Dental Tribune France

Interview : L’IDS 2021 sera différent

Contrairement à l'IDS 2019, l'édition de l'année prochaine du plus grand salon dentaire du monde ne verra pas les allées remplies de visiteurs en raison des règles d'hygiène strictes exigées pour l'accueil de grands événements. (Photo : Koelnmesse/IDS Cologne)
By Claudia Duschek, DTI
August 19, 2020

Comme la plupart des industries, le secteur dentaire a été gravement touché par la pandémie du Covid-19. L'ensemble de l'économie européenne et internationale est confronté à une énorme récession. Malgré les circonstances actuelles difficiles, l'Association de l'industrie dentaire allemande (VDDI) a des perspectives positives huit mois avant le Salon international d'odontologie (IDS). Dental Tribune International s'est entretenu avec le président du conseil d'administration, Mark Stephen Pace, sur la situation actuelle de l'industrie et sur les préparatifs en cours pour l'IDS, qui doit se tenir comme prévu du 9 au 13 mars 2021 à Cologne en Allemagne.

M Pace, quelle est votre évaluation de la situation actuelle de l'industrie dentaire ?
La profonde récession provoquée par la crise du Covid-19 a frappé très durement tous les secteurs économiques, et l'industrie dentaire ne fait pas exception. Néanmoins, il existe des différences cruciales, car il constitue une partie essentielle de l'industrie de santé. La crise montre que les gens sont prêts à s'abstenir de beaucoup de choses, mais qu'ils ne compromettront pas leur santé.

La menace du Covid-19 a sensibilisé de larges pans de la population à l'importance de la santé. Après la phase de report de nombreux traitements et opérations, et alors que la situation continue de s'assouplir progressivement, les gens reprennent conscience d'autres problèmes de santé importants. Cela signifie que les patients rattrapent peu à peu les traitements et les contrôles qui ont été reportés. La demande de traitement s'est accumulée et commence progressivement à se réduire, ce qui ne peut évidemment pas se produire immédiatement. Toutefois, cela devrait s’améliorer progressivement.

Mark Stephen Pace est président du conseil d'administration de l'Association de l'industrie dentaire allemande. (Photo : VDDI)

Par crainte de contamination, de nombreux patients ont évité de se rendre dans des cabinets dentaires pendant la phase aiguë d’infection du Covid-19. Cependant, les pratiques dentaires sont parmi les lieux les plus hygiéniques, car ils doivent répondre aux normes d'hygiène et de sécurité les plus strictes. La plupart des dentistes auront revu, mis à jour et amélioré leurs protocoles d'hygiène. Les organismes professionnels dentaires officiels de nombreux pays l'ont expliqué de manière convaincante à leurs patients et ont également expliqué que le report des rendez-vous préventifs et la négligence de la santé bucco-dentaire réduisent les chances de diagnostiquer des maladies mortelles dans la cavité buccale.

Nous faisons partie de l'industrie de la santé, et nous savons que la santé bucco-dentaire est étroitement et dans une large mesure liée à la santé générale. Nous devons insister sur ce point à chaque fois que l'occasion se présente.

« L'industrie mettra plus de temps à retrouver les niveaux de vente d'avant la crise »

De nombreuses entreprises dentaires, y compris de grands fabricants, luttent contre les effets de la crise. Quelles sont les réactions générales de vos membres sur l'état actuel du secteur ?
Il est vrai que notre industrie dentaire a également été très durement touchée par la crise du Covid-19. La baisse de la demande des cabinets et des laboratoires est due au manque de visites des patients dans les cabinets, et le confinement et les restrictions ont paralysé tous les secteurs de l'économie dans le monde entier. En conséquence, nos chaînes de valeur et d'approvisionnement ont été interrompues et, dans certains cas, même brisées. Les conséquences sont des baisses importantes des ventes industrielles, du chômage partiel et d'autres restrictions, par exemple celles imposées aux événements, aux séminaires et à la formation continue.

Toutefois, nombre de nos membres ont agi avec beaucoup de souplesse et de rapidité. La numérisation progresse également à grands pas dans les processus internes des entreprises. Cela améliore l'efficacité et l'efficience des entreprises. En outre, de nombreux prestataires sont passés à des événements numériques au lieu de se présenter en présentiel et les ont développés. L'intérêt des clients n'a pas diminué pendant la crise, mais a plutôt augmenté. De nombreux clients ont inévitablement eu plus de temps qu'auparavant pour se former en ligne.

L'industrie dentaire européenne aura-t-elle récupéré d'ici à la fin de 2021 ?
Cela ne se fera probablement pas aussi vite. L'industrie, c'est-à-dire toutes les industries, mettra plus de temps à retrouver son niveau de ventes d'avant la crise. Néanmoins, nous constatons déjà des signes encourageants dans le secteur dentaire.

