulpite dans le secteur mandibulaire droit. Les résultats du test de sensibilité étaient positifs et durables pour la 2e prémolaire inférieure droite (n° 45) et négatifs pour la 1re prémolaire inférieure droite (n° 44). Ceux du test de percussion étaient contradictoires, négatifs pour la dent 45 et légèrement positifs pour la dent 44. Une radiographie révélait une lésion apicale d’origine endodontique dans la dent 44 et aucun signe diagnostique dans la dent 45.

advertisement
Retrait d’un instrument fracturé : nouvelle approche

June 16, 2015

La fracture d’un instrument endocanalaire au cours du traitement endodontique est une situation fréquente. Selon les études, le risque de fracture d’un instrument se situe entre 0,5 et 5 pour cent.1–6 On constate cependant que le nombre de fractures d’instrument a sensiblement augmenté avec l’utilisation croissante d’instruments rotatifs en nickel-titane (NiTi).2, 4

Traitement laser assisté des péri-implantites

June 16, 2015

_La thérapeutique implantaire est devenue une alternative largement répandue pour remplacer les dents manquantes. Bien que des résultats à long terme satisfaisants aient été largement reportés, de nombreux implants déclarent des peri-implantites d’origine bactérienne qu’il convient de traiter sans attendre.

Laser Er:YAG et élimination des résines composites

June 16, 2015

En 1954, Buonocore1 a déclenché une véritable révolution en dentisterie en démontrant la possibilité de renforcer l’adhésion entre la résine composite et l’émail, par une technique de mordançage au moyen d’acide orthophosphorique. L’application pratique de sa théorie a totalement bouleversé les règles de la dentisterie conservatrice et l’a fait basculer du concept qui prônait « l’extension prophylactique, au détriment des tissus dentaires sains »2 à celui de « dentisterie minimalement invasive ».3 Par la suite, cette pratique a également été appliquée avec de nombreux avantages pour l’orthodontie4 et la dentisterie pédiatrique.5 Mais, si aujourd’hui cette technique adhésive est majoritairement utilisée en dentisterie, il n’en demeure pas moins certains problèmes à résoudre.

Performance clinique et radiologique des implants courts (L 6,5 mm). Résultats d’une étude clinique incluant un suivi de 2 ans

June 16, 2015

La restauration d’un édentement plural postérieur a toujours été limitée par le volume et la mauvaise qualité de l’os, généralement observées dans les régions postérieures, en raison de l’atrophie osseuse survenant après une extraction tant dans le sens occluso-apical que le sens vestibulo-palatin, de sinus pneumatisés, etc. Des facteurs supplémentaires tels que les forces fonctionnelles importantes dans les régions postérieures maxillaires, augmentent le risque d’échec d’un traitement implantaire.1 Des limitations anatomiques similaires sont mentionnées dans la documentation examinée récemment par Estefanous et al.2 La restauration d’implants dans les régions postérieures est plus complexe en cas, par exemple, d’une perte des dents permanentes à un jeune âge due à la qualité médiocre de l’os (D3 et D4), une résorption osseuse accrue due aux stimuli sur les muqueuses et la présence de structures anatomiques telles que la cavité sinusienne ou le nerf alvéolaire inférieur, etc.3 Dans le maxillaire, l’utilisation d’implants courts, c’est-à-dire d’une longueur < 7 mm (partie endo-osseuse), est particulièrement avantageuse car elle écarte le besoin d’une élévation du plancher sinusien. Plusieurs techniques d’augmentation osseuse ont été développées dans le but d’accroître le volume de l’os avant l’implantation, et permettre ainsi l’utilisation d’implants plus longs et de plus large diamètre. Les problèmes chirurgicaux et les échecs potentiels de ces techniques ont été abondamment documentés sur le plan clinique.4 La pose d’implants plus courts est une solution pour éviter de telles techniques, ce qui serait bénéfique pour les patients tant en termes de réduction de la morbidité que sur le plan économique. Bien que les publications antérieures portant sur les implants courts aient rapporté un taux de pertes élevé,5,6,7,8 les dernières revues systématiques de la littérature indiquent que les taux de survie initiaux étaient comparables aux implants plus longs et constituent de ce fait, une solution de remplacement viable aux procédures d’augmentation osseuse. Cette perspective est en corrélation étroite avec les calculs de modèles par la méthode des éléments finis (MEF), qui indiquent clairement une distribution des forces de charge horizontales et verticales, similaire à celle des implants plus longs.9,10,11,12 D’autres calculs ont également démontré que les contraintes exercées sur l’os devraient être pratiquement indépendantes de la longueur de l’implant ; un rôle plus important a par contre été attribué au diamètre de l’implant.6,13,14 Des rapports plus récents1,14 mentionnent qu’il est possible d’obtenir des taux de survie très acceptables avec les implants courts actuels. Stellingsma et al.13 ont observé des taux de survie de 88 à 100 % dans une mandibule atrophiée. Un taux de survie de 96 % a été rapporté pour des implants courts dans un maxillaire gravement atrophié.15 Au cours d’une étude randomisée en groupes parallèles, Esposito et al.16 ont comparé les résultats après trois années de mise en charge d’implants courts et longs (dans des conditions de régénération osseuse guidée). Selon leur conclusion, les implants courts sont une solution de remplacement intéressante à l’augmentation verticale, pour les cas d’os résiduel limité de 7 à 8 mm au-dessus du canal mandibulaire. Le traitement est plus rapide, moins coûteux et la morbidité moindre.

