Dental Tribune France

Un remède contre l’ostéonécrose de la mâchoire en cours de développement

By Dental Tribune France
June 27, 2019

LOS ANGELES, États-Unis : Des chercheurs de l'Université de Californie du Sud (USC) et des collaborateurs de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) ont annoncé une avancée décisive dans la prévention des dommages causés à la mâchoire, un effet secondaire subi par certaines personnes sous traitement contre le cancer ou contre l'ostéoporose. La recherche récemment publiée constitue une étape importante dans la guérison de l'ostéonécrose de la mâchoire, une conséquence rare des médicaments couramment utilisés pour lutter contre la perte osseuse.

L'ostéonécrose de la mâchoire provoque une inflammation sévère et persistante conduisant à la perte d'os de la mâchoire. Le risque, bien que faible, dissuade les personnes de prendre les médicaments nécessaires pour lutter contre le cancer des os ou prévenir les fractures en raison de la perte de densité osseuse.

Le professeur Charles McKenna, scientifique à l'USC, a déclaré que la recherche suscitait l'espoir que les médecins pourraient adapter la nouvelle méthode pour traiter la maladie chez l'homme. « C’est une maladie extrêmement douloureuse et difficile à traiter. Nous pensons que notre nouvelle approche peut donner de l'espoir pour l'avenir. »

« Pendant des années, les médecins ont prescrit une classe de médicaments appelés bisphosphonates (BP) aux patients atteints de cancer métastatique des os et aux patients souffrant d'ostéoporose afin de maintenir la densité osseuse. Les BP adhérent remarquablement aux os, mais lorsqu'ils sont utilisés à fortes doses entre autre en cancérologie, occasionnent parfois la nécrose de la mâchoire. Le problème survient souvent après l’extraction d'une dent, la mâchoire ne guérit pas et commence à se détériorer. Bien que la maladie soit très rare dans le cas de dosages faibles comme ceux utilisées pour lutter contre l'ostéoporose, de nombreux patients évitent totalement les médicaments par crainte des effets secondaires. La National Osteoporosis Foundation estime que l'incidence de l'ostéonécrose de la mâchoire due aux BP utilisée pour traiter l'ostéoporose se situe entre une personne sur 10 000 et une sur 100 000 par an. Le risque a été estimé être beaucoup plus élevé, environ 3% des patients, à la dose de BP utilisée pour traiter le cancer, a déclaré le professeur McKenna. Néanmoins, de plus en plus de patients souffrant d'ostéoporose sont disposés à courir le risque de contracter la maladie plutôt que de risquer les effets secondaires. Des enquêtes ont montré que la tendance récente à la réduction des fractures de la hanche chez les femmes ménopausées pourrait être en train de s'inverser en raison de l'aversion pour le médicament des BP.

« Le facteur de peur de cette maladie a conduit à une grave sous-utilisation des bisphosphonates dans l'ostéoporose, à tel point que nous constatons une augmentation des fractures de la hanche chez les personnes âgées, une aversion pour les bisphosphonates dans les cliniques d'oncologie et des problèmes de responsabilité dans les cabinets dentaires », a déclaré le professeur McKenna. L'équipe de recherche a mis au point un produit contenant un composant inactif des BP qui pourrait être utilisé localement dans la bouche pour repousser les BP de l'os de la mâchoire tout en laissant intact le médicament utile dans le reste du squelette. « Pensez-y comme un moyen de combattre le feu par le feu », a commenté le professeur McKenna.

Les scientifiques participant à l'étude ont utilisé des souris pour tester différentes BP liées à des colorants fluorescents. L'un codait le zolédronate de BP, administré par voie systémique pour traiter l'ostéoporose et le cancer, alors qu'un colorant différent codait pour un composé de BP ayant une affinité osseuse similaire, mais aucune activité biologique et appelé BP de sauvetage. Les chercheurs ont découvert que la BP de sauvetage injectée dans la mâchoire avait retiré la plus grande partie du médicament, ouvrant ainsi la voie au processus de guérison naturelle de l’animal pour réparer le site d’extraction.

La nouvelle technique n'est pas encore prête pour une utilisation clinique chez l'homme. Le professeur McKenna a déclaré que BioVinc, qui a financé l’étude par le biais d’une subvention de recherche pour les petites entreprises des Instituts nationaux de la santé, sera responsable de l’avancement du traitement clinique. Plusieurs des auteurs de l'étude ont révélé un intérêt financier dans BioVinc, une société spécialisée dans les thérapies et les diagnostics ciblant les os. Le professeur McKenna est le fondateur académique de la société. L’étude intitulée « Improves extraction socket healing and reduces osteonecrosis in zoledronate-treated mice, » a été publiée en ligne avant impression le 26 mars 2019 et parait dans le numéro de juin 2019 du journal Bone.

Comments are closed here.

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International