Dental Tribune France

Le tabagisme associé au développement des poches parodontales

By Jeremy Booth, Dental Tribune International
June 07, 2021

Une étude menée par des chercheurs finlandais et britanniques a révélé que les fumeurs quotidiens autodéclarés, avaient une incidence plus élevée de poches parodontales profondes que ceux qui n'avaient jamais fumé. L'étude a également examiné l'exactitude de tabagisme autodéclaré, en évaluant les niveaux de cotinine sérique, et a trouvé une association positive entre ces niveaux et le développement des poches parodontales.

On sait que le tabagisme a un effet causal sur la progression des maladies parodontales. Selon l'étude menée par des chercheurs de l'université de Finlande orientale à Kuopio, de l'hôpital universitaire d'Oulu en Finlande et du King's College London au Royaume-Uni, l'autodéclaration est la méthode la plus courante pour évaluer le tabagisme d'une personne ; cependant, si l’on se base uniquement sur les déclarations du fumeur, qui peuvent être floues ou erronées, cela peut conduire à des données invalides, dans les études qui examinent les effets du tabagisme. En plus de l'incidence des poches parodontales profondes, les chercheurs ont donc évalué le taux de cotinine sérique des participants à l'étude. La cotinine sérique est le principal métabolite de la nicotine, et sa mesure est un biomarqueur quantitatif fiable de l'exposition aux produits du tabac contenant de la nicotine

L’étude s’est basée sur l’analyse de 294 participants dont le statut tabagique a été évalué par des entretiens à domicile. Les participants de l'étude ont été par la suite répartis dans les groupes suivants : fumeurs quotidiens, fumeurs occasionnels, personnes ayant arrêté de fumer et personnes n'ayant jamais fumé.

Les taux sériques de cotinine ont été mesurés à l'aide d'une méthode de dosage radio-immunologique en phase liquide, et un examen buccal clinique a été effectué, au cours duquel la profondeur des poches parodontales a été évaluée à l'aide de la sonde parodontale de l'Organisation mondiale de la santé. Les covariables ont été évaluées, y compris les facteurs sociodémographiques des participants – tels que le niveau de formation – et le comportement dentaire et l'hygiène buccale.

« Les participants qui développaient des poches parodontales après quatre ans étaient plus susceptibles d'être des hommes, moins instruits, fumeurs quotidiens et avaient des niveaux de cotinine sérique ≥ 42,0 µg/L par rapport à ceux qui n'avaient pas de poche parodontale après quatre ans », ont constaté les chercheurs. Après ajustement des facteurs confusionnels, un Rapport de taux d'incidence (RTI) de 1,59 a été observé pour les fumeurs quotidiens, par rapport aux personnes n'ayant jamais fumé. Les fumeurs occasionnels et ceux qui ont arrêté de fumer n‘avaient pratiquement pas de risque élevé de développer des poches parodontales.

La quantité de tabac consommée s’est avérée être associée au développement de poches parodontales profondes, d’une manière dépendante à l'exposition. « Les RTI pour la catégorie la plus élevée (20+ cig/jour) variaient de 2,03 à 2,41. Dans un modèle entièrement ajusté, la catégorie 1-9 cigarettes/jour n'était pas associée au développement des poches parodontales », peut-on lire dans l'étude.

En évaluant l'exactitude du statut tabagique autodéclaré, les chercheurs ont trouvé une forte corrélation chez les fumeurs, entre les niveaux de cotinine sérique et le nombre déclaré de cigarettes fumées. « Cette étude révèle que le tabagisme est lié à la détérioration de la santé parodontale, que la mesure du tabagisme soit basée sur l'autodéclaration ou sur le taux de cotinine sérique », écrivent les chercheurs, qui notent que le tabagisme autodéclaré était cohérent avec les taux de cotinine sérique trouvés chez les participants à l'étude.

L'étude, intitulée « Effect of smoking on periodontal health and validation of self-reported smoking status with serum cotinine levels », a été publiée en ligne le 8 mai 2021 dans Acta Odontologica Scandinavica, avant d'être incluse dans l'édition imprimée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International