Une approche plus holistique de la dentisterie permet d'améliorer la santé et la vie des patients... (Photo : Dominik Nischwitz)
Nathalie Schüller, DTI

By Nathalie Schüller, DTI

mer.. 27. octobre 2021

save

Le Dr Dominik Nischwitz est chirurgien-dentiste et naturopathe, spécialiste mondial de la dentisterie biologique et des implants en céramique, et vice-président de l'International society of metal free implantology. Avec son père, le Dr Nischwitz a cofondé en 2015 le DNA Health and Aesthetics Center for Biological Dentistry à Tubingen, en Allemagne. Le Dr Nischwitz utilise exclusivement des implants en céramique depuis 2013, en posant plus de 4 000 à ce jour. Pionnier dans le domaine de la dentisterie holistique, le Dr Nischwitz donne régulièrement des conférences dans le monde entier et a récemment publié son premier livre, It's All in Your MOUTH (2020, Chelsea Green Publishing). Il forme les dentistes traditionnels à la médecine dentaire biologique et estime que la santé commence dans la bouche.

J'ai appris votre existence en écoutant une interview que le Dr Miguel Stanley a réalisée avec vous. Une grande partie de ce que vous faites tous les deux est liée, alors peut-être que la première question pourrait concerner votre intérêt commun pour la dentisterie biologique, qui a commencé à la pratiquer, vous ou le Dr Stanley ?
Il m'a invité en 2018, pour lui enseigner la dentisterie biologique car il voulait la mettre en œuvre dans sa clinique.

Vous pratiquez la dentisterie biologique depuis 13 ans et étayez vos arguments par des preuves, mais je suis certaine que certaines personnes ne sont pas ravies de votre conseil d'éviter les traitements de canal et de retirer tous les métaux de restauration de la bouche. Il y a certainement un avantage à avoir une approche plus holistique du traitement des patients, y compris l'examen du système immunitaire et de la nutrition, alors où en est votre popularité aujourd'hui ?
La situation s'améliore, mais j'ai certainement eu des retours négatifs. Vous trouverez bien sûr des choses négatives à mon sujet sur Internet, les ennemis sont toujours là, mais il y a des gens comme moi qui disent qu'ils comprennent le sens de mon message. Le problème vient plutôt de ceux qui ne sont pas ouverts d'esprit, qui se sentent attaqués. J'ai donc appris que le plus important est de ne pas critiquer. Je préfère informer les gens des nouvelles choses que j'ai apprises pour atteindre le niveau de soins plus performant, une progression vers une amélioration constante des soins.

La dentisterie biologique est la superposition de la dentisterie de haute technologie, de la médecine fonctionnelle et de l'optimisation de la santé/biohacking. L'objectif est une santé optimale. Mon message est que tout commence dans la bouche, et que le dentiste a donc un rôle majeur à jouer pour aider les gens, s'il maintient ses connaissances à jour. J'essaie de combler les lacunes dans les connaissances de la dentisterie traditionnelle du point de vue de la médecine fonctionnelle globale, et de l'optimisation de la santé.

En fait, les dentistes qui comprennent le message que j'essaie de faire passer deviennent généralement des adeptes et constatent chez leurs patients, des résultats auxquels ils ne s'attendaient pas. Au lieu de soigner les dents et de s'occuper de la douleur, ils atteignent ce que je considère comme le niveau supérieur, une approche plus holistique. Il en résulte des patients en meilleure santé et avec une vie meilleure. Vous savez que la plupart des patients ne veulent pas aller chez le dentiste. Mes patients sont heureux de me voir car ils apprennent beaucoup sur leur santé globale et sur leur corps. Ils doivent parfois attendre des mois pour une consultation. Je ne fais que des interventions chirurgicales et les cas plus importants, et je consulte un ou deux patients par jour. C'est beaucoup de travail, mais ce qui est gratifiant, c'est que je peux vraiment aider les gens à améliorer leur santé globale en commençant par leur bouche.

