Dental Tribune France

Des briques adaptables individuellement pour la restauration des tissus inspirées de Lego

By Dental Tribune International
September 09, 2020

PORTLAND, Oregon, États-Unis : Les échafaudages de biomatériaux ont servi de base à l'ingénierie tissulaire ; cependant, il est souvent difficile de les dimensionner ou de les modeler pour qu'ils s'adaptent aux défauts des dimensions spécifiques. Des chercheurs de l'Oregon Health and Science University (OHSU) de Portland ont maintenant mis au point de petites briques imprimées en 3D qui servent d'échafaudage pour les tissus durs et mous. Ils pensent que cette technologie pourrait être utilisée pour l'augmentation osseuse avant l'implantation dentaire.

« Notre échafaudage en instance de brevet est facile à utiliser ; il peut être empilé comme des Legos et placé dans des milliers de configurations différentes pour s'adapter à la complexité et à la taille de presque toutes les situations », a déclaré dans un communiqué de presse le Dr Luiz Bertassoni, professeur associé de la faculté dentaire de l'OHSU, qui a dirigé le développement de la technologie .

Un avantage unique de ce nouveau système d'échafaudage réside dans le fait que ces blocs creux peuvent être remplis de petites quantités de gel contenant divers facteurs de croissance qui sont précisément placés le plus près possible de l'endroit où ils sont nécessaires. L'étude a montré que les blocs contenant des facteurs de croissance placés près des os restaurés de rats entraînaient une augmentation des vaisseaux sanguins environ trois fois plus importante que celle des matériaux d'échafaudage classiques.

« La technologie des micro-cages imprimées en 3D améliore la guérison en stimulant le bon type de cellules à se développer au bon endroit et au bon moment », a déclaré le co-auteur, le Dr Ramesh Subbiah, chercheur postdoctoral à l'université et spécialiste de la délivrance de facteurs de croissance. « Différents facteurs de croissance peuvent être placés à l'intérieur de chaque bloc, ce qui nous permet de réparer les tissus de manière plus précise et plus rapide ».

Les petits appareils sont modulaires et peuvent être assemblés pour s'adapter à presque tous les espaces. Lorsque des segments de blocs, chacun composé de quatre couches de quatre briques par quatre briques, sont assemblés, les chercheurs estiment que plus de 29 000 configurations différentes peuvent être créées.

Les chercheurs prévoient de tester dans le futur la capacité de cette technologie à réparer des fractures osseuses plus complexes chez les rats ou les grands animaux. En changeant la composition des matériaux imprimés en 3D, ils envisagent la possibilité d’utilisation de cette technologie pour construire ou réparer des tissus mous.

L'étude, intitulée : 3D printing of microgel-loaded modular microcages as instructive scaffolds for tissue engineering, a été publiée en ligne le 23 juillet 2020 dans Advanced Materials, avant d'être incluse dans un numéro.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 8+9, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International