Dental Tribune France

Combattants de la santé bucco-dentaire

By Daniel Zimmermann, DTI
December 14, 2011

LEIPZIG & HEIDELBERG, Allemagne: L'esprit du général Patton reçoit les patients à sa porte. A seulement quelques mètres de la chambre d'hôpital où l'un des héros de guerre les plus célèbres de l’Amérique est malheureusement décédé en 1945, le lieutenant-colonel Cathleen Labate vient de commencer son quart de travail quotidien.

Le fournisseur de soins dentaires du New Hampshire est l'un des presque 100 dentistes de l'armée, actuellement en service dans le Commandement régional dentaire en Europe (ERDC) à la Caserne Nachrichten, à Heidelberg, une petite ville allemande tranquille située le long de la lisière de la forêt d'Odenwald. Là, elle est coresponsable de la santé bucco-dentaire de plusieurs centaines de soldats et membres de leur famille dans les communautés de l’armée environnantes.

Labate a récemment été affectée à une autre Clinique dentaire militaire à Vicenza en Italie. Avant cela, la descendante d'immigrants italo-allemands a travaillé en pratique privée aux Etats-Unis durant presque 20 ans. La santé bucco-dentaire des soldats qu’elle voit à la base au quotidien est souvent meilleure que celle des patients qu'elle soignait au cours de sa carrière en tant que dentiste dans l'Amérique rurale. Par conséquent, les procédures les plus courantes sont régulièrement des examens dentaires et des travaux d'urgence, comme la suppression de l'abcès parodontal d'un officier retraité de l'armée qui vient de quitter son bureau.

"En général, la santé bucco-dentaire des personnes dans l'armée est bonne", dit-elle. "Même si je dois admettre que les missions comme celles en Irak et en Afghanistan peuvent sérieusement se faire sentir sur les dents des soldats".

Le colonel William R. Bachand ne pourrait pas être plus d'accord. Agé de 58 ans, le commandant de l'EDRC a été avec le Corps de l’Armée dentaire depuis plus de 32 ans. Dans des situations stressantes, comme les conflits armés, dit-il, l'hygiène buccale diminue rapidement pour chaque soldat. Avec un apport élevé en acide et en liquides riches en sucres, surtout dans les climats chauds comme l'Afghanistan, cette négligence conduit souvent à de graves problèmes dentaires, un phénomène que les dentistes de l’Armée ont expérimenté dans les conflits antérieurs comme ceux de la Corée ou du Vietnam. Au début des deux derniers engagements américains en Irak, par exemple, les statistiques montrent une augmentation de 30 pour cent dans le retour des soldats avec des signes de carie endémique ou de gingivite.

embedImagecenter("Imagecenter_1_432",432, "large");

Bachand commande actuellement 20 cliniques dentaires de l’armée, réparties sur des bases en Allemagne, en Italie et en Belgique. Dans le monde, l'armée emploie plus de mille officiers dentaires dans trois grandes régions des États-Unis et deux d’outre-mer, l'Europe et le Pacifique. Avant qu’il ait reçu le commandement de l'EDRC du colonel Randall Bal l’année dernière, Bachand a servi comme commandant du Commandement régional dentaire du Pacifique à Hawaii, un poste très différent dans de nombreux aspects de celui en Europe.

"Dans le Pacifique, vous avez une petite population, mais de grandes distances à franchir entre chaque base et clinique", dit-il. "En Europe, tout est commodément accessible à une distance de conduite". 

La portée du devoir de Bachand pourrait bientôt devenir encore plus réduite, l'armée américaine étant en train de considérablement diminuer ses troupes en Europe. Selon les derniers plans du ministère de la Défense, plus de 4.000 soldats doivent être relogés sur le continent américain au cours des deux prochaines années. Pour l’ERDC, cela signifierait la fermeture de plusieurs cliniques et la réinstallation du personnel dentaire. En Allemagne, les cliniques de Heidelberg et à proximité de Mannheim en particulier seront fermées d'ici 2013, un processus qui vient avec de nombreux défis, selon Bachand.