Checklist du Dr Dominik Nischwitz pour le retrait de l’amalgame dentaire. (Image : Dominik Nischwitz)

Vous parlez de la façon dont les métaux présents dans la bouche affectent le corps, augmentant l'inflammation et provoquant parfois certaines pathologies. Vous en avez fait l'expérience directe. Peut-on vraiment guérir de certaines affections, les maladies auto-immunes par exemple, si l'on n'a plus de métaux dans la bouche ?
Oui ! Il faut comprendre la situation dans son ensemble. Fondamentalement, le système immunitaire de l'organisme est notre premier mode de défense et d'attaque. La maladie de Hashimoto est une maladie auto-immune qui fait que le corps voit que quelque chose ne va pas dans le corps et l'attaque. Il sait à quoi ressemble le corps naturel. Par exemple, chez une personne ayant des amalgames, le mercure peut se fixer sur la thyroïde. Le corps ne le reconnaît pas comme normal, comme il ne reconnaîtrait pas un virus comme normal et pourrait donc attaquer la thyroïde ou tout autre tissu altéré qui n'a plus l'air naturel. C'est ce qu'on appelle « l'effet haptène ».

Selon l'approche traditionnelle, l'objectif de l’odontologie est de soigner les dents, de soulager la douleur et d'obtenir une bonne esthétique. Certains des différents matériaux de restauration mis en bouche affectent le microbiome, comme l'or et le mercure des amalgames. L'organisme devient épigénétiquement plus contre nature, comme le monde qui nous entoure, et le système immunitaire a du mal à y faire face. C'est la raison pour laquelle nous disons que la santé commence dans la bouche. Nous devons retirer tous les éléments qui ont déjà été placés dans la bouche et les remplacer par de nouveaux matériaux biocompatibles ou au moins neutres, et tenir compte simultanément de tout ce qui va et est allé dans la bouche en matière de nutrition, de micronutriments et de macronutriments, et éventuellement de toute carence acquise au fil du temps.

Le corps se guérit de l'intérieur et on peut utiliser toutes sortes de modalités de guérison, y compris le retour à la nature et aux actions de base — le contact avec les électrons de la surface de la terre en marchant pieds nus à l'extérieur et ainsi réduisant la douleur, dormant mieux, etc. — mais s'il y a encore beaucoup de corps étrangers installés dans la bouche que le corps ne peut pas tolérer ou auxquels il est allergique, le corps ne peut pas guérir. Si l'on élimine ces éléments, le corps a une chance de se rétablir et il doit alors retrouver ce dont il a besoin pour guérir : avant tout, la nourriture, en particulier les macronutriments (protéines, graisses saines et glucides) et les micronutriments (vitamines et minéraux), tout ce dont il a besoin au niveau cellulaire. En gros, nous ramenons le patient à son état naturel inné, nous restaurons tout d'une manière aussi saine que possible et nous lui donnons des outils et des astuces pour améliorer son mode de vie pour le reste de sa vie. Et bien sûr, nous utilisons une dentisterie high-tech pour réparer la fonction ainsi que l'esthétique globale. Un corps sain est de toute façon plus esthétique.

Peut-on alors dire que, si l'on élimine tout ce qui n'est pas naturel, qui n'est pas censé se trouver dans la bouche, on peut se débarrasser, disons, d'une maladie d'immunodéficience, ou ce n'est pas aussi facile que ça ?
Je ne pense pas que ce soit aussi rapide, mais il est certain que si l'on comprend le concept selon lequel le système immunitaire est devenu intolérant ou un peu trop agressif, il est nécessaire de rééquilibrer l'environnement intérieur, d'éliminer tout ce qui ne devrait pas être dans la bouche, y compris une surabondance de bactéries.

Dominik Nischwitz est un défenseur de la médecine dentaire biologique qui applique tous les principes de base de la chimie, de la physique et de la biochimie. (Photo : Dominik Nischwitz)

Nous ne devrions pas dire à un patient que telle ou telle maladie provenant d’une inflammation constante va disparaître, mais la guérison, le fait de rendre l’organisme aussi sain que possible, va à son tour aider le corps à retrouver son équilibre, et qu'il s'agisse de la maladie de Hashimoto, d'une maladie de peau, du syndrome du côlon irritable ou de la fatigue chronique, tout est lié au système nerveux et immunitaire. La bouche fait partie du corps, et les dents sont comme une extension du cerveau, comme le sont les yeux. Toute la mâchoire et toutes les dents sont reliées au nerf trijumeau (le cinquième nerf du cerveau). Les infections, les toxines, les cytokines, en gros tout ce qui se trouve dans la bouche et sur ou dans les dents sera transporté par le système sanguin, par le système lymphatique et nerveux dans tout le corps en quelques minutes. Le nerf trijumeau peut même transporter des infections et des toxines dans le tronc cérébral, les ganglions, l'hypothalamus et l'hypophyse, par le biais du transport axonal rétrograde. Il est donc possible que vous souffriez de fatigue chronique parce que vous avez une inflammation chronique continue dans votre mâchoire, en réaction aux bactéries anaérobies d'une dent traitée par un canal radiculaire chroniquement enflammé. Si nous traitons l'inflammation chronique, les toxines et les infections, le corps et le système immunitaire pourront retrouver l'harmonie et l'équilibre – l'état d'homéostasie. La bouche est l'entrée du corps et joue un rôle majeur dans l'établissement d'une santé globale optimale, et c'est la raison pour laquelle il faut un dentiste biologique compétent pour nous aider à l'établir.

