Dental Tribune France

Protocole-conseils en phyto-aromathérapie des urgences dentaires

By Dr Florine Boukhobza
May 03, 2021

Pour les abcès et cellulites, l’allopathie semble de rigueur, chaque praticien l’appréciera. L’anamnèse sur l’état de santé du patient, ses allergies, ses médicaments, sa capacité de compréhension a été faite. Les conseils répertoriés, sont disponibles en pharmacie, prêts à l’emploi ou en préparation.

Protocole antiseptique et immunostimulant associé

Spray buccal à la propolis
* Une pulvérisation buccale quatre fois par jour pendant dix jours.
– Indications aisées en urgence :
· antiseptique ;
· immunostimulant ;
· anti-inflammatoire.

Échinacée 4 DH buvable – un flacon 125 ml
* Cinquante gouttes dans un demi-verre d’eau à boire pendant dix jours. Précautions chez l’enfant car elle contient un peu d’alcool.

La pulpite – la dent cariée ouverte

Les recommandations se portent sur l’huile essentielle de giroflier, le bouton floral appelé clou de girofle, Syzygium aromaticum qui est indiqué.

Protocole anti-inflammatoire et antalgique :

Prescription : huile essentielle de giroflier : huile essentielle de choix. Trois possibilités en application locale avec l’huile essentielle de giroflier dans une huile végétale :

– sur un coton tige en application locale, zone muqueuse périphérique de la dent atteinte ;
– sur une boulette de coton, dans une cavité dentaire ouverte ;
– sur une brossette inter-dentaire, quand la zone proximale est atteinte, ouverte.

  1. Le patient possède de l’huile essentielle de giroflier, il la dilue dans une huile végétale : quatre gouttes d’huile essentielle dans une cuillère à soupe d’huile végétale (type pépin de raisin, huile d’olive ou labrafil de maïs). Attention ! ne pas utiliser d’huile essentielle pure car elle est caustique.
  2. Le patient n’a pas ou ne peut pas se procurer d’huile végétale de giroflier. Prendre des clous de girofle qu’il faut pilonner (réduire en poudre), diluer cette poudre dans une huile végétale. Normalement, l’extraction huileuse de l’eugénol dure quatorze jours suivi d’un filtrage. En situation d’urgence face à la douleur, on ne filtre pas et cela permet d’avoir des résidus de poudre contenant de l’eugénol que l’on mélange avec un peu d’huile végétale pour une préparation. Les avantages de cette technique sont multiples :
    – économique, le patient le fait seul ;
    – non caustique, très bonne diffusion grâce à la viscosité de l’huile.

Indications : anti-inflammatoire et antidouleur dans les douleurs carieuses en phase de pulpite réversible et irréversible.

Contre-indications : femme enceinte et allaitante. Le patient doit localiser la dent à l’origine du mal et avoir un moyen d’accès au site dentaire. Si interproximal sans atteinte occlusale pour soulager la douleur, imbiber alors la brossette interdentaire de l’association huile végétale et huile essentielle de giroflier.

Les aphtes et blessures prothétiques

Prêt à l’emploi en pharmacie :

Gel d’aloe vera à 98 % minimum en tube de gel : une application autant que nécessaire (environ cinq fois par jour) adulte et enfant.

Ou

La matricaire (Matricaria recutita l., Matricaria chamomilla l.) sous forme galénique d’hydrolat ou teinture mère). Antalgique locale, anti-inflammatoire et antiseptique.

Posologie : application locale sur la blessure prothétique quatre fois par jour en cas de douleur, pendant cinq à dix jours. Huile essentielle de giroflier ou huile essentielle de sauge sclarée (Salvia sclarea L.).

Posologie : une goutte sur un coton tige et appliquer sur l’aphte trois fois par jour sur trois jours. Ou mieux, une cuillère à café d’huile végétale et une goutte d’huile essentielle, pour éviter le côté un peu « caustique ».

Contre-indications : l’huile essentielle de sauge sclarée est à éviter en cas d’antécédents de cancers gynécologiques.

Ou préparation :

– Huile essentielle lavande vraie (Lavandula angustifolia). Trois gouttes ;
– huile essentielle cannelle (Cinnamomum verum). Deux gouttes ;
– huile essentielle menthe poivrée (Mentha piperita). Une goutte ;
– teinture mère pimprenelle (Sanguisorba offi cinalis), 5 ml. ;
– Teinture mère souci (Calendula offi cinalis), 2,5 ml. Mélanger le tout dans un flacon, mettre 25 gouttes du mélange dans un verre d’eau et utiliser en bain de bouche. Et/ou : une goutte pure du mélange directement sur la lésion, plusieurs fois par jour.

