Dental Tribune France

La crise du coronavirus vue par les dentistes dans le monde : Dr Irineu Gregnanin Pedron, Brésil:

Le Dr Irineu Gregnanin Pedron travaille dans un cabinet privé à São Paulo. (Photo : Irineu Gregnanin Pedron)
By Nathalie Schüller, DTI
April 10, 2020

La pandémie de coronavirus se propage rapidement dans le monde entier. Au 10 avril, le Brésil était le pays le plus touché d'Amérique latine avec plus de 18 000 cas confirmés de COVID-19 et près de 950 décès, selon les dernières statistiques publiées par l'université Johns Hopkins. Dans une récente interview, le Dr Irineu Gregnanin Pedron, un des principaux leaders d'opinion du monde dentaire à São Paulo, s’est entretenu avec Dental Tribune International de la façon dont la crise a affecté son travail de dentiste.

Dr Pedron, quelle est la situation dans votre pays face à la crise du coronavirus, quelles mesures ont été prises et depuis quand ?
Ici au Brésil, nous avons vécu dans un confinement social volontaire ces deux dernières semaines. Il existe des désaccords politiques entre le gouvernement fédéral et les gouvernements des États concernant le confinement, mais je crois que la grande majorité de la population brésilienne s'est adaptée aux restrictions en matière d’isolement. Au cours des prochaines semaines (du 30 mars au 12 avril), on prévoit d’atteindre le pic dans notre pays du plus grand nombre de décès dus à la maladie jusqu'à présent. Il est donc d'autant plus essentiel d'éviter tout contact social dans les prochaines semaines.

Comment avez-vous été affecté par les mesures éventuelles de confinement, professionnellement et personnellement ? Votre cabinet est-il toujours ouvert et si fermé, depuis quand ?
Ma clinique privée est fermée depuis deux semaines. J'y travaille avec mon père et mon frère, ainsi qu'avec d'autres dentistes. À l'école dentaire de l'Université de Brasil, nous dispensons des cours et des activités en ligne de premier cycle. Personnellement, j'essaie de profiter de ce temps pour maintenir un équilibre psychologique et émotionnel.

Votre cabinet est fermé mais si vous voyez encore des patients pour des urgences, avez-vous changé la façon de les traiter ?
Malheureusement, nous ne sommes pas du tout en mesure de nous occuper des patients. Certains patients nous ont contactés pour d'éventuelles urgences, comme le décollement d'une prothèse temporaire, mais comme la plupart des gens restent chez eux et qu'il est recommandé d'éviter autant que possible les contacts sociaux, nous conseillons aux patients de nous téléphoner et de se rendre aux urgences de l'hôpital lorsqu'il n'y a pas d'autres possibilités de soulager leur problème.

« Nous devrions profiter de ce moment pour réfléchir, développer des idées, créer des projets futurs, améliorer les changements climatiques, apporter de l'optimisme à ceux qui nous entourent et essayer d'influencer les gens pour un meilleur avenir après le COVID-19 »

Comment vivez-vous cette crise et utilisez-vous votre temps lié à votre travail, à vos patients, et si vous souhaitez partager, votre vie personnelle, et les choses que vous aimez et que vous avez généralement, peu de temps de faire peut-être ?
En plus de l'activité d'enseignement déjà mentionnée, que je poursuis en ligne, je me suis également consacré à mes études. J'ai utilisé ce temps principalement pour écrire des articles scientifiques.

Savez-vous comment les mesures de confinement ont affecté le marché dentaire national ?
Malheureusement, la crise touche tous les segments. Les dentistes ne sont pas en mesure de travailler et de fournir des soins aux patients. Ils ne prodiguent pas de soins et, par conséquent, n'ont pas de revenus et ne consomment pas de produits. De ce fait, les fournisseurs de soins dentaires ne vendent pas leurs produits. À l'école dentaire de l'Université de Brasil, les étudiants ont été obligés de suivre leurs cours en ligne afin de poursuivre leurs études. Il s'agit d'une nouvelle façon d'enseigner et d'étudier à laquelle les universités ont eu peu de temps pour s'adapter dans la situation actuelle. Elles mettent tout à profit pour s'adapter et offrir la même qualité d'enseignement que celle qu'elles pourraient dispenser aux étudiants qui étudient sur le campus. Malheureusement, de nombreuses personnes perdent leur emploi et sont licenciées.

Ne sachant pas combien de temps cette crise durera, pensez-vous, qu'elle sera de courte ou de longue durée, qu'elle aura des répercussions sur votre cabinet, sur la profession ?
À mon avis, la crise sera de courte durée. Peut-être que notre temps de reprise ici au Brésil sera plus long. Les crises entraînent un besoin de renouveau, de changement et de croissance. Nous devrions profiter de ce moment pour réfléchir, développer des idées, créer des projets futurs, améliorer le changement climatique, apporter de l'optimisme à ceux qui nous entourent et essayer d'influencer les gens pour un meilleur avenir après le COVID-19.