La projection esthétique : étape indispensable au tout numérique

March 19, 2015

_Doucement mais sûrement, la révolution numérique est en marche. Deux mille quinze sera l’année de l’International Dental Show (IDS) de Cologne. La maturité des systèmes y sera alors à son apogée. Pour ceux qui n’ont pas fait la démarche, il sera alors très difficile de rattraper leurs retards accumulés sur plusieurs années de questionnement. Pour ceux qui ont pris le train en route, il faut maintenant passer à la deuxième étape : la faisabilité du tout numérique et quel protocole mettre en œuvre pour tenter d’y arriver ? Loin d’être une réponse figée, cet article n’a pour but que de montrer des pistes possibles pour atteindre le but : réaliser en tout numérique.

advertisement
Réhabilitation biomimétique de deux centrales érodées

March 6, 2015

_Cette patiente est adressée à ma consultation pour un problème esthétique concernant l’état de ses 2 incisives centrales maxillaires (11 et 21). Le manque de dominance est en rapport avec une perte tissulaire verticale, due à une érosion de nature chimique, provoquée au fil des années, par la consommation de citrons « croqués » quotidiennement. L’attaque est à la fois vestibulaire et coronaire et a atteint préférentiellement, et assez curieusement d’ailleurs, uniquement ces 2 dents. La vue palatine montre une érosion chimique (lésion en creux) au niveau des bords coronaires de ces deux incisives.

Restauration de dents traitées endodontiquement : un abord sous l’angle technique

March 6, 2015

L’identification et la négociation des canaux avant l’instrumentation de la dent et son obturation est une condition essentielle de réussite clinique. Mais la restauration proprement dite d’une dent traitée endodontiquement est primordiale pour la réussite thérapeutique à long terme. Il ne sert à rien de terminer la phase endodontique du traitement si la dent ne peut être restaurée. C’est pourquoi il nous faut envisager la phase de restauration sous un angle technique. Que faut-il faire pour renforcer la structure dentaire résiduelle, afin qu’elle puisse supporter les charges répétées résultant de la mastication ? Quand utiliser des tenons, quels sont les meilleurs matériaux, quelle est l’importance de la ferrule en dentisterie adhésive. Répondre à ces questions, tel est le but de cet article.

Problèmes endodontiques pressants

March 6, 2015

Le scellement du système des canaux radiculaires avec un matériau durable et hermétique aux bactéries, est une garantie de réussite du traitement endodontique sur le long terme. C’est évidemment « plus facile à dire qu’à faire » allez-vous rétorquer, si l’on considère la nature complexe de l’anatomie dentaire en question. L’étude de cas suivante démontre pourtant qu’une obturation fiable du système canalaire, ne requiert parfois qu’une pression quelque peu inhabituelle, à savoir une pression négative.

Latest Issues
E-paper

DT France No. 11, 2019

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International