Ma perspective de la dentisterie biologique va bien au-delà de cela. Nous faisons du biohacking, de la médecine fonctionnelle, dont la nutrition est une grande partie, et nous prenons soin de tout ce qui se trouve dans la bouche du patient. Les patients qui viennent pour un traitement doivent d'abord envoyer certaines informations, une radiographie panoramique, leurs taux de vitamine D3 et de LDL, et le questionnaire médical complété, que nous avons préparé. Nous établissons ensuite un plan de traitement, envoyons des liens vidéo, une estimation des coûts et un plan de préparation (livret nutritionnel, micronutriments à prendre, protocole de guérison osseuse, etc.) avant leur visite.

Nous ne devrions pas dire à un patient que telle ou telle maladie provenant d’une inflammation constante va disparaître, mais la guérison, le fait de rendre l’organisme aussi sain que possible, va à son tour aider le corps à retrouver son équilibre, et qu'il s'agisse de la maladie de Hashimoto, d'une maladie de peau, du syndrome du côlon irritable ou de la fatigue chronique, tout est lié au système nerveux et immunitaire. La bouche fait partie du corps, et les dents sont comme une extension du cerveau, comme le sont les yeux. Toute la mâchoire et toutes les dents sont reliées au nerf trijumeau (le cinquième nerf du cerveau). Les infections, les toxines, les cytokines, en gros tout ce qui se trouve dans la bouche et sur ou dans les dents sera transporté par le système sanguin, par le système lymphatique et nerveux dans tout le corps en quelques minutes. Le nerf trijumeau peut même transporter des infections et des toxines dans le tronc cérébral, les ganglions, l'hypothalamus et l'hypophyse, par le biais du transport axonal rétrograde. Il est donc possible que vous souffriez de fatigue chronique parce que vous avez une inflammation chronique continue dans votre mâchoire, en réaction aux bactéries anaérobies d'une dent traitée par un canal radiculaire chroniquement enflammé. Si nous traitons l'inflammation chronique, les toxines et les infections, le corps et le système immunitaire pourront retrouver l'harmonie et l'équilibre – l'état d'homéostasie. La bouche est l'entrée du corps et joue un rôle majeur dans l'établissement d'une santé globale optimale, et c'est la raison pour laquelle il faut un dentiste biologique compétent pour nous aider à l'établir.

Ma perspective de la dentisterie biologique va bien au-delà de cela. Nous faisons du biohacking, de la médecine fonctionnelle, dont la nutrition est une grande partie, et nous prenons soin de tout ce qui se trouve dans la bouche du patient. Les patients qui viennent pour un traitement doivent d'abord envoyer certaines informations, une radiographie panoramique, leurs taux de vitamine D3 et de LDL, et le questionnaire médical complété, que nous avons préparé. Nous établissons ensuite un plan de traitement, envoyons des liens vidéo, une estimation des coûts et un plan de préparation (livret nutritionnel, micronutriments à prendre, protocole de guérison osseuse, etc.) avant leur visite.

Votre approche ne se limite donc pas à la santé dentaire du patient et met en œuvre des changements qui ne seront pas nécessaires uniquement pendant votre traitement, mais tout au long de la vie. Vos patients sont-ils engagés à ce point, ou prennent-ils les mesures nécessaires uniquement pour la durée du traitement avec vous ?
Je dirais qu'environ 95 % des personnes qui viennent me voir font tout ce qu'elles peuvent pour optimiser leur santé. Elles sont donc reconnaissantes de l'aide que je leur apporte pour changer leur mode de vie et optimiser leur santé.

