Dental Tribune France
L’approche pourrait être utilisée pour dépister les personnes dans le monde et dans divers milieux de soins de santé, même par des professionnels non dentaires. (Photo : Bachkova Natalia/Shutterstock)

Des algorithmes d’apprentissage automatique pour identifier les risques de perte de dents

By Franziska Beier, Dental Tribune International
July 19, 2021

BOSTON, ÉTATS-UNIS : On sait peu de choses sur les facteurs socio-économiques en relation avec la perte des dents. Dans une nouvelle étude, des chercheurs de la Harvard School of Dental Medicine (HSDM) ont mis au point des algorithmes d'apprentissage automatique permettant de déterminer la future perte de dents chez les adultes qui, outre les paramètres évidents tels que l'âge et les soins dentaires, incluent les facteurs socio-économiques des patients. Les résultats suggèrent que ces outils pourraient aider à identifier les dents à risque afin d'assurer une intervention précoce.

En général, la perte des dents peut être évitée si les maladies dentaires sont détectées et traitées à un stade précoce. Des études ont montré que les patients qui se rendent régulièrement chez le dentiste pour des visites de contrôle sont moins susceptibles de perdre des dents. Toutefois, certaines difficultés d'accès aux soins dentaires et les coûts élevés peuvent décourager les patients de consulter un dentiste. Aux États-Unis, un facteur décisif peut être le fait que la couverture des soins dentaires pour adultes ne constitue pas une prestation de santé essentielle dans la plupart des programmes publics d'assurance maladie. En raison de cette absence de soins de routine, lorsque ces patients consultent un dentiste, il est déjà trop tard pour sauver la dent, et l'extraction devient l'option la plus abordable. C'est là que l'outil de dépistage pourrait aider à identifier à temps les patients à haut risque.

Selon les chercheurs, les méthodes d'apprentissage automatique ont été appliquées en médecine afin de fournir des informations pour les décisions cliniques ; cependant, elles n'ont pas encore été développées pour prédire des résultats relatifs à la santé bucco-dentaire. Par conséquent, les chercheurs ont développé et testé cinq algorithmes utilisant différentes combinaisons de paramètres - tels que les conditions médicales et le contexte socio-économique - pour prédire la perte de dents chez les adultes et pour comparer les performances des différents outils. Pour développer les outils de dépistage, l'équipe de recherche a utilisé les données de près de 12 000 adultes provenant de la National Health and Nutrition Examination Survey.

Des caractéristiques socio-économiques décisives

En comparant les performances des différents algorithmes, les chercheurs ont constaté que les modèles qui tenaient compte des caractéristiques socio-économiques, de l’origine ethnique et de l'éducation, étaient plus performants pour prédire la perte de dents que les modèles reposant uniquement sur les indicateurs cliniques dentaires traditionnels.

« Notre analyse a montré que si tous les modèles d'apprentissage automatique peuvent être des prédicteurs de risque utiles, ceux qui intègrent des variables socio-économiques peuvent être des outils de dépistage particulièrement puissants pour identifier les personnes présentant un risque accru de perte de dents », a précisé l'auteur principal, le Dr Hawazin Elani, professeur adjoint de politique de santé bucco-dentaire et d'épidémiologie à l'HSDM, dans un communiqué de presse de l'université.

« Ce travail souligne l'importance des déterminants sociaux de la santé. Connaître le niveau d'éducation, la situation professionnelle et le revenu du patient est tout aussi pertinent pour prédire la perte de dents que d'évaluer son état dentaire clinique », a-t-elle ajouté.

Outre le contexte socio-économique des patients, l'équipe de recherche a également déterminé les conditions médicales préexistantes comme facteurs prédictifs de la perte de dents. « Nous avons constaté que les conditions médicales - telles que l'arthrite, le diabète, l'hypercholestérolémie, l'hypertension et les maladies cardiovasculaires - font partie des facteurs prédictifs de la perte de dents. Les cliniciens pourraient utiliser ces informations pour dépister les patients présentant un risque élevé de perte de dents et coordonner leur orientation et leurs soins dentaires », ont-ils déclaré.

L'outil mis au point peut être utilisé par différents prestataires de soins de santé

L'outil de dépistage a été conçu pour être appliqué dans le monde entier et dans divers environnements de soins de santé, même par des professionnels non dentaires, car il évalue le risque de perte de dents sans nécessité d’examen dentaire. Toutefois, l’outil de dépistage ne doit en aucun cas se substituer à l’examen dentaire, il vise à référer les patients à risque pour une évaluation dentaire plus approfondie dans le but d’assurer des interventions précoces pour éviter ou retarder la maladie.

L'étude, intitulée « Predictors of tooth loss : A machine learning approach », a été publiée en ligne le 18 juin 2021 dans PLOS ONE.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International