Les domaines d'activité de notre industrie dentaire couvrent un large éventail de tâches - diagnostic, traitement et prévention de diverses maladies ou autres problèmes liés aux tissus dentaires et parodontaux ainsi qu'aux os de soutien. Aujourd'hui, la dentisterie moderne offre un large éventail de traitements pour maintenir ou restaurer la santé bucco-dentaire.

Le nombre croissant de personnes âgées dans le monde et la demande croissante de traitements dentaires cosmétiques, ainsi que l'augmentation des procédures dentaires, augmentent les options de traitement et les applications pour chaque type de besoin médical et de désir esthétique des patients.

Les rapports actuels du marché mondial de l'industrie dentaire montrent des taux de croissance sur la période de prévision jusqu'en 2023. Par exemple, le marché dentaire devrait croître à un taux de croissance annuel composé de 7,6 % dans les années à venir. Selon l'Organisation mondiale de la santé, 3,58 milliards de personnes dans le monde ont été touchées par des maladies dentaires en 2016. La prévalence du cancer de la cavité buccale et des maladies parodontales stimule la demande de services de santé dentaire et donc la croissance de l'industrie dentaire mondiale. Avec ces services, il est de notre devoir et de notre vocation de fournir des soins aux personnes du monde entier.

« Sous sa forme actuelle, aucun événement sérieux inter-entreprises ne pourra avoir lieu dans le monde entier »

Étant donné que la majorité des rencontres dentaires ont été reportés ou annulés cette année, la question se pose de savoir si l'IDS 2021 peut se tenir sous sa forme actuelle en tant que premier salon dentaire mondial. Y aura-t-il des changements conceptuels ?
Nous vivons dans une nouvelle normalité en attendant qu'un vaccin efficace contre le Covid-19 soit mis au point. Dans sa forme actuelle, aucun événement sérieux inter-entreprises ne pourra avoir lieu dans le monde entier. Nous voyons à quel point les sociétés d’expositions commerciales s'efforcent de répondre à toutes les exigences pour pouvoir organiser des rencontres commerciales en toute sécurité. Naturellement, tous les salons commerciaux doivent respecter les réglementations spécifiques en matière de santé et de sécurité et les mesures de protection imposées par les gouvernements et les autorités respectives. En même temps, nous nous efforçons de maintenir le caractère de l'IDS en tant que plate-forme de communication, marché des innovations et vitrine la plus complète de l'industrie dentaire mondiale, même dans les conditions actuelles. En collaboration avec Koelnmesse, nous nous efforçons de proposer des outils numériques supplémentaires qui complètent et soutiennent l'expérience et les services de communication.

Quelles sont les précautions particulières que vous prenez actuellement pour l'IDS 2021 ?
L'accent est mis sur le contact entre les personnes. Afin de rendre ce contact aussi sûr et fructueux que possible, Koelnmesse a élaboré une série de mesures conformément à l'ordonnance sur la protection contre les coronavirus du Land allemand de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et en étroite collaboration avec les autorités de Cologne, qui réglementent l'interaction sur le salon. L'objectif du concept #B-SAFE4business est de garantir la sécurité professionnelle au plus haut niveau et de créer un environnement dans lequel les industries et les sociétés peuvent à nouveau se développer. Koelnmesse a regroupé ses mesures visant à assurer la santé de ses exposants et visiteurs sous les quatre thèmes SHOW SAFE, MEET SAFE, STAY SAFE et VISIT SAFE. Ces thèmes visent à réglementer une interaction sûre sur le salon et à garantir, à nouveau dans une atmosphère détendue, la rencontre des exposants et les visiteurs. De cette manière, l'IDS offre suffisamment de possibilités et d'espace pour permettre à un grand nombre de participants de traverser les zones d'exposition en toute sécurité.

Un autre avantage est le système numérique d'information et de guidage des visiteurs. Des stands généreusement planifiés permettent de respecter les distances minimales, de sorte que le nombre de visiteurs d'un stand n'est pas réglementé tant que la distance minimale de 1,5 m est garantie. En même temps, des aides techniques appropriées sont utilisées pour surveiller et, si nécessaire, contrôler la répartition des participants au salon et donc le flux de visiteurs. Le concept de sécurité pour le prochain IDS comprend également le système de tickets limité exclusivement aux tickets en ligne, ainsi que l'enregistrement complet de tous les participants afin de garantir la traçabilité des visiteurs. Koelnmesse réexaminera régulièrement le concept de sécurité et l'adaptera aux conditions cadres en vigueur.

