Dental Tribune France

Photographie dentaire numérique

By Dr Fernando Rey Duro, Espagne
May 16, 2016

La dentisterie dispose aujourd’hui d’une foule d’innovations, tant sur le plan des technologies que des matériaux, qui ont contribué à l'essor et au perfectionnement de notre profession. La photographie numérique est l’une de ces nouveautés et elle est devenue un outil indispensable en pratique quotidienne.

La photographie nous offre bien des avantages, notamment de fixer en image la situation initiale de nos patients, la progression de notre traitement et son suivi dans le temps. Elle représente l’ultime outil de communication et son utilité est incontestable pour discuter avec les patients, les collègues et autres spécialistes des différents choix thérapeutiques. À un niveau avancé, elle nous permet en outre d’enregistrer et d’analyser les caractéristiques optiques des dents, afin de mieux les cerner et de les reproduire dans nos traitements de restauration.

Mais que signifie tout ceci au juste ?

Simplement que la photographie nous permet de découvrir des caractéristiques anatomiques et optiques qu’il serait sinon impossible de mettre en évidence (Figs. 1a–c). L’art dentaire nous met au défi de photographier quelque chose d'extrêmement complexe, les dents. La difficulté réside dans leurs dimensions réduites, leur couleur, presque blanche avec pourtant une richesse de tonalités chromatiques et de zones translucides, et enfin leurs surfaces dont les différents angles anatomiques et structuraux produisent une réflexion spéculaire de la lumière suivant différentes directions.
Cette complexité nous contraint-elle à devenir des photographes professionnels pour enregistrer toutes ces caractéristiques ? évidemment non, mais il serait bon d’apprendre à maîtriser les rudiments de notre matériel photographique et les systèmes de flashs, pour tirer le meilleur de notre équipement.

embedImagecenter("Imagecenter_1_2290",2290, "large");

Quoi observer ?

Pour analyser la couleur des dents et mieux la comprendre, il nous faut étudier les divers éléments qui la composent individuellement. Traditionnellement, la littérature les décrit en termes de teinte, saturation, luminosité, opalescence, translucidité, fluorescence, iridescence et texture de surface.

Comment éclairer ?

Nous déterminons le système d'éclairage selon ce que nous voulons observer et c'est pourquoi nous travaillons avec différents systèmes de flashs. Dans la pratique quotidienne, tout système de flash annulaire se révèle utile et c’est en fait l’équipement photo graphique le plus simple à utiliser dans toutes les spécialisations dentaires (parodontologie, chirurgie, orthodontie, dentisterie restauratrice, laboratoire, etc. [Fig. 2]).

Mais pour examiner en détail les caractéristiques internes de la couleur des dents, il est nécessaire de créer des jeux d’ombres et de lumières latérales, tels ceux que peuvent produire les systèmes de flashs à double réflecteur (Figs. 3a Canon et 3b Nikon). Par ailleurs, nous pouvons peaufiner l’analyse de la couleur des dents en utilisant la technique de polarisation croisée (filtre polar_eyes – Emulation [Fig. 4]).

Lorsque nous voulons analyser la surface dentaire, sa texture et sa microtexture, nous pouvons jouer avec la direction de la lumière et utiliser différents diffuseurs lumineux. Les résultats que nous pouvons obtenir sont très intéressants (Figs. 5–7). Nous disposons également de techniques particulières, telles que la transillumination et la fluorescence, qui nous permettent respectivement d’observer la transmission de la lumière et son interaction avec la lumière ultraviolette (UV) (filtre fluor_eyes – Emulation [Figs. 8 et 9]).

Équipement photographique

La connaissance de notre équipement dans les moindres détails nous permet d’en tirer le meilleur parti. Notre matériel dentaire est constitué de trois éléments de base : boîtier reflex mono-objectif (SLR), objectif macro et système de flash macro. Notre choix doit être en fonction du type de capteur dont est équipé le boîtier SLR, de la qualité optique de l’objectif macro et en particulier des systèmes de flashs disponibles pour notre équipement. L’utilisation d’un flash annulaire et/ou un flash à double réflecteur dépend des besoins professionnels.

Un protocole fondé sur la standardisation et l’étalonnage de notre appareil photo permet de simplifier le travail. La standardisation concerne la composition et le cadrage (Figs. 10a–c), et l’étalonnage correspond à la quantité de lumière nécessaire pour obtenir une photo correctement exposée (Figs. 11a–c).

Comment gérer l'exposition ?

Elle dépend du type d’équipement photographique que nous utilisons et des quatre facteurs suivants :

a) vitesse d'obturation
b) diaphragme
c) sensibilité (ISO)
d) éclairage

Conclusion

Il est important de comprendre et d’analyser les différentes caractéristiques optiques des dents, de façon à tenter de les reproduire dans nos traitements de restauration. Il nous faut donc obtenir le meilleur rendement de notre équipement et la clé pour y parvenir est de savoir comment le manipuler, et surtout de faire le bon choix du flash, selon notre spécialité.

Remerciements : l'auteur tient à remercier le Dr Isabel Magro et le Dr Ana Rey pour leur appui et leur remarquable contribution aux résultats photographiques obtenus dans cet article.

Note de la rédaction : Cet article a été publié dans le magazine DT Study 3/2015.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 11, 2019

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International