On pourrait espérer que face à une telle crise, c’est peut-être l’occasion de réfléchir sur nos priorités, et peut-être d’améliorer la façon dont nous vivons notre vie. Qu'en pensez-vous ? Quels changements aimeriez-vous voir se produire ?
J'ai vu avec cette crise que l'être humain ordinaire semble plus préoccupé par les autres, moins égoïste et plus altruiste. Cette adhésion volontaire à des mesures d'isolement social en est la preuve. La grande majorité des gens restent chez eux et font leur part pour essayer d'empêcher la propagation du virus. Je pense que cette crise aura un rôle important dans le changement des habitudes sociales, sanitaires et humaines. Allons-nous tirer profit de cette crise ? Je l'espère bien.


À propos de

Le Dr Irineu Gregnanin Pedron est spécialiste en parodontologie et en implantologie. Il est chercheur indépendant et conférencier à l'école dentaire de l'Universidade Brasil, à São Paulo, au Brésil. Il enseigne un cours de toxine botulique en dentisterie à l'Institut Bottoxindent, São Paulo, et est l'auteur du livre portugais Toxina Botulínica : Aplicações em Odontologia (Editora Ponto, 2016).

Note de la rédaction : Cette interview fait partie d'une série demandant aux professionnels dentaires du monde entier de partager leurs expériences pendant la crise COVID-19. Elle a été publiée le 6 avril 2020 sur le site de Dental Tribune International.

1 Comment

  • Dr roch Bontpart Dentiste Omnipraticien says:

    Pour le présent le confinement permet de ne pas saturer les hôpitaux publics et privés, mais va contre la règle fondamentale des 60 pour cent que nous avons tous appris en épidémiologie ! Mais je pense que la judiciarisation de nos sociétés humaines ne va pas dans le bon sens ; de ce fait et je les comprends fort bien les décideurs qui d’ailleurs n’ont aucunes notions d’épidémiologie tire la couverture ! Résultats obligatoires : les rebonds d’épidémies !

    Pour l’avenir il faut absolument éduquer les êtres humains ! Prise de conscience !
    Depuis leur plus jeune age afin qu’ils comprennent ce qu’ils sont : organismes pluricellulaires vivant dans un environnement terrestre plus ou moins confortable !
    Avec des émissions de vulgarisation type “c’est pas sorcier ” en France,
    Continuer tout au long de leur vie afin qu’il n’oublie jamais,
    Mais l’Histoire montre que l’humain a la mémoire courte !!!

    Pour nos cabinets en France et dans le monde entier il va falloir rassurer les patients !
    Avec la mise en place de sas patient (Patient Entry Lock ), dans lesquels chaque patient pourra revêtir une blouse, une charlotte, des sur chaussures et une paire de lunettes de protection à usage unique, après lavage des mains .
    Tout ceci étant extrêmement chronophage, sans compter bien sur l’équipement du praticien et de l’assistante, et onéreux !!!
    Les études dynamiques montrent depuis des années combien la nébulisation est importante autour de la tête du patient il va falloir enfin en tenir compte !

    Les bactéries et les virus ont colonisés la terre il y a 900000 ans , l’humain il y a 190000 ans !

    Ces micro-organismes nous aident à vivre depuis toujours et seront là bien après nous ! RESPECTONS LES !

    EDUCATION EDUCATION EDUCATION !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Content

April 9, 2020 | France | Interviews

La crise du coronavirus vue par les dentistes dans le monde : Dr Luc Manhès, France

Après avoir obtenu son diplôme de chirurgien-dentiste de la faculté de Montpellier, le Dr Luc Manhès s’est formé en micro-chirurgie, en implantologie et en anatomie cranio/cervico-faciale. Il est formateur en …

details

April 9, 2020 | France | Interviews, News

La crise du coronavirus vue par les dentistes dans le monde : Dr Carole Leconte, France

Carole Leconte, est chirurgien-dentiste et exerce à Paris dans un cabinet spécialisé en implanto-parodontologie. Elle partage sa vie entre le bloc dans un cabinet avec une équipe qu’elle adore, les …

details

April 7, 2020 | France | Interviews, News

La crise du coronavirus vue par les dentistes dans le monde : Dr Yassine Harichane, France

PARIS, France : Le Dr Yassine Harichane exerce en France. Il est diplômé de la faculté de chirurgie dentaire de l’université Paris Descartes où il a obtenu un master 2 …

details
Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International