Dental Tribune France
Clinical
À l’aube de l’intelligence artificielle, comment tirer profit de la technologie pour garder la main sur nos traitements

May 10, 2016

Nous passons beaucoup de temps avant de réaliser une chirurgie implantaire pour convenir d’un emplacement idéal de nos implants, par rapport aux exigences prothétiques, esthétiques et anatomiques. Une fois ces étapes réalisées nous sommes convaincus du bénéfice que le patient obtiendra grâce à ce plan de traitement, et pourtant nous enchaînerons différents gestes à main levée, qui accumuleront petit à petit une somme de déviations, aboutissant à un résultat plus ou moins éloigné de notre projet idéal.

L’harmonisation du plan de traitement prothétique

May 10, 2016

Il arrive qu’un plan de traitement fasse intervenir différents types de prothèses dentaires nécessitant des étapes de réalisation spécifiques. Pourtant, les prothèses odontologiques, aussi variées soient-elles, possèdent des dénominateurs communs permettant d’espérer une bonne intégration fonctionnelle et esthétique. Comment organiser le traitement prothétique pour obtenir le résultat le plus harmonieux et le plus cohérent possible ? Le cas clinique présenté est celui d’une patiente de 40 ans, adressée en consultation de parodontologie par son praticien traitant (Fig. 1). La patiente a été motivée à consulter en raison d’une mobilité accrue de ses dents, et une vestibulo-version récente et rapide de ses incisives maxillaires, ce qui lui procure un inconfort esthétique (Fig. 2). Elle rapporte également des épisodes douloureux de plus en plus fréquents du côté gauche. La patiente ne présente pas de problème de santé particulier. Elle est cependant fumeuse modérée (5 cigarettes par jour) et exprime une certaine anxiété vis-à-vis des soins dentaires. Les dents 27 et 37 sont extraites en urgence puis la patiente est prise en charge pour une réhabilitation globale. Enfin, un bilan radiographique rétro-alvéolaire (Fig. 3) permet de préciser le diagnostic dento-parodontal.  

advertisement
Une approche minimalement invasive respectueuse des principes biomécaniques des dents

April 21, 2016

Traditionnellement, l’exercice de la médecine dentaire a toujours été un modèle restaurateur. Nous attendions l’apparition spontanée des signes de la maladie, puis nous procédions à la « réparation ». Mais, si nous pouvions au contraire prédire qui est susceptible de développer une maladie et la prévenir avant qu’elle ne survienne ? Quelle serait l’incidence de cette approche sur la santé buccodentaire et même la santé générale du patient ?

Le mock-up, un outil quotidien en esthétique dentaire

April 6, 2016

Le wax-up, ou cire de diagnostic, consiste à réaliser à l’aide de cire de laboratoire, un projet esthétique sur un modèle en plâtre du patient. Toutefois, les validations esthétiques et fonctionnelles sont limitées. Au niveau esthétique, la cire ne reproduit pas exactement la teinte dentaire, elle permet une visualisation de la forme et de la position des dents dans le projet esthétique ; au niveau fonctionnel, il est difficile de reproduire tous les mouvements manducateurs avec un articulateur, si performant qu’il soit.

Concevoir de vrais sourires avec des outils numériques

April 5, 2016

Les matériaux dentaires et les procédures cliniques ont changé radicalement au cours des dernières décennies. Il est probable que les progrès majeurs des vingt dernières années ont été réalisés dans les domaines de l’implantologie et de la dentisterie adhésive, mais la principale révolution est sans conteste le développement de la dentisterie numérique. Quoique ces changements aient certainement facilité les diagnostics et certaines procédures, les bases, notamment les aspects fonctionnels et biologiques, demeurent essentiels. En même temps, nous avons profité d’améliorations remarquables dans les matériaux céramiques et composites, qui nous ont aidés à répondre aux demandes esthétiques de nos patients.

advertisement
Impression 3D : la nouvelle mode en chirurgie dentaire ?

March 10, 2016

Les exploits réalisés grâce à l’impression 3D sont sans cesse relatés dans les médias. Alors que cette technique de fabrication développée par Chuck Hull (fondateur de « 3D system ») existait déjà en 1988, c’est aujourd’hui qu’elle se retrouve sur le devant de la scène. Probablement parce que les réalisations permises par cette technologie touchent désormais de multiples domaines d’application. La finalité n’est plus seulement le prototypage rapide mais la fabrication directe de pièces bien fonctionnelles. Cela va du simple jouet à l’impression de tissus vivants, en passant par l’impression de nourriture ou encore de vêtements sur mesure (Fig. 2). Des tests concluants ont aussi apportés la preuve qu’il était possible d’imprimer des maisons de plusieurs centaines de mètres carrés (Fig. 1). Outre les évolutions apportées aux différentes machines-outils au cours de ces dernières décennies, c’est en majeure partie aux matériaux proposés et à leurs propriétés mécaniques, chimiques ou encore leur biocompatibilité, que l’impression 3D doit son succès retentissant. Le domaine de l’art dentaire est aussi touché par cette innovation, et l’adoption de l’impression 3D est la suite logique de l’intégration préalable de la numérisation et de la conception assistée par ordinateur, à la chaîne de production de nos prothèses.

Forme et couleur – facteurs également dans les matrices sectorielles ?

October 23, 2015

Les restaurations directes avec composites peuvent maintenant être considérées comme une méthode de traitement standard éprouvée dans la région postérieure . Cependant, le traitement peut varier de façon significative en ce qui concerne la prolongation et les contraintes, et ceci peut avoir une influence certaine sur la survie à long terme. Il y a de nombreux facteurs qui déterminent la réussite à long terme d’une restauration avec composite : des bords bien scellés sont principalement garantis par la technique adhésive . Pour les matériaux dentaires, outre la faible contrainte de rétraction , le matériau présente également une résistance à la flexion élevée de manière à minimiser le risque que la restauration ne subisse une défaillance de type cohésif. Il est évident qu’une obturation fracturée représente un événement plus alarmant pour le patient qu’un bord décoloré.

Empreinte optique et CFAO dentaire à l’IDS 2015

June 18, 2015

_L’IDS 2015 a tenu ses promesses avec de belles avancées technologiques en CFAO dentaire. Sur 343 stands présentant du matériel CAD/CAM, on trouvait une vingtaine de scanner intra-oraux (IOS). Les caméras était présentées soit sous leur propre marque, soit sous des marques existantes pour proposer de multiples combinaisons de chaînes numériques différentes (« workflow »/scanners intra-oraux/logiciel de conception 3D/usineuses). Mais aussi, et c’est nouveau, des prototypes innovants du marché asiatique étaient présents notamment coréen, taïwanais, chinois. Enfin, on a vu des grandes marques comme Dental Wings ou GC se lancer à leur tour dans la compétition des scanners intra-oraux.  

advertisement
Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International