Dental Tribune France

Nouvel éclairage sur l’histoire de l’homme de Néandertal et de l’Homo sapiens

By Dental Tribune France
May 27, 2019

LONDRES, Royaume-Uni : En examinant les dents, les scientifiques ont conclu dans une nouvelle étude que les hommes de Néandertal et l’Homo sapiens ont divergé il y a au moins 800 000 ans, ce qui est nettement antérieur à la plupart des estimations basées sur l'ADN. L'étude a des implications majeures pour l'identification des dernières espèces ancestrales communes d'Homo sapiens et de Néandertal.

Dans les grottes de la Sima de los Huesos, un site situé dans les montagnes d’Atapuerca en Espagne, des archéologues ont découvert une trentaine de fossiles hominins sur une période de plusieurs décennies. Ce site préalablement estimé à la période du Pléistocène moyen (430 000 ans) en fait l'une des plus anciennes et des plus grandes collections de vestiges d'hominine découvertes à ce jour.

Lors de cette nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les dents de différentes espèces d'hominine, en se concentrant sur les premiers Hommes de Néandertal. Ces analyses ont montré que les dents des hominines de Sima de los Huesos, ancêtres de l’Homme de Néandertal, divergeaient de la lignée humaine moderne plus tôt que prévu.

L'auteur de l'étude, Aida Gomez-Robles, de l'University College London, a déclaré : « Toute divergence entre les Hommes de Néandertal et l’homme moderne de moins de 800 000 ans aurait entraîné une évolution rapide et inattendue de la dent chez les premiers Hommes de Neanderthal de la grotte de Sima de los Huesos.

« Différents facteurs pourraient potentiellement expliquer ces résultats, notamment une forte sélection ou leur isolement par rapport aux autres Hommes de Néandertal trouvés en Europe continentale. Cependant, l'explication la plus simple est que la divergence entre l'Homme de Néandertal et l’Homo sapiens était supérieure à 800 000 ans. Cela rendrait les taux d'évolution des premiers Néandertaliens de Sima de los Huesos à peu près comparables à ceux observés chez d'autres espèces », a expliqué Aida Gomez-Robles.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont utilisé des données quantitatives pour mesurer l'évolution de la forme dentaire chez les espèces d'hominins, en supposant des époques différentes entre les Homme de Néanderthal et l'Homme moderne, ce qui explique également l'incertitude des relations évolutives entre les différentes espèces d'hominines.

« Les dents de la population trouvée dans la grotte de Sima sont très différentes de celles que nous pensions retrouver dans leur dernière espèce ancestrale commune avec l’Homme moderne, ce qui suggère qu’elles ont évolué séparément pendant une longue période pour développer des différences aussi marquées », a déclaré Aida Gomez-Robles.

L'étude, intitulée «Dental evolutionary rates and its implications for the Neanderthal–modern human divergence», a été publiée dans le numéro de mai 2019 de Science Advances.

Comments are closed here.

Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2019

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International