Dental Tribune France

De nouvelles obturations antibactériennes contre les caries dentaires récurrentes

By Dental Tribune France
July 23, 2019

TEL AVIV, Israël: La carie dentaire fait partie des maladies bactériennes les plus coûteuses et les plus répandues dans le monde. Dans une nouvelle étude, des chercheurs ont développé de nouveaux matériaux de restauration dentaire dotés de puissantes capacités antibactériennes. Selon les résultats, ces composites à base de résine avec des nano-assemblages antibactériens peuvent entraver la croissance et la viabilité bactériennes des restaurations dentaires et permettent ainsi d'éviter les traitements de canal ou les extractions dentaires.

« La résistance aux antibiotiques est aujourd'hui l'un des problèmes de santé les plus pressants pour la société et le développement de nouveaux traitements antimicrobiens et de matériaux biomédicaux représente un besoin urgent et non satisfait », a déclaré le Dr Lihi Adler-Abramovich, chercheur principal à la faculté de médecine Sackler de l'université de Tel Aviv.

« Nous avons mis au point un matériau amélioré non seulement esthétique, résistant sur le plan mécanique mais également intrinsèquement antibactérien en raison de l’incorporation de nano-assemblages antibactériens », a déclaré le premier auteur, Lee Schnaider, doctorant à l’université de Tel Aviv.

« Les obturations en résine composite qui présentent une activité inhibitrice des bactéries pourraient entraver considérablement le développement de cette maladie buccale répandue », a-t-elle poursuivi.

Les scientifiques sont les premiers à découvrir la puissante activité antibactérienne du bloc de construction auto-assemblé Fmoc-pentafluoro-L-phénylalanine. Après avoir défini les capacités antibactériennes de ces composantes, ils ont mis au point des méthodes pour incorporer les nano-assemblages dans des matériaux en composite de restaurations dentaires. Ils ont ensuite évalué les capacités antibactériennes de ces matériaux ainsi que leur biocompatibilité et leur résistance mécanique.

« Ce travail est un bon exemple de la manière dont les caractéristiques biophysiques à l'échelle nanométrique jouent un rôle dans le développement à plus grande échelle d'un matériau biomédical amélioré », a déclaré Lee Schnaider. « La nature minimale des composantes antibactériennes, ainsi que son taux de pureté élevé, son faible coût, sa facilité d'intégration dans des matériaux à base de résine et sa biocompatibilité, permet d’étendre cette approche au développement de restaurations antibactériennes en composite dont la disponibilité clinique est améliorée », a noté le Dr Lihi Adler-Abramovich.

Les chercheurs évaluent actuellement les capacités antibactériennes de plusieurs composantes nanométriques auto-assemblées et développent des méthodes pour leur incorporation dans divers matériaux biomédicaux, tels que des pansements et des structures de supports tissulaires.

L'étude, intitulée « Enhanced nanoassembly-incorporated antibacterial composite materials », a été publiée dans le numéro du 19 juin 2019 d'ACS Applied Materials and Interfaces.

Comments are closed here.

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International