"Cette transformation sera complexe, car en raison de la fermeture des bases de l'armée, un grand nombre de soldats se déplacent au sein de l'Europe. De plus, nous allons essayer de minimiser les pertes d'emplois de nos entrepreneurs civils comme les techniciens dentaires allemands que nous embauchons habituellement dans les zones voisines", dit-il à Dental Tribune ONLINE.

Servant depuis plus de 100 ans
Les dentistes ont toujours fait partie des forces militaires américaines. Avant que le Congrès ait signé le projet pour la création d'un corps commandé dentaire en 1911, les dentistes et autres professionnels de la santé avaient travaillé pour l'armée sur une base contractuelle depuis les guerres révolutionnaires du 18e siècle. La pleine autonomie financière et d'exploitation, cependant, n'a pas été atteinte avant 1977 lorsque le commandement dentaire fut finalement séparé du service médical, une structure de commandement qui avait jusqu’alors conduit à un moral bas et de faibles taux de rétention parmi les officiers dentaires.

Aujourd'hui, le service dentaire dans la seule Europe a un budget annuel de 18 millions de dollars, dont la plupart sont dépensés pour le personnel et l'équipement dentaire. En termes de fournitures dentaires, l'Armée s’aligne sur les rangs du patriotisme, avec toutes les chaises fournies uniquement par des fabricants américains comme A-dec et Pelton & Crane. Le partenaire à long terme Henry Schein vient juste de conclure un nouveau contrat exclusif de 172 millions de dollars avec le service pour 2012.

Aujourd'hui, la plupart des dentistes de l’armée entrent dans le service à travers le Programme de bourses des professions de la santé, un programme compétitif d’éducation rémunérée de un à quatre ans ouvrant à divers postes liés au domaine médical dans les forces armées. D'autres sont directement recrutés par l'armée, y compris de nombreux dentistes plus âgés qui ont souvent envie de rendre un dernier service à leur pays.

Selon Bachand, le Corps est actuellement à court de quelques centaines d’officiers dans le monde entier, en dépit du fait que les dentistes militaires sont sur un pied d'égalité avec leurs homologues civils et jouissent de plusieurs avantages tels que l'éducation rémunérée ou un plan de carrière bien structuré. Chaque année, par exemple, ils reçoivent 30 heures de formation continue et des spécialistes sont même envoyés vers les États-Unis pour des conférences comme lors du récent congrès annuel de l'American Dental Association à Las Vegas.

Cependant, la plupart des cours de formation continue en Europe sont organisés avec les fournisseurs locaux, comme la clinique Kopf à la Faculté de médecine de l'Université de Heidelberg, qui a collaboré avec l’EDRC depuis de nombreuses années.

"Bien plus, comme nos collègues civils, les dentistes de l'Armée doivent rester en contact avec les dernières technologies axées sur les changements comme la CAO / FAO ou la radiothérapie guidée par tomographie conique », commente Bachand. « Comparé à lorsque j'ai commencé dans le service il y a 30 ans, presque chaque aspect de notre domaine est devenu informatisé, de la consignation du volume de travail jusqu’au système d'ordonnancement, de diagnostic ou de traitement".

Malgré le style de vie plus stable, échanger sa place avec un dentiste du monde civil ne semble plus être une option pour lui. "Ce que j'aime en particulier dans la dentisterie militaire, c’est l'approche pratique de groupe et les possibilités de vraiment se concentrer sur les besoins cliniques de chaque patient individuel. Même si nous devons être des intendants responsables sur le plan financier, nous n'avons pas trop de soucis sur les aspects commerciaux des soins en matière de traitement spécifique pour les patients", conclut-il. "Pour rien au monde je ne vendrais cette expérience".

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2019

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International