Dental Tribune France

Rapports d’experts sur la situation du COVID-19 dans une clinique dentaire à Wuhan

Dans une vidéoconférence, le professeur Zhuan Bian a expliqué comment sa clinique de Wuhan en Chine avait réagi à l'apparition de la pandémie de SRAS-CoV-2. (Photo : Association allemande d'implantologie orale)
By Franziska Beier, DTI
April 14, 2020

WUHAN, Chine : En tant que doyen de l'école et de l'hôpital de stomatologie de l'Université de Wuhan, le professeur Zhuan Bian a eu une expérience directe de la situation de travail des dentistes et du personnel dentaire dans la ville de Wuhan, capitale de la province de Hubei, où le SRAS-CoV-2 se serait déclaré pour la première fois. Dans un webinaire, organisé par l'Association allemande d'implantologie orale, il a décrit comment la pandémie de COVID-19 avait modifié le travail quotidien de son équipe, et il a partagé ses idées sur les procédures de contrôle de l'infection qu'il considère comme la plus importante pour les professionnels dentaires.

Selon la présentation de Zhuan Bian, le premier patient porteur du nouveau virus, officiellement nommé SRAS-CoV-2 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) début janvier, a été hospitalisé à la mi-décembre 2019. En raison de l'augmentation rapide du nombre de patients infectés, la Commission nationale de la santé de la République populaire de Chine a attribué le 20 janvier le COVID-19 à la catégorie des maladies infectieuses du groupe B, ce qui signifie que des mesures de prévention renforcées sont nécessaires pour tous les travailleurs de la santé. Trois jours plus tard, la fermeture de la ville de Wuhan, qui compte plus de 11 millions d'habitants, a commencé, suivie par l'instauration d'une politique selon laquelle seuls les traitements dentaires d'urgence étaient autorisés. Les cabinets dentaires privés ont été fermés dans toute la Chine en fonction de la situation épidémiologique dans chaque région. Cependant, les cabinets privés situés en dehors de la province de Hubei ont maintenant progressivement repris leurs activités.

Mesures de protection contre le COVID-19 pour les professionnels du secteur dentaire

Selon Zhuan Bian, 3 000 travailleurs de la santé, dont des chirurgiens-dentistes, ont été infectés en Chine le 25 février. Il a expliqué que les dentistes et le personnel dentaire courent un risque élevé de contracter le SRAS-CoV-2 en raison des contacts étroits avec leurs patients, des éventuelles éclaboussures de sécrétions, de salive ou de sang des patients, des aérosols générés par les instruments dentaires à grande vitesse et par les appareils à ultrasons, et par des microorganismes pathogènes fixés aux différents instruments dentaires.

Une capture d'écran de la présentation de Zhuan Bian montre comment les mesures de protection dans sa clinique ont été renforcées après l'apparition du SRAS-CoV-2. (Photo : Zhuan Bian)

Pour protéger les employés, les mesures de précaution dans la clinique de Zhuan Bian ont été renforcées. Pendant les traitements, le personnel dentaire portait de nombreux vêtements de protection tels que des masques médicaux, des casquettes, des gants, des lunettes de protection ou des écrans faciaux, des couvre-chaussures jusqu'au genou et des blouses chirurgicales. Les procédures qui génèrent des éclaboussures ou des aérosols ont été évitées ou du moins minimisées. En cas de nécessité d'une telle procédure, Zhuan Bian a recommandé l'utilisation de digues dentaires et d'éjecteurs de salive à grand volume. Comme la radiographie intra-orale stimule la sécrétion de salive et la toux, il a déclaré qu'elle devrait être remplacée par une radiographie extra-orale.

« Notre communauté dentaire est particulièrement préoccupée par les aérosols. Les aérosols contenant le virus seraient très dangereux. Jusqu'à présent, je n'ai trouvé aucune trace dans la littérature prouvant que les aérosols contenant le virus ont affecté les gens. Bien sûr, je n'ai pas non plus de preuves pour le nier. Cela rend donc la situation très complexe. Dans le cas où les aérosols contenaient le virus, nous avons éteint notre climatiseur afin qu'il ne se propage pas d'une pièce à l'autre, et dans notre service d'urgence, nous avons stérilisé l'air deux fois par jour », a déclaré Zhuan Bian lors de la discussion qui a suivi la présentation.

En répondant à la question de savoir si un bain de bouche spécifique pourrait être plus efficace qu'un autre pour tuer le SRAS-CoV-2, Zhuan Bian a répondu : « Jusqu'à présent, nous n'avons pas de données sur le meilleur rinçage, mais je pense qu'un rinçage diluera la concentration possible du virus dans la cavité buccale. Donc, cela peut être utile, et nous le fournissons à nos docteurs ».

Évaluation fréquente du personnel dentaire et des patients

Le personnel médical de l'école et de l'hôpital de stomatologie de l'Université de Wuhan est régulièrement examiné pour détecter les symptômes du COVID-19 et leur température est régulièrement prise. Toute personne qui présente des symptômes respiratoires doit quitter le travail pour le moment. Il en va de même si des membres de la famille des employés présentent de tels symptômes. En outre, un journal de bord des traitements des soins d'urgence a été établi afin de pouvoir retracer le chemin de transmission en cas d'infection par le SRAS-CoV-2.

« Il est presque impossible de distinguer les patients asymptomatiques des patients non contagieux. L'équipement de protection est donc très important. »

À partir du 22 janvier, le gouvernement de Wuhan a publié une déclaration officielle qui oblige les équipes de direction de tous les lieux publics à exiger que tous les clients portent un masque avant d'entrer. Les patients doivent donc porter un masque avant et après leur traitement. De plus, leur température est mesurée et leur état général est vérifié.

«  Il est presque impossible de distinguer les patients asymptomatiques des patients non contagieux. L'équipement de protection est donc très important. »

Les grands événements dentaires sont reportés ou annulés

L'exposition internationale Dental South China International Expo 2020 a été reportée à une date ultérieure. (Image : Dental South China International Expo)

Comme dans de nombreux autres pays, d'importantes expositions dentaires ont été annulées ou reportées en Chine en raison de la pandémie de COVID-19. Comme l'a rapporté la Dental Tribune International, le Congrès dentaire mondial, qui devait se tenir à Shanghai du 1er au 4 septembre et qui est organisé par la Fédération dentaire internationale (FDI), a été annulé.

L'exposition internationale Dental South China International Expo 2020, qui fête son 25e anniversaire cette année, a été reportée à une date ultérieure. Elle devait initialement se tenir du 2 au 5 mars à Guangzhou.

L'éducation en ligne n'a jamais été aussi importante

Le Dr Michael Yu, rédacteur en chef du Dental Tribune China, a déclaré à Dental Tribune International que, même si les cabinets dentaires de plus de 20 provinces avaient progressivement repris leur travail à la mi-mars, de nombreux dentistes chinois avaient subi des pertes financières parce qu'ils n'avaient pas pu générer beaucoup de revenus pendant les mois de février et mars.
Il a indiqué que la formation en ligne via Weibo, une plateforme de médias sociaux, était devenue très populaire parmi les dentistes pendant leur quarantaine à domicile. De nombreuses informations ont été fournies par différents fournisseurs lors de webinaires de formation. Il a indiqué que plus de dix webinaires avaient été organisés aux heures les plus chargées chaque jour, sept jours sur sept.

En date du 13 avril, 83 597 cas de COVID-19 avaient été signalés en Chine et 3 351 décès associés, selon l'OMS.

Note de la rédaction : Cet article a été publié le 7 avril sur le site Dental Tribune International.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International