Mon Food Design Concept est une directive générale pour mes patients et concerne ce qu'ils devraient manger et ne pas manger, mais s'ils viennent me voir, ils sont déjà préparés, ils ont pris les nutriments que je leur ai recommandés, et leur nutrition est optimale. Nous les traitons à la clinique pendant une semaine et je pratique leur chirurgie, ils sont surtout avec moi pendant une journée, et je leur explique tout. Après l'opération, nous individualisons leur alimentation pour les six mois suivants. Je dirais que 90 % d'entre eux s'investissent pleinement dans leur santé. L'aspect dentaire n'est pas la préoccupation première. À la fin, ils me disent que 80 % de leurs problèmes de santé – dépression, mal de dos chronique, maladie de Hashimoto, etc. – ont été résolus et qu'en plus, ils ont maintenant de belles dents.

Les dents ne sont alors plus le focus, c’est plutôt la santé, et c’est vrai, c'est un état d'esprit différent. Il s'agit de personnes qui recherchent des changements pour améliorer leur santé ; certaines souffrent d'énormes problèmes chroniques depuis des décennies, d'autres sont dans le domaine de l'optimisation de la santé, comme moi, et veulent être à la pointe. Ils peuvent avoir l'impression que quelque chose leur manque ou les retient. Ce sont des biohackers, des athlètes ou des personnes très performantes qui ont simplement besoin d’être au top niveau. Il y a des cas extrêmes, des personnes souffrant de maladies chroniques, des athlètes, etc., mais tous sont vraiment engagés et assument la responsabilité de leur santé et sont très reconnaissants des conseils que nous leur donnons pour changer leur mode de vie, et les gens me disent que je les inspire, et je suis très heureux de pouvoir le faire.

Ma devise est que je fais de mon mieux chaque jour et que je mets en pratique ce que je prêche. Les gens considèrent souvent les choses comme allant de soi, mais je suis curieux et ouvert d'esprit et je sais qu'il y a beaucoup à apprendre. Les personnes qui ont l'impression de tout savoir nieront ce qu’une personne dit si ce n'est pas une connaissance commune, si ce n'est pas ce à quoi nous sommes habitués, si ce n'est pas ce qui a été pratiqué ou ce à quoi on croit, et elles se mettront en colère et porteront un jugement.

 

J'ai récemment regardé une présentation d'un dentiste italien, dans laquelle il a dit quelque chose que j’ai trouvé très intéressant : il a dit que les personnes qui nous inspirent sont celles qui se demandent toujours pourquoi, ce qui signifie pour moi qu'elles ne prennent rien comme un fait établi, comme une vérité universelle et immuable. Je pense que ce n'est que lorsqu'on pense ainsi que les choses progressent et changent pour le mieux. Vous ne trouvez pas ?
Tout à fait. Pendant mes études, j'étais peut-être le seul à tout remettre en question, d'autant plus si cela n'avait pas de sens pour moi. Je pense que je suis en fait très sceptique et très curieux aussi. Par conséquent, si quelqu'un me dit que je fais bien quelque chose, mais qu'il a une idée pour que ce soit encore meilleur, j'écoute et j'essaie. Si elle ne fonctionne pas, je la jette ; si elle fonctionne, je l'utiliserai. Bruce Lee a dit : « retenez ce qui est utile, jetez ce qui ne l'est pas et ajoutez ce qui vous est propre », c'est ce que je fais depuis 19 ans. Je continue à apprendre des choses chaque jour.

Vous parlez de la respiration buccale comme une cause possible de caries. Pourquoi ?
La respiration buccale modifie l'ensemble du microbiome, ce qui modifie le système immunitaire. La respiration buccale crée une sécheresse buccale car il y a moins de salive, qui est nécessaire pour aider la dent à se rétablir, à se reminéraliser. La respiration buccale favorise l’accumulation de la plaque dentaire, ce qui augmente le risque de caries.

La compréhension commune de la cause des caries est que la consommation de sucre nourrit les bactéries dans la bouche et qu'une lésion carieuse en résulte. Ce n'est pas tout. Le mode de vie et les carences nutritionnelles sont des facteurs importants. Des quantités correctes de protéines et de vitamines dans l'organisme donnent des dents dures comme de la pierre. On n'aurait alors même pas besoin de dentifrice pour les nettoyer, mais bien sûr, cela dépend du mode de vie : si l'on mange trop de sucre, on aggrave le problème car d'autres carences apparaissent, un déséquilibre hormonal se développe et le PH de la bouche change. L'acidité du jus d'orange et du cola, par exemple, va également attaquer l'émail et le fragiliser.

