L’accès aux soins buccodentaires des personnes en situation d’handicap

Search Dental Tribune

L’accès aux soins buccodentaires des personnes en situation d’handicap

E-Newsletter

The latest news in dentistry free of charge.

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.
(Photo Shutterstock/ Gorovits)
Dental Tribune France

By Dental Tribune France

jeu. 12 novembre 2015

save

PARIS, France : L’état de santé buccodentaire des personnes en situation de handicap est un enjeu majeur de santé publique et d’intégration sociale. La profession des chirurgiens-dentistes s’est mobilisée et, à l’initiative de l’Union française pour la santé bucco dentaire (UFSBD), a rédigé une charte « Romain Jacob » qui a été signée le 28 août dernier par les représentants de l’UFSBD, de l’Ordre national des chirurgiens-dentistes (ONCD), de la Confédérationnationale des syndicatsdentaires (CNSD), l’Union des Jeunes chirurgiens-dentistes (UJCD), La Fédération des Ssyndicats dentaires libéraux (FSDL) et l’association Handidactique.

« Les pathologies buccodentaires observées chez les personnes en situation de handicap sont essentiellement liées à un déficit d’hygiène et d’accès aux soins, pouvant avoir des conséquences graves sur la santé générale », rappelle l’UFSBD. Afin d’améliorer l’accès à la santé buccodentaire des personnes handicapées, il est donc fondamental d’améliorer l’accès à la prévention, c’est-à-dire de privilégier les solutions en amont qui permettront de limiter les besoins de soins en aval.

L’objectif de la charte : mobiliser tous les acteurs dans la mise en place d’un parcours santé individualisé pour chaque personne, quels que soient son handicap, son âge et son milieu de vie. La charte est construite autour de sept axes.

1. Mobiliser tous les acteurs du parcours santé

Les professionnels médicaux, de santé, les intervenants du monde du handicap, les familles, les aidants familiaux, les personnes en situation de handicap elles-mêmes participent à la construction et au suivi du parcours santé.

2. Veiller à la prise en compte la plus précoce possible de la santé buccodentaire au sein du parcours santé

En formation initiale ou continue, tous les professionnels médicaux et de santé doivent être formés à la prise en charge et au suivi de la santé buccodentaire des personnes en situation de handicap. Ces dernières et leur entourage doivent être sensibilisés à la nécessité d’un maintien en bonne santé buccodentaire pour leur permettre d’être les acteurs de leur santé.

3. L’éducation à la santé et la prévention sont les piliers du parcours santé buccodentaire

La prévention doit, en partie, être confiée à l’entourage de la personne en situation de handicap (personnel, encadrants) afin de faciliter l’acceptation des pratiques de prévention par la personne handicapée et de garantir la pérennité de la démarche. Les personnes handicapées et leur famille doivent recevoir toutes les informations utiles et nécessaires pour leur permettre de maintenir une bonne santé buccodentaire.

4. Faciliter et développer l’accès aux soins ambulatoires

Les chirurgiens-dentistes continuent à s’engager afin de favoriser l’accessibilité aux soins ambulatoires, tant en termes d’aménagement des locaux que d’organisation et d’offre de soins. Ainsi, dans cette logique, l’Ordre a créé, en 2010, des référents handicap au sein des conseils départementaux afin d’identifier les praticiens pouvant notamment recevoir les personnes en situation de handicap moteur. L’objectif : orienter le patient vers le praticien le plus « adapté ».

5. Créer une habitude de visite régulière chez le chirurgien-dentiste, dès le plus jeune âge, en favorisant le « milieu ordinaire »

Lors de la première consultation, dès le plus jeune âge, le chirurgien-dentiste traitant de la famille propose un protocole de prévention et d’hygiène adapté au patient et à son handicap, et le modifie si besoin au fil de la vie. Il assure le suivi et la maintenance de l’état de santé bucco-dentaire et crée une relation de confiance indispensable à la mise en œuvre des soins primaires si nécessaire. Si certaines difficultés de soins ne permettent pas ou plus les soins en milieu ordinaire, le chirurgien-dentiste traitant oriente le patient vers les professionnels de santé adéquats au sein ou en dehors de réseaux.

 

6. Les établissements médicosociaux sont des partenaires du parcours santé

Leur implication dans le suivi de la santé buccodentaire est liée à la place qu’ils occupent dans la vie de la personne handicapée : de la sensibilisation à la prise en charge complète au sein d’un projet d’établissement. L’intégration d’un chirurgien-dentiste référent au sein de l’équipe médicale pluridisciplinaire, et la réalisation de bilans buccodentaires annuels pour toutes les personnes en situation de handicap au sein de l’établissement sont des éléments majeurs du projet de l’établissement

7. Coordinateur des soins et de la prévention – correspondant en santé orale : les garants du suivi du parcours de santé.

Un coordonnateur de soins et de la prévention de toute personne handicapée vivant à son domicile à l’importance du maintien en bonne santé dentaire. Il devra veiller à la qualité de l’accompagnement en prévention et à l’organisation des soins et mettre en œuvre tous les moyens nécessaires (organisation des transports, prise de rendez-vous, organisation de l’accompagnement,..) pour un suivi dentaire de qualité. Il devra avoir à sa disposition tous les outils et supports nécessaires au service de la coordination du parcours santé de la personne handicapée

Les signataires de la charte Romain Jacob ont souligné l’importance de la mobilisation de tous, et en particulier des chirurgiens-dentistes. Depuis cette date du 28 août, l’association Handidactique se félicite d’un nouvel élan dans le parcours de la Charte Romain Jacob avec la création de chartes spécialisées dans des domaines précis : la médecine physique de rééducation, les urgences, l’aide à domicile et la recherche appliquée au soin et à l’accompagnement (dont la signature est prévue le 23 novembre 2015 à Garches).

L’association rappelle que cet élan a été initié par l’UFSBD qui a rédigé et adopté la première charte spécialisée dans un domaine précis : celui de la santé buccodentaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

advertisement
advertisement