Je suis convaincu que l'IDS 2021 sera le coup d'envoi décisif d'un nouveau départ après la crise du Covid-19 L'industrie internationale attend l'IDS 2021 avec impatience, car il jouera un rôle clé dans la gestion réussie de la crise, notamment en ce qui concerne l'échange personnel de stratégies dans les différents marchés et régions. Ses propres besoins et positions peuvent être uniquement analysés et évalués dans le cadre d'un dialogue direct avec tous les acteurs du marché. Cela vaut également pour le réalignement des chaînes de valeur.

Comment voyez-vous l'évolution internationale en ce qui concerne l'IDS 2021 ?
Ici aussi, je suis assez confiant. J'ai l'impression que de nombreuses sociétés, même à l'étranger, ont hâte de redémarer. Comme c'est le cas partout dans les affaires, l'immobilisme de notre industrie comporte aussi un risque élevé de ralentissement. La concurrence internationale se poursuit malgré la crise. À mon avis, il n'est pas question de rester les bras croisés et d'attendre que la situation s'améliore. Après tout, nous ne savons pas quand ni si nous pourrons revenir à la normalité habituelle de la période pré-Covid-19. Les exposants étrangers, comme tout le monde, surveilleront attentivement leurs investissements dans les présentations IDS et planifieront soigneusement leurs ressources et les ajusteront pour 2021.

Après tout, la 39e édition de l'IDS n'aura pas lieu avant huit mois environ, période pendant laquelle beaucoup de choses peuvent encore évoluer positivement. Toutefois, en fin de compte, le facteur décisif pour les flux de visiteurs dépendra de ce que les gouvernements respectifs autoriseront et accorderont à leurs citoyens en termes de possibilités de voyage. Il est possible que la crise du COVID-19 ne soit pas encore surmontée d'ici mars 2021, mais elle sera certainement plus facile à gérer grâce à l'expérience acquise par toutes les parties. Mais aucun d'entre nous ne peut prédire l'avenir.

Récemment, Dentsply Sirona a annoncé que l'entreprise ne participerait pas à l'IDS 2021. (Image : IgorGolovniov/Shutterstock)

Combien de sociétés se sont enregistrées jusqu'à présent ?
Koelnmesse a actuellement reçu plus de 1 300 inscriptions. Du point de vue actuel, huit mois avant l'événement, ce sont de très bons chiffres. Il s'agit de sociétés qui ont délibérément décidé de participer à la 39e édition de l'IDS en dépit d'une situation économique difficile. L'action anticyclique est l'un des outils utilisés en temps de crise pour contrer la concurrence et redistribuer les parts de marché. Nous pouvons y voir un signal d'encouragement, de confiance et d'orientation future. Ces entreprises voient la crise comme une opportunité ; elles s'opposent au pessimisme et sont optimistes. Chaque exposant a bien regardé et calculé le rapport coût-bénéfice comme pour tout investissement. Cependant, il y a aussi des sociétés qui ont décidé de ne pas participer. Cette importante décision commerciale doit être prise par chaque société individuellement, mais il doit être clair pour tout le monde que le marché se réoriente et se redistribue constamment. Nous pouvons nous réjouir que notre IDS bénéficie d'un tel niveau de confiance et que le premier salon mondial offre un grand potentiel pour notre division dentaire de l'industrie de santé, même en temps de crise.

Vous attendez-vous à une baisse du nombre de visiteurs sur le salon venant d’Allemagne et de l'étranger en raison de réglementations plus strictes en matière d'hygiène et de la crainte d'éventuelles infections ?
Oui, il y aura certainement moins de visiteurs, car il y aura probablement encore des restrictions de voyage dans différentes parties du monde. Il s'agit également d'une décision personnelle de vouloir ou non faire preuve de prudence. Mais je ne pense pas que les visiteurs seront dissuadés par les mesures d'hygiène et de sécurité - au contraire, toutes les mesures prises garantiront aux exposants et aux visiteurs un niveau de sécurité maximal. En tant qu'industrie de santé, nous sommes habitués, en tant que fabricants et utilisateurs, à des normes de sécurité élevées dans notre travail quotidien.

Ce qui est positif, c'est que nous faisons partie du secteur médical. Les fabricants de technologies médicales et leurs clients des cabinets dentaires et des laboratoires dentaires ont l'habitude de respecter les normes les plus strictes en matière de production, de traitement et d'application des matériaux et des produits. Les exposants comme les visiteurs sont familiarisés avec les règles d'hygiène et de sécurité. L'IDS 2021 sera différent, les règlements des autorités sanitaires auront beaucoup changé, mais les visiteurs n'auront pas à avoir peur d’être gênés par les limitations. Nous pourrions même affiner le profil de notre secteur dans le cadre de l'industrie médicale, car les règles qui s'appliquent dans la pratique et en laboratoire seront maintenues lors du salon.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International