Dental Tribune France

Questions de forme : modifications conservatrices des contours et contacts dentaires

By Dr Joannes Bantleon
July 16, 2021

Dans notre société moderne où l’apparence de l’individu revêt une telle importance, la demande de modifications esthétiques des dents n’a cessé d’augmenter. Avec les composites directs, un sourire peut être changé avec ou sans préparation minimale des dents. Si le traitement est réalisé correctement, les résultats esthétiques sont très satisfaisants et les composites sont généralement le choix préféré pour les jeunes patients. Très souvent, le patient se focalise sur la teinte, et pourtant... La teinte n’est pas seule responsable pour un résultat esthétique !

La conception d’un sourire reste un challenge difficile, surtout parce que la perception de l’esthétique du sourire est personnelle et subjective. À côté de la reproduction correcte de la teinte, une connaissance aiguë de la façon de recréer la morphologie et le brillant des dents est également nécessaire. Ces éléments dépendent d’une interaction complexe entre les lignes de transition et les embrasures dont tous les aspects s’influencent mutuellement. Cela est encore plus flagrant dans les deux cas présentés ici, chez qui la forme des dents a été redéfinie pour créer une apparence harmonieuse.

Redéfinir la forme de canines en incisives latérales et de prémolaires en canines

En l’absence d’incisives latérales, il faut décider du maintien des espaces afin de poser des éléments prothétiques, ou d’une fermeture orthodontique. On regarde généralement la fermeture des espaces comme un échappatoire, car elle pose des problèmes sur le plan esthétique.

Une planification préopératoire faisant appel à la conception numérique du sourire (DSD – Digital Smile Design), ou un procédé similaire, est utile pour déterminer comment répartir au mieux les masses supplémentaires de composite. Si elles sont bien placées, le résultat peut être superbe.

Certains points doivent cependant être pris en considération :

1) Les canines sont souvent plus larges que les incisives latérales dont elles doivent prendre la place. Dans certains cas, une réduction des faces mésiale et distale de la canine peut être nécessaire pour obtenir un ratio correct.

2) Il peut également être nécessaire d’aplanir le bombé vestibulaire de la canine. Les trois plans faciaux de l’incisive supérieure peuvent mieux être évalués par un examen visuel de côté, depuis la face latérale de la dent. Il faut veiller à ne pas surcontourer le tiers incisif.

3) Les canines sont généralement plus sombres que les incisives latérales. Si la différence est trop importante pour être dissimulée au moyen d’un composite, l’éclaircissement d’une dent encore pulpée peut-être nécessaire pour obtenir une teinte optimale.

4) Les couronnes des canines sont plus longues que celles des prémolaires ; les contours marginaux gingivaux peuvent être corrigés par une gingivectomie vestibulaire ou un allongement clinique de la couronne.

5) Les contacts de guidage doivent être adaptés à l’occlusion pour éviter une usure excessive. Toutefois, lors du meulage de la cuspide de la première prémolaire en vue d’ajuster l’occlusion, il ne faut pas oublier que la largeur de la corne pulpaire palatine peut être importante chez les enfants.

Fermeture d’un diastème

Les diastèmes entre les dents antérieures supérieures sont souvent perçus comme un problème esthétique. La difficulté majeure est liée à l’obtention des proportions dentaires adéquates, particulièrement celles des incisives centrales. Un contourage gingival approprié et le bon choix de la teinte sont d’autres facteurs qui méritent la plus grande attention

Voici quelques conseils et astuces à utiliser lors de la fermeture de diastème

1) L’utilisation d’une clé en silicone est recommandée pour assurer des proportions dentaires correctes, surtout lorsque le diastème est large ou si plusieurs diastèmes doivent être fermés.

2) Si aucune clé en silicone n’est utilisée, les dents sont restaurées une à une, en commençant par les incisives centrales qui demandent la modification la plus importante. Une approche élément par élément simplifie la correction du profil d’émergence et des ajustements de la ligne médiane.

3) Une attention particulière doit être accordée à la mise en place des matrices et du coin afin d’obtenir un profil d’émergence naturel et d’éviter des rebords au niveau de la zone de contact, qui pourraient alors devenir une zone propice à l’accumulation de plaque et de résidus alimentaires. Le choix d’un système de matrice optimal pour créer la convexité parfaite et un lissage avec des pinceaux peuvent être utiles pour parvenir à une transition harmonieuse.

4) Une rétraction des papilles au moyen d’une digue en caoutchouc évite la formation de triangles sombres. La zone de l’embrasure proximale doit être suffisamment exposée, notamment par un recours à des ligatures.

5) Des composites qui ne s’affaissent pas ou ne collent pas (p. ex. Essentia de GC) devraient être utilisés pour cette technique.

Plus les modifications sont importantes, plus la planification préopératoire est cruciale pour obtenir un résultat esthétique optimal. Il est vraiment essentiel de bien discuter préalablement du traitement avec le patient afin de connaître précisément son souhait et ce qu’il attend. Le clinicien peut ainsi proposer un plan de traitement personnalisé.

Note de la rédaction : Texte autorisé à la reproduction grâce à l’amabilité GC, issus de GC get connected, #16, 2020. Références : – Kabbach et al., Journal of Esthetic and Restorative Dentistry, 2018. – Korkut et al., Case Reports in Dentistry, 2016. Article publiè dans le jounal Dental Tribune France mars 2021, VOL 13 N°3.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International