L'intolérance au gluten est également une cause de problèmes dentaires. Les personnes atteintes de la maladie cœliaque (qui ne tolèrent pas du tout le gluten) sont très susceptibles d'avoir des dents très molles, car l'inflammation chronique dans l'intestin, qui commence dans la bouche, va créer des problèmes dans la capacité du corps à absorber les minéraux, de sorte qu'il ne peut pas vraiment construire les os et les dents en raison du manque de nutriments, à cause de l'inflammation. C'est plus compliqué que bien sûr, cela a à voir avec l'insuline et la mauvaise salive, et cela revient à ce que l'on fait au quotidien.

Si une personne a été allaitée, a eu une alimentation parfaite pendant son enfance et n'a jamais pris de fluor, elle aura très probablement des dents dures et sans caries, même si elle ne se nettoie pas beaucoup les dents. Dans le monde d'aujourd'hui, il faut dire aux patients de se laver les dents, une ou deux fois par jour, en fonction de ce qu'ils ont déjà dans la bouche, mais dans la nature, on utiliserait probablement juste un bâton pour se nettoyer les dents.

« C'est vraiment tout un changement de mentalité que je veux enseigner à de nombreux dentistes [...]. Je crois que, s'ils pratiquent la médecine dentaire biologique, ils obtiendront de meilleurs résultats et des patients plus heureux »

En fait, j'ai été surprise d’apprendre qu'en Allemagne, le système d'assurance maladie ne rembourse que l'amalgame comme matériau de restauration. Avec tout ce que nous savons et avec la convention de Minamata, comment est-il possible que nous utilisions encore l'amalgame au lieu des composites pour obturer une dent ?
La plupart des dentistes se contentent de faire ce qu'on leur a appris, sans se poser de questions, donc pour eux, il est tout à fait normal de placer des amalgames et l'assurance médicale les rembourse. De nombreux dentistes n'utilisent pas de digues dentaires ou de dispositifs d'aspiration spéciaux lorsqu'ils retirent les amalgames, mais ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'ils se mettent en danger eux-mêmes en ne le faisant pas. Les dentistes peuvent remplacer cinq obturations par jour pendant dix ans et sont donc les plus exposés au risque d'intoxication par les métaux lourds, s'ils ne retirent pas les amalgames de la manière la plus sûre possible. La médecine dentaire est souvent citée comme la profession la plus dangereuse.

Suppression sans danger des amalgames. (Image : Dominik Nischwitz)

Il ne faut pas non plus oublier que le métier de dentiste est souvent peu amusant et stressant, et que peu de gens sont heureux d'aller chez le dentiste, donc ils n'aiment pas le dentiste. Puis, le dentiste doit discuter d’argent, les traitements sont souvent mal remboursés ou sont chers, et les patients ne considèrent pas l'argent dépensé pour prendre soin d'eux de cette manière, comme un investissement.

C'est vraiment tout un changement de mentalité que je veux enseigner à de nombreux dentistes, et c'est ce que j'enseigne aux dentistes et à tout leur personnel. Je crois que s'ils pratiquent la médecine dentaire biologique, ils obtiendront de meilleurs résultats et des patients plus heureux. La philosophie que nous enseignons consiste à créer un environnement sans stress, puis à aider les gens à se rétablir et à guérir, en prenant soin de leur corps et de leur bouche. L'objectif pour l'avenir devrait être qu'ils n'aient jamais mal aux dents, parce que nous leur avons appris à optimiser leur mode de vie et leur alimentation, et qu'ils puissent venir une ou deux fois par an pour un nettoyage et peut-être pour d'autres stratégies d'optimisation de la santé, comme les traitements par oxygénothérapie hyperbare et la nutrition par voie intraveineuse, puis peut-être une mise à jour de leur plan de nutrition tous les six mois pour qu'ils restent sur la bonne voie.

