Dental Tribune France

La parodontite augmente le risque de présence de bactéries dans les dons de sang

By Franziska Beier, Dental Tribune International
April 12, 2021

COPENHAGUE, Danemark : Des recherches récentes menées par l'Université de Copenhague et l'hôpital de Næstved au Danemark ont démontré que la parodontite entraîne un risque accru de contamination bactérienne du sang des donneurs. Les résultats de l'étude indiquent que les bactéries provenant de la cavité buccale échappent aux systèmes de dépistage de routine couramment utilisés par les banques de sang. Malgré cela, les chercheurs ont insisté sur la sécurité des dons de sang.

Un nombre considérable de la population mondiale souffre de parodontite, et les études établissent de plus en plus un lien entre cette maladie et d'autres maladies systémiques. Les chercheurs ont donc cherché à déterminer si la parodontite, qui provoque souvent des bactériémies passagères, peut être associée à des bactéries viables dans les dons de sang standard.

Le risque de développer une parodontite augmentant avec l'âge, l'équipe de recherche a analysé les échantillons de sang de 60 donneurs âgés de plus de 50 ans, dont 62 % souffraient de parodontite. Les chercheurs ont testé les échantillons de sang des donneurs à l'aide de différentes méthodes, notamment celle utilisée par les banques de sang (incubation riche en oxygène). Ils ont également isolé les globules rouges et étudié leur croissance dans des conditions sans oxygène.

Dans un communiqué de presse de l'université, l'auteur principal, le Dr Christian Damgaard, professeur associé au département d'odontologie de l'université de Copenhague, a expliqué que l'équipe avait fait une observation importante : « Aucun des échantillons étudiés par la méthode de dépistage habituelle ne présentait de contamination bactérienne ; ces produits auraient donc été approuvés pour la transfusion. Au contraire, lorsque nous avons étudié les mêmes échantillons en utilisant notre méthode plus avancée, nous avons effectivement trouvé des bactéries viables dans le sang. »

« [L]e point le plus important est de s'assurer que chacun considère la bouche comme une partie de son organisme » - Dr Susanne Gjørup Sækmose, consultante à l'hôpital de Næstved

Les chercheurs ont également constaté que le risque de contamination bactérienne augmente si les donneurs souffrent de parodontite. « Nos résultats montrent une prévalence 6,4 fois plus élevée de bactéries viables dans le sang donné par des donneurs souffrant de parodontite par rapport aux donneurs qui n’en souffrent pas. Il s'agit d'une différence hautement significative », a déclaré le Dr Damgaard.

Le sang des donneurs est toujours considéré comme sûr

La présente étude constitue une contribution importante au contrôle de la qualité du sang des donneurs. Toutefois, les chercheurs soulignent l'absence de connaissance actuelle sur les éventuelles conséquences cliniques en cas de contamination bactérienne observée. Selon le Dr Susanne Gjørup Sækmose, co-auteur de l'étude et consultante au département d'immunologie clinique de l'hôpital de Næstved, l'expérience clinique montre que le don de sang est généralement sans danger.

Elle a commenté : « Les patients peuvent recevoir des transfusions sanguines en toute sécurité. Au Danemark, nous effectuons environ 360 000 transfusions sanguines par an, et les infections dues aux transfusions sanguines sont extrêmement rares - moins d'une par an en moyenne. En outre, nous disposons d'un système national de surveillance des effets secondaires. »

Il est important d'identifier les facteurs de risque, tels que la parodontite, qui peuvent entraîner une contamination bactérienne. Même si les donneurs signalent, au mieux de leurs connaissances, toute maladie dont ils pourraient être atteints et qui pourrait affecter la qualité du sang, peu d'entre eux considèrent la parodontite comme une maladie pertinente et pourraient donc omettre d'en informer la banque du sang, a déclaré le Dr Sækmose.

Elle a ajouté : « Notre étude suggère que nous devrons peut-être développer de nouvelles méthodes pour un dépistage efficace du sang des donneurs à l'avenir. Mais en réalité, le point le plus important est de s'assurer que chacun considère la bouche comme une partie de son organisme. En effet, les maladies de la bouche peuvent affecter notre état de santé général. »

L'étude, intitulée « Periodontitis increases risk of viable bacteria in freshly drawn blood donations », a été publiée en ligne le 2 février 2021 dans Blood Transfusion, avant d'être incluse dans un numéro.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International