Mal de gorge – symptomatologie d‘accompagnement

Infusion, gargarisme ou sirop :
Ronce (Rubus fruticosus), feuille. Mauve (Malva sylvestris), plante entière. Plantain (Plantago lanceolata), feuille. Vous pouvez ajouter du miel, ou Phytoxyl (Sanofi ), qui est une préparation toute prête, disponible en pharmacie.

Réalisation d’un spray gorge :

– deux à trois cuillères de feuilles de sauge sclarée ;
– une à deux cuillères d’échinacée 4 DH buvable (Echinacea angustifolia) ;
– une à deux gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée ;
– une cuillère à soupe de miel.

Protocole : 25 cl d’eau bouillante sur les feuilles de sauge sclarée. Laisser infuser trente minutes et filtrer. Boire 1⁄4 de la préparation, à laquelle l’huile essentielle et le miel ont été ajoutés, et mettre le reste dans un vaporisateur pour s’en servir en spray. Plusieurs fois par jour.

Précautions : pour les femmes enceintes, interdire dans la formule l’utilisation de la menthe poivrée. Attention : en cas d’allergie au menthol.

Ou/et

Protocole antiseptique et immunostimulant sphère ORL

Spray buccal à la propolis – une pulvérisation buccale quatre fois par jour pendant dix jours.

Ou Gommes à sucer à la propolis

– une gomme à sucer quatre fois par jour pendant dix jours.

Ou

Échinacée 4 DH – un flacon 125 ml. Cinquante gouttes dans un demi-verre d’eau à boire pendant 10 jours.

Indications : antiseptique, immunostimulant et anti-inflammatoire.

Précautions chez l’enfant car contient un peu d’alcool.

Hémostatiques et anti-infectieux d’appoint

  1. La pimprenelle. Plante des pâturages humides des montagnes. Ses tanins et oxalate de calcium permettent une activité hémostatique et cicatrisante. Blessures prothétiques.Mode d’emploi : en infusion ou gargarisme.
  1. Le souci. Les parties utilisées sont les fleurs.
    – Anti-inflammatoire, antihémorragique, cicatrisant ;
    – antibactérien par immuno-stimulation des granulocytes ;
    – diminue la phase d’épithélialisation des plaies ;
    – augmente la synthèse de collagène. Attention : ne pas utiliser per os, à préconiser sous forme de baume.
    Mode d’emploi : en infusion ou gargarisme.
  2. La ronce. Facile à trouver, le feuillage est persistant. Appelée communément la mûre sauvage ou petite mûre. Les feuilles séchées ont des propriétés antibactériennes.
    Mode d’emploi : en infusion pour faire en bain de bouche (aphtes, gingivites).

Poussées dentaires

– Racine de guimauve (Althaea officinalis). À mordre par l’enfant et sous surveillance adulte obligatoire.

– Eau florale de fleur d’oranger (Citrus aurantium).

Ou

– Eau florale de lavande fine (Lavandula angustifolia).
Appliquer l’eau florale apaisante sur une compresse et sur la zone gingivale de poussée dentaire, deux à trois fois par jour pendant quelques jours.

– Avant le coucher, sur les gencives enflammées, huile essentielle camomille romaine (Chamaemelum nobile), une goutte et ajouter dix ml d’huile végétale huile de pépin de raisin ou d’olive.

Souvent, présence d’érythèmes fessiers, envisager alors une crème à base de souci ou de camomille vraie.

Bouton de fièvre

Huile essentielle de ravinstara (Cinnamomum camphora CT 1,8 cinéole) ou niaouli (Melaleuca quinquenervia), ou tea tree (Melaleuca alternifolia). À utiliser pure (avec précaution sur un coton tige), ou diluée dans l’huile végétale en un rapport d’une à deux gouttes d’huile essentielle pour une cuillère à café d’huile végétale.
L’huile essentielle de saro (Cinnamosma fragans) peut être indiquée pour ses propriétés antivirales.

Dentifrice maison en usage unique et ponctuel

– 30 gr d’argile blanche.
– Une cuillère à café de bicarbonate de soude.
– Une cuillère à café de sel fin de mer.
– Quelques gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée.

