Dental Tribune France
Le Dr Nico Lindemann (à gauche) opère Tomas Schröck (au centre), qui était sous auto-hypnose. (Image : Tomas Schröck)

Pose d’un implant dentaire sous auto-hypnose

By Franziska Beier, Dental Tribune International
October 05, 2021

LEIPZIG, Allemagne : Être physiquement allongé dans le cabinet d'un dentiste, mais mentalement marcher pieds nus dans une rivière de montagne : voilà comment un patient a vécu avec succès la pose d'un implant dentaire sous auto-hypnose, sans aucune anesthésie. Le patient, qui a subi une telle procédure pour la première fois dans ces conditions, a été très satisfait du résultat et a déclaré n'avoir ressenti pratiquement aucune douleur pendant l'intervention.

L‘histoire a commencé lorsque le patient, Tomas Schröck, hypnothérapeute ayant son propre cabinet à Leipzig, a demandé à son dentiste, le Dr Nico Lindemann, copropriétaire du cabinet dentaire Dr Lindemann, Kurtz-Hoffmann et collègues à Leipzig, s'il était prêt à l'aider à réaliser une auto-expérience : une opération d'implantation réalisée sous auto-hypnose, sans analgésique ni anesthésie.

« Même si j'avais déjà pratiqué l'hypnose auparavant, en raison du désir d'auto-hypnose du patient, je devais lui confier la responsabilité d'éliminer la douleur. D'un côté, j'étais optimiste quant à l'efficacité de cette méthode. D'autre part, je me demandais si je pouvais lui faire suffisamment confiance pour que la procédure puisse être réalisée correctement comme prévu », a déclaré le Dr Lindemann à Dental Tribune International.

Interrogé sur les raisons qui l'ont poussé à réaliser cette expérience, Thomas Schröck a déclaré qu'il souhaitait avant tout faire connaître l'hypnose et montrer l’étendue des possiblités. En particulier pour les patients qui ont peur des traitements dentaires ou qui ne tolèrent pas les médicaments, l'auto-hypnose peut être un outil très utile pour aborder un traitement sans peur ni douleur importante. Il était également curieux et voulait expérimenter sur lui-même ce qu'il enseignait à ses patients depuis des années.

« Pendant l'auto-hypnose, on assume à la fois le rôle de l'hypnotiseur et de la personne hypnotisée et on se donne des stimuli correspondants. À première vue, cela peut sembler contradictoire. Mais une fois que l'on a compris comment fonctionne l'hypnose, cela devient plus clair », explique Thomas Schröck. On suppose que tout le monde vit des états de transe plusieurs fois par jour, souvent sans s'en rendre compte. Thomas Schröck donne l'exemple des trajets monotones en voiture, pendant lesquels l'esprit dérive vers des pensées quotidiennes et le trajet passe ainsi rapidement. Il en va de même pour les loisirs, où le temps passe vite. Ces moments, où beaucoup de choses se produisent automatiquement via le subconscient, sont des transes quotidiennes. Cette capacité peut être utilisée pour l'auto-hypnose. Des souvenirs ou des images sélectionnés individuellement sont entraînés jusqu'à ce qu'ils fonctionnent de manière largement automatique et que seuls quelques stimuli de la conscience soient nécessaires.


Pour sa procédure, Thomas Schröck a utilisé le souvenir d'une marche pieds nus dans un lac de montagne glacé. « J'ai choisi ce souvenir pour deux raisons. Les pieds sont physiquement les plus éloignés de la bouche et donc du site de l'opération, et j'associe à ce souvenir un fort sentiment d'euphorie. L'euphorie et la peur ou la douleur négative ont tendance à s'exclure mutuellement dans mon monde », a-t-il expliqué.

Il poursuit : « L'art de l'auto-hypnose consiste à s'autoréguler consciemment à un certain niveau afin d'avoir des expériences inconscientes à un autre niveau. Cela signifie que vous n'êtes pas éteint ou entièrement passif en auto-hypnose. Dès que je devenais trop conscient de ce qui se passait dans ma bouche, je dirigeais à nouveau mon attention vers mon lieu de ressource dans le torrent de la montagne. » Dans l’ensemble, Thomas Schröck n'a ressenti qu'une douleur très atténuée pendant l'opération.

Garder un œil sur le comportement de saignement et les signaux de main

« L'équipe était légèrement nerveuse avant l'opération », a déclaré le Dr Lindemann. Toutes les éventualités qui pouvaient se produire durant la procédure - par exemple, ce qui se passerait si le patient ressentait une forte douleur - ont été envisagées par l'équipe dentaire à l'avance, de sorte que la nervosité s'est rapidement dissipée une fois l'opération commencée. Lorsqu'on lui a demandé dans quelle mesure l'équipe a soutenu le patient pendant l'intervention, Le Dr Lindemann a répondu : « Nous avons créé un environnement très calme et détendu. En outre, nous nous sommes mis d'accord sur les signaux que le patient devait nous donner au cas où il ressentait une douleur ou qu'il avait besoin d'une pause pour se remettre dans un état d'hypnose suffisamment profond. »

Lors de la pose d'un seul implant avec augmentation osseuse mineure dans le cadre d'une procédure ouverte dans la mandibule avec fermeture par suture ultérieure, l'équipe dentaire a dû prêter une attention particulière au comportement du saignement, qui diffère de celui sous vasoconstriction.

Une question de confiance

Bien que l'hypnothérapeute soit convaincu de la réussite de son auto-expérimentation, il nourrit quelques doutes. En amont, il s'est demandé s'il parviendrait vraiment à se concentrer pendant toute la durée de l'opération. « Je suis très satisfait du résultat. Rétrospectivement, j'ai même été un peu surpris de la rapidité avec laquelle cela s'est passé et de la facilité avec laquelle j'ai maîtrisé la douleur », a expliqué Thomas Schröck.

Il a seulement échoué dans le contrôle de l'hémorragie à un niveau inférieur à celui auquel on pourrait s'attendre sans anesthésie. « Il y a suffisamment d'études et de cas-types qui ont prouvé ces choses. Malheureusement, dans le feu de l'action, j'ai oublié de me concentrer sur cet aspect aussi ». Il prévoit toutefois de travailler sur cet aspect lors de l'opération suivante, au cours de laquelle la vis d'obturation sera retirée.

Selon le Dr Lindemann, la confiance mutuelle entre le patient et l'équipe a permis de se concentrer pleinement sur l'opération. Il conclut : « Je suis reconnaissant à mon équipe formidable et à la confiance que notre patient m'a accordée ».

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International