Le traitement par oxygènothérapie hyperbare et la nutrition intraveineuse ne sont donc pas uniquement effectués en vue d'une opération à venir ?
Oui. Il s'agit de médecine fonctionnelle ou d'optimisation de la santé. Si l'on veut vraiment investir sur son corps, sa longévité et son style de vie, le faire au moins une fois par mois serait une excellente stratégie. Pour quelqu'un qui a un niveau de stress élevé ou un athlète, je recommanderais de le faire une fois par semaine. Il s'agit de vacances, permettant au corps de se reconstituer. Ce sont des choses avancées, des choses que l'on peut faire en prime pour la santé ou pour récupérer plus rapidement, mais la chose la plus importante, la règle des 80 %, c'est le mode de vie et la nutrition au quotidien : sortir dans la nature, respirer de l'air frais, marcher pieds nus et se mettre à la terre, manger des aliments propres, prendre soin de ses micro et macronutriments, sortir au soleil et peut-être dans de l'eau fraîche, minimiser l'exposition au WiFi et aux CEM (utilisation intelligente de la technologie). Toutes ces stratégies que l'on peut mettre en œuvre soi-même sont bien plus importantes, mais si l'on veut un avantage supplémentaire, si l'on a un mode de vie stressant ou si l'on est déjà atteint d'une maladie chronique, alors ces thérapies sont vraiment efficaces, pour passer au niveau supérieur ou simplement pour aider à gérer un mode de vie extrême.

Vous recommandez de prendre 5 000 à 10 000 UI de vitamine D3 par jour, mais j'ai lu que, dans le but de reconstruire les os, vous recommandiez de prendre environ 20 000 UI de vitamine D3 par jour ? Qu'en est-il des oméga-3, qu'est-ce que le protocole de guérison osseuse auquel vous faites référence, et cela signifie-t-il que nous devons toujours prendre des suppléments ?
Je l'ai appelé le Protocole de Guérison Osseuse (Bone Healing Protocol) parce qu'à l'époque, il n'était prévu que pour mes interventions chirurgicales. Il s'agit essentiellement d'un concert de tous les micronutriments qui travaillent en synergie pour aider le corps. Il est basé sur des niveaux élevés de vitamine D3, que le corps produit par l'exposition au soleil, et 20 000 UI est une dose plus élevée à court terme que nous utilisons avant et après la chirurgie. Le protocole de guérison osseuse commence généralement deux à quatre semaines avant l'opération et dure au moins six à huit semaines après. Je vérifie régulièrement mon taux de vitamine D3 et je prends 5 000 à 10 000 UI de vitamine D3 par jour. Je veux que mon taux sanguin soit supérieur à la moyenne, qui est de 60 ng/ml, donc 60-100 ng/ml est vraiment bon.

Mais le Protocole de Guérison Osseuse ne se limite pas à la vitamine D3 : il s'agit d'affiner l'alimentation quotidienne, ce que j'appelle le Food Design Concept. La priorité absolue en termes de nutrition, est toujours d'éviter les mauvaises choses, ce que j'appelle les « QUATRE MALADIES PRINCIPALES » : les céréales contenant du gluten, les produits laitiers fabriqués à partir de lait de vache conventionnel (outre le beurre, le lait de brebis, de chèvre et de bufflonne, qui sont des alternatives possibles), les huiles végétales raffinées et le sucre.

La nourriture est la pharmacie de la nature, et nous devrions essayer de manger ce que la nature nous donne, ce que nous pouvons pêcher, chasser ou cultiver, et nous concentrer sur les nutriments qu'elle nous apporte. Le nutriment le plus important est la protéine. Ce terme vient du grec « proteios », qui signifie « le premier » ou « le plus important », et les éléments constitutifs des protéines sont les acides aminés, en particulier les neuf acides aminés essentiels que nous devons trouver dans la nourriture.

Les protéines animales provenant de viandes, de poissons ou d'œufs de haute qualité sont toujours des sources complètes de ces acides aminés essentiels. Nous pouvons également trouver des protéines dans les plantes, mais ce n'est pas aussi « infaillible » que la version animale car les protéines végétales sont le plus souvent incomplètes et doivent être mélangées et préparées différemment. La plupart des personnes que je vois ont une carence en protéines et une carence encore plus grande si elles sont végétaliennes. Je pense que nettoyer le corps avec un régime végétalien pendant quelques semaines est okay, mais je ne pense pas que ce soit une bonne stratégie d'un point de vue médical car, avec le temps, il y a simplement trop de carences en divers nutriments (B12, créatine, carnosine, taurine, choline, etc.).

