Dental Tribune France

Retour d’une année de Dentisterie Esthétique avec un Plafonnier certifié D65

By Degré K
April 10, 2018

STRASBOURG, France : Le Dr. René Serfaty, est Maître de conférences des universités, praticien hospitalier et responsable du diplôme universitaire d’esthétique du sourire à la faculté de chirurgie dentaire de Strasbourg. Le Dr. René Serfaty a testé pendant un an l’Albédo LEDd65. La société Degré K s'est entretenue avec lui afin d'avoir son retour d’impression.

Docteur, quel est votre principal ressenti ?
Docteur René Serfaty : En fin de journée, j’ai beaucoup plus de punch, de dynamisme, je ressens beaucoup moins de fatigue et pas seulement au niveau des yeux car la lumière est mieux répartie et plus homogène. Vers 17-18 h en hiver, on ne se rend pas compte qu’il fait nuit dehors. L’avantage le plus sensible est de m’enlever le besoin d’utiliser mon scialytique.
Vous travaillez désormais sans scialytique ?!
Oui parfaitement, mais seulement sur la face vestibulaire des dents du bloc antérieur. Ailleurs, j’en ai encore besoin, pour récupérer de la lumière.
Et c’est mieux sans ?
Bien sûr ! On apprécie parfaitement les états de surface et les formes. Elles sont donc plus faciles à reproduire car il n’y a pas d’éblouissement. Et puis, Les composites polymérisent moins vite, on a donc plus de temps. C’est beaucoup plus facile d’obtenir un « sourire » plus naturel.
En quoi le luminaire Albédo LEDd65 vous aide-t-il en dentisterie esthétique ?
Si j’analyse l’apport de ce plafonnier pour chaque critère de réussite, le résultat est très probant. Dans l’ordre d’importance :
  • Pour le choix de la couleur au fauteuil (luminosité de l’émail et teinte dentinaire) : au fauteuil, il n’y a plus de différence avec la lumière du jour. Il devient inutile de faire lever le patient pour l’amener à la fenêtre pour choisir la couleur en plein nord par une journée lumineuse…..On peut donc choisir la couleur sous plafonnier Albédo LEDd65 à tout moment de la journée, même en soirée car on s’affranchit de la lumière extérieure.
  • Pour l’état de surface : il est reproductible contrairement à ce qui se passait avec le scialytique lequel écrase l’état de surface. Je peux donc voir et copier l’état de surface de la dent naturelle juxtaposée, ou bien évaluer le travail de reproduction effectué par mon prothésiste sans erreur.
  • Pour les formes et des angles de transition : j’apprécie mieux les reliefs qu’avec un scialytique. Et lors des essais, le patient peut lui-aussi beaucoup mieux apprécier le résultat.
  • Pour l’Harmonie horizontale et verticale, le fait de ne pas utiliser le scialytique permet d’apprécier la translucidité et l’opalescence du bord libre.
Qu’avez-vous appris avec l’Albédo LEDd65 ?
J’ai pris conscience que la lumière est un élément important dans mon exercice, alors que je croyais avoir le nécessaire. Précédemment j’avais toujours envie de mettre le scialytique très proche de la bouche, maintenant je m’en passe, en tout cas sur la face vestibulaire des dents 4 à 4 ! La lumière est un élément central qu’on néglige à tort.
Si vous deviez comparer à votre ancien plafonnier, que diriez-vous ?
De fait mon ancien éclairage était insuffisant, beaucoup plus triste et défaillant dans le sens ou je ne pouvais pas choisir les couleurs. Je devais attendre le bon moment et le bon jour près de la fenêtre. Comme je savais que l’éclairage ne pouvait pas prendre mes couleurs au fauteuil, j’étais obligé de compenser en permanence. Aujourd’hui, je ne me trompe plus. C’est plus confortable d’avoir la vraie lumière au fauteuil, mon travail est plus facile. Quand je reçois un biscuit et que je l’essaye, cela me permet d’anticiper sans erreur le résultat final. Avant, je pouvais faire une erreur d’estimation et avoir de mauvaises surprises quand j’amenais le patient à la fenêtre en lumière naturelle. Même mes patients disent tous : « mais qu’est-ce que vous avez donc changé » ?
Conseilleriez-vous ce plafonnier ?
Quand je pense aux dentistes qui suivent le DU d’esthétique complet (8 sessions = 20 jours), je sais qu’ils voient les dents « autrement » après la formation. Ils ont appris ce qui va ou pas dans la couleur, dans les angles de transition, dans la luminosité et l’opalescence. Mais ils ont du mal à évaluer la qualité de la lumière. A mon avis, ils tireraient un bénéfice mesurable de l’utilisation du plafonnier albédo LEDd65, pour les composites stratifiés, facettes et couronne céramique. C’est un facteur important pour passer d’un résultat acceptable à un très bon résultat. Quand je pense aux prothésistes, je leur dirais aussi que c’est une facilitation radicale du travail.
Si vous deviez conclure en une phrase ?
En ce qui me concerne, depuis que j’ai changé de plafonnier, j’ai plus de confort. Si on m’enlevait ma nouvelle lumière, je devrais à nouveau développer plein d’efforts pour imaginer le résultat, et c’est très inconfortable. Je serais moins bien pour réaliser le même résultat. Ma vie est plus agréable, le travail est plus facile.
Ce qu’il faut en retenir :
  • Le confort provient de la qualité du choix de couleur au fauteuil et de la suppression du scialytique
  • Mon choix de couleur, ma vision des états de surface, des formes et angles de transition, de la translucidité et l’opalescence sont faciles et justes, au fauteuil.
  • Je pense que mon dynamisme augmente ma productivité. Je suis moins fatigué peut-être, mais surement plus gai et plus tonique
  • Dans la zone de travail, je vois mieux et cela reste vrai même si j’utilise le scialytique
  • La gestion des contrastes dans la pièce est une condition incontournable ; le contraste dans la pièce doit être anéanti. C’est le jour et la nuit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International