Dental Tribune France

Faible risque de transmission du SARS-CoV-2 par aérosol lors des procédures dentaires – étude

By Jeremy Booth, Dental Tribune International
July 06, 2021

BRISTOL, Royaume-Uni : La plus grande étude réalisée à ce jour pour mesurer spécifiquement la production d'aérosols en milieu dentaire a révélé que de nombreuses procédures courantes produisent des volumes négligeables d'aérosols. L'étude doit encore faire l'objet d'un examen par les pairs ; cependant, selon les auteurs, les résultats soutiennent les directives actuelles qui considèrent que de nombreuses procédures dentaires présentent un faible risque de transmission du SARS-CoV-2 et suggèrent que le niveau de risque associé à l'utilisation d'instruments à ultrasons pourrait être revu à la baisse.

Dirigée par des chercheurs de l'Université de Bristol, l'étude souligne que la classification existante des procédures dentaires comme présentant un risque élevé ou faible de transmission par aérosol était basée sur les preuves limitées qui étaient disponibles dans les premiers mois de la pandémie.

« L'un des défis de la recherche sur les aérosols consiste à séparer cet aérosol contaminé par la salive de la source instrumentale non contaminée par la salive », ont écrit les auteurs. Selon eux, il existe trois sources d'aérosol possibles lors des procédures dentaires et toutes ne sont pas considérées comme présentant un risque de transmission du SARS-CoV-2. L'aérosol généré par le patient - pendant la parole ou la toux, par exemple - peut être infectieux, celui produit par les instruments dentaires n'est pas considéré comme infectieux, et l'aérosol contaminé par la salive généré par l'utilisation d'un instrument dans la bouche d'un patient infecté peut être infectieux.

L'étude visait à quantifier la concentration d'aérosol produite au cours d'une série de procédures dentaires et, lorsqu'elle était détectée, à séparer l'aérosol contaminé par la salive de celui provenant d'un instrument non contaminé par la salive.

Au total, 41 patients ont subi 15 procédures différentes de parodontologie, de chirurgie buccale et d'orthodontie, qui ont été analysées à l'aide de protocoles horodatés. Aucun aérosol n'a été détecté dans neuf des 41 procédures, et seules six procédures ont généré un volume d'aérosol détectable au-dessus des niveaux de fond. « L'examen à l'aide d'une sonde dentaire, le détartrage manuel, l'administration d'un anesthésique local, l'extraction de routine (à l'aide d'une pince et/ou d'un élévateur), le soulèvement d'un lambeau de tissu mou, le retrait d'un bracket orthodontique, la prise d'empreinte à l'alginate, l'utilisation d'eau trois en un et la suture n'ont pas généré d'aérosol détectable et ne semblent pas présenter de risque de transmission d'aérosol », peut-on lire dans l'étude.

Toujours dans l’étude : « Pour les six autres procédures où l'aérosol a été détecté, le pourcentage du temps total de la procédure où l'aérosol a été observé était de 12,7 % pour le détartrage ultrasonique, 19,9 % pour le trois-en-un air seulement, 42,9 % pour le trois-en-un air + eau, 28,6 % pour le forage à grande vitesse, 32,9 % pour le forage à vitesse lente et 35,8 % pour le forage chirurgical. »

« D'autres procédures, telles que le détartrage ultrasonique, ne semblent pas générer d'aérosol supplémentaire en plus de celui de l'instrument lui-même et n'augmentent pas le risque pour les dentistes » - Dr Mark Gormley, Université de Bristol.

Un communiqué de presse de l'Université de Bristol explique que les auteurs ont constaté qu'un instrument à ultrasons produisait un volume d'aérosol nettement inférieur à celui d'une fraise dentaire à haute vitesse, alors que les deux instruments nécessitent actuellement les mêmes précautions. « De plus, l'aérosol produit pendant la procédure de détartrage ultrasonique était cohérent avec l'aérosol propre produit par l'instrument lui-même et ne montrait pas qu'un aérosol supplémentaire était produit qui pourrait potentiellement propager la COVID-19. »

Le Dr Tom Dudding, co-premier auteur de l'étude, a déclaré dans le communiqué de presse : « Notre étude confirme qu'une grande partie des conseils concernant les procédures dentaires considérées comme présentant un faible risque de propagation de la COVID-19 sont corrects, mais indique que l'instrument à ultrasons pourrait être considéré comme présentant un risque plus faible qu'il ne l'est actuellement. »

Le Dr Dudding a ajouté que les résultats de l'étude pourraient plaider en faveur d'une réduction des mesures de précaution qui ont été mises en place pendant la pandémie et, ainsi, permettre l'expansion de la thérapie dentaire. Selon lui, ces mesures de précaution comprennent des temps d’aération et des équipements de protection individuelle supplémentaires.

Le Dr Mark Gormley, auteur principal de l'étude et maître de conférences à l'école dentaire de Bristol, a déclaré : « [D'autres] procédures, telles que le détartrage ultrasonique, ne semblent pas générer d'aérosol supplémentaire en plus de celui de l'instrument lui-même et n'augmentent pas le risque pour les dentistes, par rapport au risque de se trouver près du patient. »

L'étude, intitulée « A clinical observational analysis of aerosol emissions from dental procedures », a été publiée en ligne le 12 juin 2021 sur medRxiv.org.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International