Mais pourquoi se supplémenter si l'on a un mode de vie sain, une bonne alimentation et tous les nutriments dont on a besoin ? Pourquoi vous supplémentez-vous vous-même, étant plus conscient que la plupart des gens et prenant soin de votre nutrition ?
Je prends des compléments alimentaires pour avoir une santé optimale. Dans un monde idéal, où il n'y a pas de stress, pas de toxines, pas de WiFi, pas de champs électromagnétiques, on ne mange que des aliments biologiques sur des sols de qualité et on prépare soi-même sa nourriture, et dans ce monde, il serait possible de ne pas se supplémenter, mais dans notre société, pour avoir une santé optimale, je pense que nous devons nous supplémenter pour avoir tous les nutriments dont nous avons besoin. Je veux être dans un surplus de nutriments plutôt que dans une carence. Mieux vaut prévenir que guérir.

On n'a jamais besoin de trop. En gros, le Protocole de Guérison des Osseuse (Bone Healing Protocol) fournit tous les micronutriments ensemble, y compris la bonne quantité de vitamine D3, de vitamine K2, de magnésium, de zinc et d'autres minéraux, parce que nos corps sont appauvris et que nous avons besoin de minéraux pour les os. Je bois beaucoup d'eau salée et je mange beaucoup de sel de mer, comme le sel de mer celtique. Je prends un supplément d'oméga-3 si je ne mange pas de poisson, car je veux avoir environ 1 g/jour d'EPA, qui est l'acide gras anti-inflammatoire de l’oméga-3. Les enzymes sont également fournies dans le Protocole de Guérison Osseuse.

Les acides aminés essentiels (AAE) sont les éléments constitutifs de la vie. À mon avis, c'est le seul supplément dont presque tout le monde peut bénéficier. Vous pouvez les obtenir d’une boisson sans avoir besoin de digérer des aliments avant – j'appelle cela vivre mieux grâce à la science. Les AAE sont pré-digérés, ce qui donne un coup de pouce instantané aux blocs de construction de la récupération pour le corps, sans avoir besoin d'énergie pour digérer la nourriture avant. C'est en soi une stratégie facile pour optimiser la nutrition – commencez à « penser en termes de nutriments ».

Selon le Dr Nischwitz, la création de tissus biologiques à l'aide de l'A-PRF est la manière la plus simple d'utiliser la régénération naturelle. (Image : Dominik Nischwitz)

Je n'avais jamais entendu parler de l'ostéonécrose cavitaire induite par la névralgie avant de lire votre livre. Cela m'a paru effrayant de penser que l'on pouvait souffrir d'inflammation chronique, de plaies superficiellement fermées et d'infections, sans en être conscient. Ce qui était encore plus effrayant, c'était d'apprendre qu'une personne sans implants, couronnes ou dents restaurées pouvait quand même en souffrir parce que ses troisièmes molaires avaient été enlevées. Les dentistes sont-ils généralement conscients de ce problème ?
Le problème est que le NICO (Neuralgia inducing cavitational osteonecrosis) n'est toujours pas enseigné dans les écoles de médecine, alors que ce problème existe depuis toujours. Le Dr Johann Lechner, dans son cabinet de Munich en Allemagne, se concentre sur la médecine dentaire holistique, et a mené toute sa vie des recherches sur ces cavitations (terme profane pour NICO/FDOJ). Il a inventé le terme FDOJ, qui signifie « Fatty degenerative osteonecrotic ». C'est en fait une description parfaite de ce que nous trouvons dans ces zones de l'os de la mâchoire. Il a maintenant 72 ans, et les gens l'ont combattu toute sa vie. Je pense que le changement est presque là, mais les universitaires de l'ancienne génération nient généralement l'existence du problème. Je ne sais pas trop pourquoi. La nouvelle génération, peut-être, grâce à la technologie désormais disponible en odontologie, semble être plus ouverte d'esprit et plus ouverte aux nouvelles recherches. Nous faisons maintenant beaucoup de recherches pour prouver scientifiquement l'existence de cette affection.

Je suis un dentiste, qui ressent le besoin profond d'aider les gens à être en bonne santé ou plus en forme. Je suis un docteur. La première règle est « ne pas nuire » et la seconde est « celui ou celle qui guérit a toujours raison ». Les docteurs ont besoin d'articles évalués par des pairs, mais ce n'est pas de la science, c'est de l'académisme, c'est-à-dire que tout le monde s’est mis d'accord, mais c'est le contraire de la science. La science est l'étude de la nature, des choses qui n'ont pas encore été découvertes, et c'est la raison pour laquelle on l'appelle science. Il faut des personnes qui innovent et qui sortent des sentiers battus, pour trouver de nouvelles solutions à des problèmes en constante évolution. La recherche est importante, mais elle vient toujours en second lieu. Cependant, il existe des tonnes de recherches dans diverses sciences sur le corps dans son ensemble, et nous devons être capables d'appliquer chacune de ces découvertes à nos enseignements. Il ne s'agit pas seulement des articles dentaires examinés par des pairs, mais aussi des études nutritionnelles, des micronutriments, des herbes, de la physique, de la chimie, de la biochimie, de la microbiologie – toutes les sciences. Nous vivons à l'ère de l'information, et le nombre de recherches double chaque année.

