Système d'ultrasons 3D pour un diagnostic précis et sûr des maladies dentaires

Search Dental Tribune

Système d'ultrasons 3D pour un diagnostic précis et sûr des maladies dentaires

E-Newsletter

The latest news in dentistry free of charge.

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.
Les chercheurs ont mis au point un appareil à ultrasons qui pourrait être utilisé de manière routinière dans les soins pédiatriques. Il produit des images tridimensionnelles des dents, des tissus mous, de la circulation sanguine et des os sans exposer les patients aux radiations. (Photo : Parkin Srihawong/Shutterstock)

EDMONTON, Canada : Une équipe de chercheurs de l’Université d’Alberta a obtenu des fonds pour mettre au point un appareil 3D à ultrasons qui permettrait aux chirurgiens-dentistes de diagnostiquer les maladies parodontales sans avoir recours à la radiographie dentaire. Moins encombrant et plus abordable que les unités d’imagerie CBCT, cet appareil pourrait être commercialement disponible pour les chirurgiens-dentistes, espère l’équipe de chercheurs.

La technologie des ultrasons, déjà largement utilisée en milieu médical, sert surtout en odontologie dans le cadre de nettoyage des dents. Le Dr Paul Major, professeur et président de l'école dentaire de l'université d'Alberta et orthodontiste, utilise également un appareil à ultrasons médical pour examiner la position de l'os chez les patients souffrant de malocclusion. Afin de pallier à l'absence de modèle appoprié existant dans le commerce, il a rapidement décidé, entouré de son équipe, de mettre au point de son propre appareil à ultrasons qui soit plus adapté aux traitements bucco-dentaires, à savoir qui dispose d'une sonde suffisamment petite pour être maniée confortablement dans la bouche.

L'équipe a déjà réalisé un appareil à ultrasons portatif qui produit des images bidimensionnelles, et le financement obtenu d'Alberta Innovates, la plus grande agence de recherche et d'innovation d'Alberta, devrait permettre la fabrication d’un appareil produisant des images en 3D.

Le professeur Lawrence Le, chercheur principal du département de radiologie et d'imagerie diagnostique de l'université, a déclaré que les images 3D permettront aux chercheurs d'examiner les dents et les gencives d'un patient sous différents angles et de visualiser les tissus mous, la circulation sanguine et les os.

« La possibilité d'obtenir des images de tissus sans exposition aux rayonnements est considérée comme une avancée majeure » - Prof. Paul Major, Université d'Alberta

En plus d'être portable et plus abordable que la technologie CBCT, l'appareil à ultrasons n'exposera pas les patients aux radiations et pourra donc être utilisé de manière routinière dans les soins pédiatriques. Il sera assisté par une intelligence artificielle afin d'aider les opérateurs qui ne sont pas formés à l'évaluation des images échographiques.

Lors d’un entretien avec Dental Tribune International, le professeur Major a expliqué le fonctionnement de l'appareil : « La sonde intra-orale a une taille similaire à celle d'une brosse à dents ou d'une pièce à main dentaire et est considérablement plus petite que les outils d'imagerie optique en dentisterie. L'ensemble du scanner est un appareil portatif relié sans fil à un ordinateur portable pour le traitement, la visualisation et le stockage des images. » Selon ses dires, les chirurgiens-dentistes se sont montrés enthousiastes à la présentation de l’appareil. « La possibilité d'imager les tissus sans exposition aux radiations est considérée comme un progrès majeur. Cette technologie peut fournir des informations sur les tissus mous et durs, ce qui n'est pas possible avec les appareils d'imagerie traditionnels », a déclaré le professeur Major.

« Nous avons organisé des groupes de discussion avec différents cliniciens en pratique privée, et la visualisation 3D était en tête de liste pour la plupart d'entre eux », a déclaré le professeur Major dans un communiqué de presse. Il a toutefois souligné que « En tant que chirurgiens-dentistes, nous ne sommes pas vraiment formés à l'évaluation de l'imagerie par ultrasons, une formation est donc nécessaire. L'intelligence artificielle peut nous y aider. »

Les chercheurs espèrent que le système sera mis à la disposition des chirurgiens-dentistes après avoir fait l'objet d'essais cliniques pour diagnostiquer les maladies gingivales et qu'il pourra, à l'avenir, être utilisé pour guider la conception des implants dentaires, surveiller les lésions buccales et éventuellement diagnostiquer les caries.

Un autre projet de recherche est en cours à l'université. Les chercheurs souhaitent se servir de la technologie des ultrasons pour aider les orthodontistes à suivre l'évolution du traitement et à évaluer l’état de l’os de soutien dans la bouche.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

advertisement
advertisement