Dental Tribune France

Un aéropolisseur, ça décape !

By Stéphanie Wall, RDH, MSDH, Med
November 03, 2010

Les études ont montré que le contrôle de plaque adéquat peut prévenir la gingivite, la maladie parodontale et la carie dentaire. Le contrôle de plaque est réalisé de deux façons : mécanique ou professionnelle.

Le contrôle mécanique comprend les auto-méthodes de soins par bon brossage et passage de la soie dentaire par le patient.
Le contrôle professionnel comprend l'utilisation, au cabinet, de brossettes ou de cupules en caoutchouc, détartreurs et curettes, ou d'appareils à ultrasons. L'aéropolissage a été présenté comme une alternative moins chronophage et plus efficace que les autres méthodes précédemment mentionnées.
L'aéropolissage utilise de l'air et de l'eau sous pression, pour délivrer un flux de bicarbonate spécialement traité, dans une suspension, à l'aide d'une pièce-à-main.
La température de l'eau est contrôlée et maintenue à environ 37°. Il a été fermement établi que l'aéropolissage était une alternative sûre et efficace aux méthodes traditionnelles d'élimination de la plaque et de taches.
Les appareils d'aéropolissage sont apparus dans les années 1970 avec une mécanique qui n'a pas beaucoup évolué depuis. Le dispositif utilise de l'air sous pression, de l'eau, et une poudre de bicarbonate de sodium comme moyen de polissage. La pression de l'air est d'environ quatre bars, celle de l'eau, deux bars.
Le bicarbonate est de qualité alimentaire, combiné avec de petites quantités de phosphate de calcium et de silice, qui permettent à la poudre de rester fluide.
Cette poudre, combinée avec l'eau et l'air sous pression, enlève les taches de surfaces, la plaque et d'autres dépôts mous que l'on trouve fréquemment sur les surfaces dentaires.
La décision d'utiliser l'aéropolissage devrait être basée sur les antécédents médicaux du patient et son accord.
Les indications d'utilisation comprennent :
- l'après détartrage
- le nettoyage des puits et fissures
- le nettoyage interproximal
- la préparation de la dent avant mordançage
- la neutralisation des acides avant d'autres procédures
- l'enlèvement des restes de ciment provisoire
- le nettoyage de surface
- le nettoyage de bagues et brackets d'orthodontie
Les contre-indications sont :
- les patients avec des troubles respiratoires, rénaux ou métaboliques
- les patients avec le cément ou la dentine dénudée
- le polissage prolongé des surfaces radiculaires
- les patients prenant du potassium, des antidiurétiques, ou des corticoïdes
La technique d'aéropolissage est utilisable avec tous les systèmes. Une bonne technique empêche les aérosols d'être déviés vers le praticien ou dirigés vers les tissus mous du patient.
Pour contrôler les aérosols, l'aspiration grande vitesse doit être utilisée. La buse de la pièce-à-main doit être utilisée en un mouvement circulaire, avec la pointe à 3 ou 4 mm de la surface de l'émail.
L'angulation de la buse est essentielle afin d'éviter des traumatismes tissulaires. Les angulations sont universelles : 60°, sur les dents antérieures, loin de la gencive, 80° sur la dent postérieure et 90° sur la surface occlusale.
Si est orientée à 90° il y aura une déviation du jet vers le patient et vers le praticien.
La recherche montre qu'il y a des avantages multiples, pour l'aéropolissage par rapport au polissage traditionnel. Il s'agit notamment de :
- Suppression de jusqu'à 100 % des bactéries et endotoxines
- Utilisation sur implants
- Création de surfaces lisses et uniformes sur la racine
- Un meilleur accès pour enlever les taches dans les puits et fissures
- Moins d'abrasivité
- Utilisation avant collage
- Amélioration du confort des patients
- Pas de production de chaleur
- Pas de contact avec les dents
- Réduction de fatigue de l'opérateur
- Un allégement temporaire de l'hypersensibilité dentinaire
L'aéropolissage est sans danger pour l'amalgame, l'or, la céramique, les bagues et brackets orthodontiques. Son utilisation n'est pas sûre sur les composites, les ionomères et les agents de scellement.
L'aéropolissage, avec le bicarbonate recommandé, n'endommage pas le titane utilisé pour les implants et est la méthode de choix pour la décontamination.
Récemment, de nouvelles poudres pour aéropolissage ont été développées, comprenant de la glycine, du carbonate de calcium et du phospho-silicate de calcium-sodium (NovaMin ®).
La glycine est disponible en deux qualités : pharmaceutique et technique. Les cristaux de glycine peuvent être cultivés à l'aide d'une solution d'eau et de sodium puis préparés pour être utilisés sous forme de poudre.
Le carbonate de calcium, une substance naturelle, est souvent utilisé comme excipient dans les produits pharmaceutiques et comme principe actif, pour les antiacides.
Le phospho-silicate calcium-sodium est un verre bioactif. Il a la capacité d'interagir avec les fluides buccaux et relargue du sodium, du calcium, et des ions phosphate, ceci résultant en une reminéralisation de l'émail dentaire.
Considérez l'aéropolissage, dans votre arsenal thérapeutique, comme une alternative sûre et efficace aux méthodes traditionnelles.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International