Protocole : mélanger le tout et laisser sécher à l’air pour avoir une bonne texture. Une fois séchée, ajouter un peu de glycérine végétale.

Attention : la menthe est plutôt non compatible avec l’homépathie, donc à utiliser espacée de deux heures. Ne pas utiliser au quotidien car le bicarbonate est potentiellement abrasif de l’émail, soit une à deux fois par semaine.

Fiche information : bien comprendre les termes et les usages pour tout praticien sur les huiles essentielles et/ou informations pratiques pour le patient

Des repères contenants/mesures/quantités : environ Contenants

 

 

Voici une liste des principaux ingrédients à avoir sous la main et le rôle qu’ils jouent :

  1. Les antibactériens réduisent le risque de développement de la plaque dentaire et contrôlent la mauvaise haleine. Ils donnent aussi du goût à votre dentifrice. Parmi eux, on trouve le jus de citron, les huiles essentielles de giroflier, de tea tree, de menthe poivrée, de thym à thymol, de citron ou encore de sauge sclarée (contre-indication de sauge officinale [Salvia officinalis] en huile essentielle).
  2. L’agent moussant pour que votre dentifrice mousse (mais ce n’est pas obligatoire), c’est simple : il faut prévoir un peu de savon de Marseille naturel en copeaux ou en poudre.
  3. Les décapants : nous vous conseillons l’argile qui est reconnu pour nettoyer mécaniquement l’émail, ou encore pour son rôle antibactérien. Le bicarbonate de soude est bien sûr utilisé pour son côté « blanchissant » et son rôle dans la participation à neutraliser l’acidité. Mais attention à ne pas trop l’utiliser et à ne pas trop en mettre.
  4. Le sel de mer fin non raffiné, va être utilisé pour aider à décongestionner les gencives, à stimuler la production salivaire et à protéger les dents contre la plaque dentaire.
  5. Les huiles essentielles ont chacune leur rôle. Celle de giroflier est spécifique aux affections dentaires, celle de tea tree est un antibactérien à spectre large, celle de la menthe poivrée pour ses actions rafraîchissantes et antibactériennes et celle de la myrrhe (Commiphora myrrha) pour son côté cicatrisant.
  6. L’hydrolat de laurier noble (Laurus nobilis) aux effets antibactériens et antiinflammatoires peut être utilisé en bain de bouche.

Précautions/bicarbonate de soude

Utilisé quotidiennement, le bicarbonate agit comme un décapant sur les dents. Son effet abrasif peut ainsi fragiliser l’émail. Ici, comme souvent, tout est une question de fréquence : utilisé une à deux fois par semaine, il offre un effet « blancheur » satisfaisant, sans compromettre l’émail des dents. Enfin, à titre de précaution, l’utilisation du bicarbonate de sodium sur les dents est déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans.

Références :

– Dr Baudoux Dominique. L’aromathérapie se soigner par les huiles essentielles, Edition Amyris, 2008, 254 p.
– Dr Boukhobza Florine et Dr Goetz Paul. Phytothérapie en odontologie. Édition CDP, collection Guide clinique, 2e Ed. 2018, 220 p.
– Dr Fleurentin Jacques. Du bon usage des plantes qui soignent, Édition Ouest France. 2013. – Dr Morel Jean-Michel.Traité pratique de phytothérapie clinique, Edition Grancher. 2008, 620p

Dr Florine Boukhobza · Homéopathie clinique pour le chirurgien-dentiste. · Chirurgien-dentiste homéopathe et phytothérapeute. · Présidente de l’Academy Des Savoirs. · Présidente du Pôle bucco-dentaire et stomatologie de l’IHS. · Vice-présidente de l’Institut homéopathique scientifique, IHS. · Enseignante de phytothérapie, université Paris 13, Paris 7 D.I.U. nutrition et diététique à la faculté Paris Descartes.
Dr Cyril Bordin · Chirurgien-dentiste · Étudiant D.U. phytothérapie et aromathérapie, faculté de pharmacie de Nancy, université de Lorraine.

Dr Paul Goez · Médecin phytothérapeute · Enseignant de phytothérapie-aromathérapie, université Paris 13 et faculté de pharmacie de Nancy, université de Lorraine

Note de la rédaction : Article paru dans le journal Dental Tribune france novembre 2020 : VOL. 12, NO. 11

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International