Selon une nouvelle étude, les porteurs de prothèses dentaires seraient plus exposés à des carences nutritionnelles

Search Dental Tribune

Selon une nouvelle étude, les porteurs de prothèses dentaires seraient plus exposés à des carences nutritionnelles

Une étude longitudinale rétrospective menée par le Regenstrief Institute et l'école dentaire de l'université de l'Indiana indique que les porteurs de prothèses dentaires complètes ou même partielles, pourraient être exposés à des carences nutritionnelles. (Photo : Shutterstock/Krakenimages.com)

INDIANAPOLIS, États-unis : Bien que le traitement par pose de prothèse soit le principal moyen d’aider les patients partiellement ou complètement édentés,  un conseil nutritionnel pourrait également être justifié pour les patients ayant bénéficié de ce traitement, selon une récente étude longitudinale rétrospective menée par le Regenstrief Institute d’Indianapolis et l’école dentaire de l’université de l’Indiana.

L'étude a permis de relier les valeurs de laboratoire des biomarqueurs nutritionnels aux dossiers dentaires. Les tests de laboratoire comprenaient une numération sanguine complète, un profil métabolique de base et des tests sur les lipides et la thyroïde. L'équipe de recherche a comparé l'état nutritionnel de 3 519 sujets traités par prothèses dentaires amovibles partielles ou complètes, conventionnelles, sur implant ou sur pilier, avec l'état nutritionnel de 6 962 membres d'un groupe témoin, qui n'avaient pas reçu ou requis d'intervention prothétique. Outre l'âge et le sexe, les auteurs ont pris en compte d'autres facteurs disponibles dans les dossiers électroniques, notamment les origines culturelles, les antécédents de traitement et le statut d'assurance. L'étude s'est basée sur des dossiers de patients traités dans les cliniques de l'école dentaire de l'université de l'Indiana  du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2018. Les chercheurs ont comparé les marqueurs nutritionnels sur une période de deux ans.

Parmi les résultats notables, les chercheurs ont constaté des diminutions significatives de l'albumine sérique, de la créatinine et de l'azote uréique du sang (BUN), et une augmentation du taux de filtration glomérulaire estimé (eGFR) chez les patients complètement édentés après la pose de prothèse dentaire, par rapport aux individus du groupe témoin. Chez les patients partiellement édentés, ils ont remarqué une diminution de l'hormone thyréostimulante, de l'azote uréique sanguin, et du cholestérol total. Les dossiers des patients édentés de l'arcade maxillaire ou mandibulaire, indiquaient également une diminution de l'azote uréique sanguin et du eGFR.

Les auteurs ont suggéré que la baisse des taux d'albumine sérique chez les porteurs de prothèses, pourrait être liée aux problèmes de mastication et de déglutition des patients âgés et aux patients qui souffrent déjà d'inflammation chronique et de malnutrition. En général, les taux d'albumine et de préalbumine sériques ne diminuent que chez les patients souffrant de malnutrition sévère. Les auteurs de l'étude ont recommandé la réalisation d'autres études pour explorer le lien entre les taux d'albumine et les interventions prothétiques.

L'auteur principal, le Dr Thankam Thyvalikakath, chercheur à l'Institut Regenstrief et directeur du centre d'informatique dentaire de l'école dentaire de l'université de l'Indiana, a partagé son point de vue dans un communiqué de presse. Elle a déclaré : « Les prothèses dentaires représentent un changement important pour une personne. Elles n'offrent pas la même efficacité de mastication, ce qui peut modifier les habitudes alimentaires. Les dentistes doivent en être conscients, et donner des conseils ou orienter les patients vers des services de conseil en nutrition. Ces patients ont besoin d'un soutien pendant la transition et éventuellement d'un suivi continu. »

Les auteurs de l'étude ont conclu que les tests sérologiques pourraient aider à surveiller la santé et l'état nutritionnel des patients après la pose de prothèses dentaires, et que ceux-ci devraient se voir proposer des conseils nutritionnels lors de leur traitement prothétique.

Bien que l'albumine, le calcium, les protéines et la créatinine sérique aient diminué chez les personnes traitées par prothèses dentaires, les valeurs moyennes des marqueurs hématologiques sont restées dans les limites de la normale, à l'exception des triglycérides, des lipoprotéines de basse densité et du cholestérol total. Le poids et l'indice de masse corporelle étaient supérieurs à la normale. Les auteurs de l'étude ont noté que ces dernières valeurs indiquaient des patients en surpoids, tant dans le groupe témoin que dans le groupe d'étude, et qu'elles correspondaient à la population locale de l'Indiana.

Le risque de dénutrition n'est pas une considération nouvelle, mais l'utilisation de dossiers électroniques a permis une approche beaucoup plus réalisable pour évaluer la santé et les progrès d'un plus grand panel de patients.

L'étude, intitulée « Nutritional assessment of denture wearers using matched electronic dental-health record data », a été publiée en ligne dans le Journal of Prosthodontics le 23 mars 2022, avant d'être incluse dans un numéro.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

advertisement