Je vois maintenant que la dentisterie biologique pourrait devenir une tendance majeure. Il a fallu dix ans à mes premiers amis docteurs pour me croire, et ils sont maintenant tous fans. Si l'on atteint une certaine marge, je pense à 5 %, alors une nouvelle tendance, un nouveau mouvement ou une nouvelle idée peut se développer. La dentisterie biologique n'a pas encore atteint les 5 % ; il y a encore si peu de gens qui la pratiquent dans le monde. Mais nous avons définitivement besoin de plus de dentistes qui travaillent de cette manière.

Qu'en est-il du coût du traitement ? Cela empêche-t-il beaucoup de personnes de poursuivre le plan que vous leur proposez ?
C'est toujours une question de priorités. Si l'on ne pense pas à la santé, on peut faire de son corps ce que l'on veut et on ne s'inquiète pas de ses dents, tant que l'on peut mâcher. Mais si l'on a vraiment un problème de santé ou si l'on veut devenir « surhumain », je pense que restaurer le corps tel qu'il était à la naissance serait une bonne idée. C'est pourquoi nous utilisons la science, les outils et les connaissances de différents domaines, la médecine, la nutrition, etc., pour élaborer un programme qui aide le patient à atteindre son potentiel. Je ne dis pas que je fais tout correctement ou parfaitement ; j'essaie simplement de donner le meilleur de moi-même chaque jour et de chercher de nouvelles solutions. Peut-être qu'une source d'inspiration serait de dire que je suis le gars qui va pousser les choses à l'extrême pour trouver de nouveaux outils et de nouvelles façons de faire les choses. C'est ce que j'aime, construire, créer et optimiser les choses.

La dentisterie biologique, qui propose une approche plus holistique du corps au lieu de traiter les zones séparément, en décomposant les maladies qui nous affligent en spécialités, semble avoir beaucoup de sens lorsque l'on comprend l'interrelation de nombreux problèmes de santé. Cependant, la plupart des traitements alternatifs sont mal remboursés par les assurances maladie, voire pas du tout. Pensez-vous qu'il soit possible de faire évoluer notre système de santé actuel pour qu'il cesse d'être essentiellement réactif, ne traitant que les symptômes, et qu'il devienne proactif, s'attaquant plutôt aux causes de la maladie ?
Mon idée est d'informer les masses. Je suis le « responsable des relations publiques » de la mission « la santé commence dans la bouche ». Je dis aux gens que la médecine dentaire biologique est quelque chose qu'ils doivent connaître. Ensuite, le patient doit aller voir son dentiste et lui poser des questions à ce sujet. Le dentiste devra améliorer sa façon de traiter les patients. C'est la première étape pour former davantage de dentistes. Et si les gens entendent parler de cela, et si nous pensons à changer les modes de vie à plus grande échelle, je pense qu'à un moment donné, les masses suivront dans une certaine mesure, mais je pense qu'il faudra des années pour que les assurances reconnaissent que la prévention est la clé. La meilleure idée est probablement que les patients prennent soin d'eux-mêmes et de leur mode de vie, de sorte qu'ils n'aient pas besoin de consulter un médecin en premier lieu, et qu'ils investissent dans leur santé dès le départ.

Informer les gens est probablement la meilleure stratégie. Je fais de mon mieux pour diffuser l'information et essayer de faire du monde un endroit plus sain, jour après jour. Je pense aussi qu'avec Internet, il est possible de le faire à plus grande échelle. Mon magazine de santé personnel est mon Instagram @drdome1, où vous pouvez trouver divers sujets intéressants et applicables au quotidien.

 

Sieh dir diesen Beitrag auf Instagram an

 

Ein Beitrag geteilt von Dr. Dominik Nischwitz (@drdome1)

Amalgame Dentisterie biologique Holistique Système immunitaire Vitamine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *