Dental Tribune France

Disilicate de lithium – Une solution efficace pour les cas exigeants de la chirurgie esthétique

By Dr Igor Ristic
December 02, 2014

_À une époque où les chirurgiens-dentistes tout comme les patients aspirent à des méthodes de restauration plus conservatrices, ainsi qu’à un changement absolu de la restauration de dents isolées ou de la dentition dans son ensemble, la céramique à base de disilicate de lithium représente un matériau vraiment singulier, et elle est presque certainement la prochaine grande révolution en dentisterie esthétique !

En raison de sa résistance élevée à la fracture (400 MPa), de ses propriétés optiques similaires à celles de la structure dentaire naturelle, et de son aptitude à être pressée en couche très mince, ce matériau ouvre un potentiel exceptionnel de fabrication de restaurations mini-invasives, telles les couronnes et les facettes extrêmement fines.

Aujourd’hui, tout technicien dentaire un peu talentueux, est en mesure de produire des restaurations en disilicate de lithium pressé, de 0,3 mm seulement, qui donnent d’excellents résultats esthétiques. Si l’on ajoute à cela l’expérience et la connaissance du matériau, ces restaurations pourraient alors être considérées comme parfaites en termes d’aspect, de durabilité et d’aptitude à se fondre dans la dentition naturelle intacte.

Malheureusement, lorsque la céramique pressée a été lancée sur le marché, elle a suscité une vague de scepticisme et de réticence au sein de la profession, essentiellement en raison du coût biologique élevé des restaurations. En effet, la structure dentaire saine pouvait être meulée jusqu’à 2 mm d’épaisseur, ce qui aboutissait finalement à une préparation par trop agressive. La préparation des incisives inférieures selon les instructions du fabricant, allait souvent jusqu’à frôler la dévitalisation de la dent.

En raison de ses propriétés singulières, le disilicate de lithium (IPS e.max Press, Ivoclar Vivadent) a complètement modifié le concept d’utilisation de la céramique pressée, et il permet une préparation extrêmement conservatrice. IPS e.max Press est un système céramique à base de disilicate de lithium hautement esthétique, doté d’une grande résistance à la fracture, et pouvant être scellé à l’aide de procédés de collage ou de ciments composites auto-mordançants – de telles techniques sont mieux connues dans la littérature sous le qualificatif « conventionnelles ». Il permet de créer des restaurations dentaires monolithiques et de les personnaliser par des colorations, ou de les revêtir d’une couche de céramique IPS e.max Ceram.

embedImagecenter("Imagecenter_1_1491",1491, "large");

_Étude de cas

La patiente s’est présentée à notre centre dentaire avec une requête sans équivoque : supérieure gauche, qui a pivoté. Je souhaite qu’elle ait le même aspect que mon incisive droite ».

L’examen a établi que les dents 11 et 21 présentaient des dyschromies, le plus probablement dues à une fluorose. Elles apparaissaient sous une couche de composite partiellement décollée, qui avait été posée auparavant par un autre praticien, afin de les masquer. La dent 22 avait subi une rotation en raison d’une énorme obturation en composite, au niveau de la face mésiale (Figs. 1 et 2). Derrière le sourire de la patiente, manifestement joli et relativement harmonieux, un contrôle plus approfondi a également révélé un certain nombre d’obturations en composite sur la face palatine mésiale des incisives centrales, ce qui limitait la possibilité d’une restauration à l’aide de facettes collées sur ces dents.

Suite à un entretien avec le laboratoire et le céramiste, nous avons opté pour la céramique IPS e.max Press, afin d’élaborer des couronnes pour les dents 11 et 21, avec préparation aussi conservatrice que possible, et une mince facette palato-vestibulaire profilée en V pour la dent 22, qui allait simultanément corriger la rotation, et compenser la structure manquante de la dent naturelle restaurée avec un composite. Seule la face labio-distale de la dent nécessitait une préparation, après l’élimination des obturations composites mésiales. Une facette a également été fabriquée pour la dent 12.

Après un examen des obturations en composite sur les dents centrales, la face palatine des dents a été préparée en réalisant une ligne de finition supra-gingivale, et un meulage minimal de la structure dentaire. Les dents 12 et 22 ont pu bénéficier d’une préparation très conservatrice, grâce aux caractéristiques avantageuses des matériaux e.max Press.

Les restaurations provisoires ont été fabriquées à partir d’un matériau composite et scellées par la technique de mordançage ponctuel, afin de permettre l’ajustement de la restauration définitive. La technique monophase du double mélange (dite technique du Putty/Wash) a été utilisée, pour prendre une empreinte au moyen des matériaux extrêmement précis : Flexitime Putty et Flexitime Correct Flow (fabriqués tous deux par Heraeus ; Fig. 4b).

Les surfaces dentaires préparées étaient saines et présentaient une couleur naturelle sans aucune dyschromie, ce qui nous a permis d’utiliser le lingotin de matériau extrêmement translucide IPS e.max Press HT BL1 (Fig. 6). Les coiffes ont été pressées à partir d’un matériau à base de disilicate de lithium, et soumises à une cuisson dans un four spécial.

Étant donné le niveau esthétique extrêmement élevé exigé par ce cas, le céramiste a décidé que les quatre restaurations devaient être réalisées en utilisant la technique dite du « cut-back » (découpe du bord libre) sur les coiffes et les facettes pressées, afin de parvenir à un très haut degré d’individualisation, en utilisant les matériaux de préparation incisive de la gamme IPS e.max Ceram.

Dès leur envoi par le laboratoire, les restaurations ont été traitées par un gel à base d’acide fluorhydrique et un agent silanique. Nous avons procédé à l’essayage avant d’effectuer le glaçage des restaurations, puis elles ont été scellées après un contrôle final (Fig. 10). Pour le collage, nous avons utilisé le ciment résine Variolink II (Ivoclar Vivadent) de couleur transparente, sans catalyseur, au moyen uniquement du processus avantageux de photopolymérisation.

L’ajustage parfait des couronnes et des facettes, même avant le scellement, a confirmé que nous avions répondu à toutes les conditions préalables, à une adaptation ultérieure pleinement réussie des restaurations aux tissus mous (Fig. 11).

_Conclusion

Le résultat esthétique et les caractéristiques optiques de la restauration globale ont démontré que, quand il est nécessaire de combiner facettes et couronnes à la structure des dents naturelles pour un coût minimal, le meilleur choix est le système IPS e.max Press, en raison de ses formidables performances cliniques et propriétés physiques, et de sa grande fiabilité. Sachant cela, l’équipe responsable du traitement est libérée de l’inquiétude d’obtenir un résultat esthétique différent, selon les différentes épaisseurs des restaurations définitives.

La portée du système tout entier est en fait beaucoup plus large. Peu importe la base (zircone, sous-structure métallique, matériau de reconstitution coronaire pressé), elle ne compromet pas le résultat final, c’est-à-dire la prévisibilité esthétique d’une restauration, par différents matériaux de reconstitution coronaire sur une seule arcade.

_Remerciements

Je tiens à remercier Andreja Protic pour la fabrication des restaurations en céramique, les photographies prises en laboratoire et tous les éléments qui m’ont permis d’écrire cet article._

Note de la rédaction : cet article est paru dans le magazine DT Study Club, Vol.2, numéro 4, décembre 2014.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International