Dental Tribune France

Un rapport témoigne du mal-être grandissant des étudiants en santé

By Dental Tribune France
December 08, 2020

PARIS, France : Un regroupement de quatorze fédérations représentatives d’étudiants ont mené le mois dernier une campagne sur la santé mentale des étudiants en santé. Aujourd’hui, le rapport qui en résulte fait état de chiffres alarmants du mal être chez ces étudiants. Afin de dénoncer les manquements et les difficultés rencontrés, les étudiants ont rédigé une lettre ouverte et attendent maintenant des actes de la part des interlocuteurs institutionnels et locaux.

Depuis des années, les fédérations étudiantes alertent sur le mal-être des étudiants, La crise sanitaire ne fait qu’exacerber ce constat : des étudiants désespérés, désorientés, désabusés, qui perdent espoir en le système de santé.

Les chiffres sont significatifs du mal-être vécu. Ainsi, le rapport fait état de 66,2% d’anxiété, 27,7% de dépression et 23,7% d’idées suicidaires chez les étudiants en médecine et jeunes médecins. Sept étudiants sages-femmes sur 10 présentent des symptômes dépressifs et plus de 25% souffrent d’une dépression modérée liée aux études. Trois étudiants en odontologie sur 4 présentent une anxiété presque quotidienne.

14 fédérations représentatives d'étudiants ont rédigé une letre pour dénoncé les causes du mal-être des étudiants en santé

Comme les autres filières de santé, les études en odontologie paraissent anxiogènes, avec de nombreux enjeux : cours et travaux pratiques en parallèle de stages dans lesquels certains étudiants sont maltraités. Les étudiants témoignent d’un sentiment d'exploitation ou de « main d'œuvre gratuite » avec un nombre d'heures travaillées pour un salaire non proportionnel. « La santé mentale est chaque jour mise à rude épreuve et nous alertons sur nos conditions d’études dégradées et notre mal-être grandissant depuis longtemps sans être pour autant pris au sérieux » affirme Emma Beucher, secrétaire générale de l'Union nationale des étudiants en chirurgie-dentaire (UNECD). D’après l’enquête « Votre bien-être parlons-en » mené en décembre 2018, sur un panel de 3146 réponses,14,88 % des étudiants en chirurgie-dentaire affirment avoir déjà dû consulter un professionnel de santé mentale.

De par les incertitudes autour de l’avenir, l’altération de la qualité de formation et les mobilisations abusives, la crise sanitaire ne fait qu’amplifier ce sentiment de mal-être. Chez les étudiants en soins infirmiers, 65,2% estiment que leur état de santé mentale a évolué négativement pendant la crise, en corrélation avec les réaffectations massives en stage puisque 50% des étudiants réaffectés se disent fatigués et stressés. L’impact de la crise sanitaire sur le moral de la population générale ne peut être ignoré, mais celui-ci est encore plus criant chez les étudiants en santé qui sont en première ligne et trop souvent mobilisés aux dépens de leur formation et de leur bien-être.

Certes, des outils pour aider les étudiants sont déjà présents sur le terrain. Diverses structures proposent actuellement un soutien psychologique. Cependant, rares sont les étudiants qui connaissent l’existence de ces structures ainsi que leurs spécificités. Il est donc indispensable d’améliorer la visibilité des différents dispositifs, notamment des structures d’accompagnement telles que préconisées par le CNA et les dispositifs d’écoute et d’assistance labellisés, afin que chaque étudiant puisse solliciter la structure adaptée à sa situation individuelle lorsqu’il en ressent le besoin.  Ainsi, les étudiants souhaitent qu’un recensement des différentes structures proposant un accompagnement sur le territoire national soit réalisée, en faisant apparaître ces informations sur une page nationale.

Le Centre national d’appui (CNA) a été créé en 2018 suite au rapport remis par le docteur Donata Marra aux ministères sur la qualité de vie des étudiants en santé. L’objectif était de créer un centre national d’appui, doté de moyens spécifiques, et réunissant des enseignants de toutes les formations en santé. Or, les étudiants déplorent le manque de moyens humains et financiers du CNA afin que celui-ci puisse remplir sa mission.

Ce rapport n’est pas seulement un outil de revendications. Il témoigne de la volonté des étudiants à participer à la construction d’une nouvelle manière de penser la formation des étudiants en santé dans tous ses aspects : des enseignements théoriques aux stages, en passant par les aides sociales et psychologiques pouvant leur être apportées.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site UNECD

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International