Dental Tribune France

Une étude confirme que la récession gingivale augmente le risque de maladie d’Alzheimer

By Franziska Beier, Dental Tribune International
June 18, 2021

GREIFSWALD, Allemagne : La parodontite a été associée à un risque de maladie d'Alzheimer dans des études antérieures. L’étude menée à long terme sur la santé en Poméranie (SHIP) étudie depuis 1997 l'influence des maladies dentaires sur l'état de santé général de la population et a constaté que la récession gingivale inflammatoire due à la parodontite augmente, entre autres, le risque d'infarctus du myocarde et de démence. Dans une autre étude récente, des chercheurs de l'université de Greifswald ont confirmé les résultats précédents concernant le lien avec la maladie d'Alzheimer.

« Il est très difficile de mener des études méthodologiquement significatives sur les effets de la parodontite [...]. Seuls des modèles statistiques récemment développés nous permettent de simuler un essai clinique contrôlé, en regroupant les données disponibles des patients traités et des personnes non traitées atteintes de la maladie », a expliqué l'auteur principal, le Dr Christian Schwahn, de la polyclinique de prosthodontie de l'université de Greifswald, dans un communiqué de presse universitaire.

Selon le Dr Schwahn, la relation entre le traitement de la maladie gingivale et la maladie d'Alzheimer à apparition précoce, a été analysée pour la première fois dans un modèle quasi-expérimental dans cette étude. Les chercheurs ont analysé les données de 177 patients traités parodontalement dans le cadre de l'étude Greifswald Approach to Individualised Medicine et les données de 409 participants non traités dans le cadre de l'étude SHIP.

Les données d'imagerie par résonance magnétique (IRM) ont été utilisées comme indicateur du début de la maladie d'Alzheimer. Elles ont été mises en correspondance avec les données d'IRM de l'initiative américaine de neuro-imagerie de la maladie d'Alzheimer, afin de pouvoir être utilisées comme mesure individuelle de la perte de substance cérébrale typique de la maladie d'Alzheimer.

Le traitement parodontal effectué par un dentiste spécialisé a eu un effet positif sur la perte de substance cérébrale. L'effet a été décrit par les chercheurs comme « modéré à fort ».

Les résultats sont significatifs dans la mesure où les patients atteints de parodontite avaient moins de 60 ans au moment de l'examen IRM et où le temps d'observation entre le traitement dentaire et l'examen IRM était en moyenne de 7,3 ans, ont commenté les co-auteurs, le professeur Thomas Kocher, chef de l'unité de parodontologie, du département de dentisterie restauratrice, de parodontologie, d'endodontologie et de dentisterie pédiatrique et préventive, et le professeur Hans Jürgen Grabe, du département de psychiatrie et de psychothérapie.

« Notre approche est clairement axée sur la prévention et le traitement opportun des maladies gingivales [...] afin d'éviter dès le départ des dommages aussi lourds de conséquences », a déclaré le Dr Kocher.

Dans ce domaine, les chercheurs devront continuer de s'appuyer sur des études d'observation simulant un essai clinique contrôlé, car les essais cliniques avec un traitement placebo dans un groupe de patients intentionnellement non traités sur le plan dentaire « ne sont pas réalisables pour des raisons éthiques et médicales », a déclaré le Dr Schwahn.

L'étude, intitulée « Effect of periodontal treatment on preclinical Alzheimer's disease-results of a trial emulation approach », a été publiée en ligne le 29 mai 2021 dans Alzheimer's and Dementia, avant d'être incluse dans un numéro.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International