Dental Tribune France
Alors que la vitamine D joue un rôle bien connu dans la santé des os, de nouvelles recherches suggèrent maintenant qu'elle pourrait également contribuer à prévenir l'infection par le SARS-CoV-2 et à atténuer les symptômes de la Covid-19. (Photo : Grisha Bruev/Shutterstock)

Soleil, vitamine D et Covid-19 : Y a-t-il une corrélation ?

By Iveta Ramonaite, Dental Tribune International
October 26, 2020

LEIPZIG, Allemagne : La vitamine D est une vitamine dont l’activité hormonale dépend de son activation sous l'effet du soleil. L'augmentation du nombre de personnes travaillant aujourd'hui dans des bureaux a considérablement réduit l'accès à la lumière directe du soleil. Les mesures de confinement strictes prises dans le monde entier pour ralentir la pandémie de la Covid-19 ne peuvent qu'avoir aggravé cette situation. On a constaté qu'une carence en vitamine D était associée à une défaillance et à des complications des implants dentaires, et de plus en plus de preuves suggèrent qu'une déficience en vitamine D pourrait jouer un rôle majeur dans la sensibilité au SARS-CoV-2 et à ses conséquences.

La vitamine D stimule l’action du système immunitaire et contribue au développement d'os et de muscles sains et au renforcement de l'émail des dents. Pourtant, selon un article publié par le National Center for Biotechnology Information au début de cette année, environ un milliard de personnes dans le monde souffrent d'une carence en vitamine D, et 50 % de la population mondiale souffre d'une insuffisance en vitamine D.

Un article récent publié par Dental Tribune International (DTI) a fait état d'études antérieures mettant en évidence l'impact d'une carence en vitamine D sur l'ostéointégration et l'échec des implants immédiats. En outre, il a été constaté qu'un régime alimentaire optimal riche en vitamine D réduisait la gingivite. Par ailleurs, DTI a rapporté une étude démontrant qu'une supplémentation en vitamine D pendant la grossesse améliorait la santé bucco-dentaire de l'enfant.

Rôle de la carence en vitamine D dans l'infection par le SARS-CoV-2

Il a été démontré que la vitamine D a un impact bénéfique dans la prévention des infections par des maladies bactériennes et virales. Dans une étude récente menée par l’University Hospitals Birmingham NHS Foundation Trust au Royaume-Uni, les chercheurs ont analysé des échantillons de sang de 392 professionnels de santé qui ont été recrutés en mai 2020, les testant pour la présence d'anticorps anti-SARS-CoV-2 et établissant la concentration de vitamine D dans leur sang.

Ils ont constaté que 15,6 % des participants infectés par le SARS-CoV-2 présentaient une carence en vitamine D. En outre, ceux qui présentaient une carence en vitamine D avaient tendance à signaler des douleurs corporelles, de la douleur et de la fièvre, mais pas les symptômes respiratoires associés à la Covid-19, tels que l'essoufflement ou une toux continue. Les chercheurs ont noté que la majorité des participants ayant un faible taux de vitamine D étaient d'origine noire, asiatique et de minorité ethnique ou occupaient des postes de médecins en formation. Les niveaux de vitamine D étaient plus faibles chez les jeunes participants et les hommes, ainsi que chez ceux dont l'indice de masse corporelle était élevé.

Les résultats ont également suggéré une augmentation du développement d'anticorps détectables contre la Covid-19 chez 72 % des personnels de santé présentant une carence en vitamine D, contre 51 % sans carence. Au vu de ces résultats, les chercheurs ont conclu qu'un taux de vitamine D plus faible chez les participants aurait pu accroître leur sensibilité au virus.

« Comprendre si le traitement de la carence en vitamine D modifie le risque de Covid-19 pourrait être d'une grande importance au niveau local, national et mondial, »

- Dr David Meltzer, Université de médecine de Chicago

« Notre étude a montré qu'il existe un risque accru d'infection à la Covid-19 chez les professionnels de santé qui présentent une carence en vitamine D », a déclaré dans un communiqué de presse le Dr David Thickett, co-auteur et professeur en pneumologie à l'Institut de l'inflammation et du vieillissement de l'Université de Birmingham au Royaume-Uni.

« Nos données viennent s'ajouter aux preuves émergentes issues d'études menées au Royaume-Uni et dans le monde entier selon lesquelles les personnes souffrant d’une forme sévère de la Covid-19 sont plus déficientes en vitamine D que celles souffrant d'une maladie bénigne. Enfin, nos résultats, combinés aux preuves existantes, démontrent davantage les avantages potentiels d'une supplémentation en vitamine D chez les personnes qui risquent de souffrir d'une carence en vitamine D ou dont la carence est avérée, comme moyen d'atténuer potentiellement l'impact de la Covid-19 », a-t-il ajouté.

Une étude similaire menée à l'université de médecine de Chicago aux États-Unis a examiné 489 patients, dont les niveaux de vitamine D avaient été mesurés au cours de l'année précédant le test de dépistage Covid-19. Les chercheurs ont découvert que les patients qui avaient une carence en vitamine D non traitée, c'est-à-dire moins de 20 ng/ml de vitamine D dans leur sang, avaient presque deux fois plus de risques d'être testés positifs Covid-19 que les patients qui ne souffraient pas de carence en vitamine D.

« La vitamine D est importante pour le fonctionnement du système immunitaire et il a déjà été démontré que les suppléments de vitamine D réduisent le risque d'infections virales des voies respiratoires », a commenté le Dr David Meltzer, auteur principal et professeur de médecine à l'université de Chicago. « Notre analyse statistique suggère que cela pourrait être vrai pour l'infection Covid-19 ».

« Comprendre si le traitement de la carence en vitamine D modifie le risque de Covid-19 pourrait être d'une grande importance au niveau local, national et mondial », a-t-il déclaré et ajouté que la vitamine D est rentable, généralement considérée comme sûre à prendre et peut être distribuée à grande échelle.

Prendre des suppléments de vitamine D - est-ce nécessaire ?

Expert en pratique pharmaceutique des soins aux personnes âgées, le Dr William Simonson du collège de pharmacie de l'université d'État de l'Oregon à Corvallis aux États-Unis a noté dans un article récent que, comme le SARS-CoV-2 est un nouveau virus, le lien entre la vitamine D et la prévention à ce virus est encore très spéculatif, comme c'est le cas pour d'autres traitements. Cependant, il estime qu'il y a « un bon raisonnement derrière cette spéculation ».

Des organismes tels que le Comité consultatif scientifique du Royaume-Uni sur la nutrition, le National institute for health and care excellence (NICE) et la Royal Society ont récemment publié des rapports dans lesquels ils conseillent de respecter l'apport quotidien en vitamine D actuellement recommandé pour la santé en général et comme précaution possible contre le virus. Pour maintenir le niveau optimal de vitamine D dans le sang, le National health service (NHS)conseille de prendre un supplément de 10 µg de cette vitamine par jour.

L'étude britannique, intitulée Vitamin D status and seroconversion for Covid-19 in UK healthcare workers who isolated for Covid-19 like symptoms during the 2020 pandemic, a été publiée en ligne le 6 octobre 2020 sur medRxiv.

L'étude américaine, intitulée Association of vitamin D status and other clinical characteristics with Covid-19 test results, a été publiée en ligne le 3 septembre 2020 dans JAMA Network Open.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 11, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International