Dental Tribune France

De nouvelles recherches pour créer des obturations dentaires plus solides et plus durables

By Brendan Day, DTI
June 23, 2020

EDMONTON, Alberta, Canada/LONDON, Royaume-Uni : Étant donné que l'on estime que plus de 2,3 milliards de personnes souffrent de caries dentaires, toute avancée potentielle dans le domaine des matériaux d'obturation dentaire pourrait profiter à une grande partie de la population mondiale. En étudiant la structure de certains matériaux composites, une équipe internationale de chercheurs a découvert une méthode qui pourrait bien améliorer ces matériaux et aboutir à des obturations dentaires plus solides.

Des chercheurs issus du Canada, du Royaume-Uni, de la Norvège et des États-Unis, ont cherché à mieux comprendre les composites à base de résine photo-activée, couramment utilisés dans diverses situations médicales et dentaires, notamment comme matériau d'obturation dentaire. Bien que l'on en sache beaucoup sur la formulation chimique de ces composites, la manière dont les particules de charge affectent leur polymérisation a été mal comprise jusqu'à présent.

Pour combler ce manque, l'équipe de recherche a utilisé l'imagerie infrarouge moyenne à grand champ du Centre canadien de rayonnement synchrotron de l'Université de Saskatchewan pour examiner de près le comportement des matrices de divers composites. Ce faisant, les chercheurs ont pu démontrer que les particules de charge ajoutées modifient la réaction de ces composites lors de la pose.

Le professeur Owen Addison, professeur adjoint de dentisterie à l'Université d'Alberta et président du département de réhabilitation orale à la faculté d’odontologie, de sciences orales et craniofaciales du King's College de Londres, est l'auteur principal de l'étude. Il a déclaré à Dental Tribune International que cette découverte pourrait permettre de prévoir le comportement des matériaux composites et améliorer les performances de ces matériaux.

« Ces découvertes aident les praticiens dentaires de deux manières », a déclaré O. Addison.  « Elles fournissent une nouvelle forme de preuve qui renforce l'argument selon lequel les composites en résine actuels sont très sensibles aux régimes de photo-durcissement et que les dentistes doivent reconnaître que le respect des protocoles recommandés est une nécessité. Indirectement, cette nouvelle approche sera un outil précieux pour aider à guider le développement de nouvelles générations de composites photo-durcissables ».

Pour O. Addison ces résultats font partie d'un projet de recherche en cours qui continuera à développer ces méthodes. « Au cours des 12 prochains mois, nous allons également explorer de nouvelles approches pour optimiser la polymérisation du composite à l'échelle de la longueur interparticulaire », a-t-il ajouté.

L'étude, intitulée “Origin of micro-scale heterogeneity in polymerisation of photo-activated resin composites,", a été publiée en ligne le 15 avril 2020 dans le journal Nature Communications, avant d'être incluse dans un numéro.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International