Search Dental Tribune

Une nouvelle étude démontre le lien entre la cigarette électronique et les maladies parodontales

E-Newsletter

The latest news in dentistry free of charge.

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.
La première étude longitudinale sur les cigarettes électroniques a démontré que ces dernières ont des effets délétères sur la santé parodontale. (Image: Rommel Canlas/Shutterstock)

NEW YORK, États-Unis: Les effets néfastes du tabac sur la santé bucco-dentaire ont été reconnus il y a bien longtemps. Néanmoins, peu se sont penchés sur les risques liés aux nouvelles alternatives au tabagisme, telles que le vapotage, souvent considéré plus sain que ce dernier.

Ainsi, des chercheurs de la Faculté d’Odontologie de l’Université de New-York (NYU) ont réalisé la première étude sur la santé bucco-dentaire d’utilisateurs d’ e-cigarettes. Ils ont découvert que le vapotage était à l’origine de la formation d’un microbiote parodontal unique et que les participants qui vapotaient faisaient face à la fin de l’étude à des formes plus graves de maladies parodontales.

L’étude a comparé la composition bactérielle et les concentrations en cytokine de la plaque sous-gingivale chez les fumeurs de cigarettes conventionnelles, les utilisateurs de cigarettes électroniques et les non-fumeurs sur une durée de six mois. Tous les participants présentaient des signes de maladie parodontale au début de l’étude.

L’étude a comparé la composition bactérielle et les concentrations en cytokine de la plaque sous-gingivale chez les fumeurs de cigarettes conventionnelles, les utilisateurs de cigarettes électroniques et les non-fumeurs sur une durée de six mois. Tous les participants présentaient des signes de maladie parodontale au début de l’étude.

Chez les utilisateurs d’e-cigarettes, les taux de cytokine détectés indiquaient une inflammation. Cependant, certaines cytokines étaient présentes à des taux plus faibles qu’attendus. Selon les chercheurs, des souches de bactéries présentes chez les utilisateurs de cigarettes électroniques et absentes chez les fumeurs et les non-fumeurs en seraient potentiellement la cause. Les chercheurs ont supposé que cette bactérie supprime activement les réponses immunitaires normalement attendues.

La co-auteure de cette étude, Fangxi Xu, chercheuse juniore à NYU, a affirmé dans un communiqué de presse que « le vapotage semble générer des schémas uniques chez les bactéries et favoriser la croissance de certaines bactéries à la manière du tabagisme, mais avec ses propres caractéristiques et risques pour la santé parodontale. »

Par ailleurs, une étude précédente  et distincte a comparé les pertes cliniques d’attachement chez les mêmes groupes de participants, constatant ainsi que les mesures de ces dernières étaient supérieures chez les utilisateurs de E-cigarettes.

L’auteur principal de l’étude la plus récente, le Docteur Scott Thomas, chercheur assistant à NYU, a commenté les résultats : « L’utilisation de la cigarette électronique est relativement récente. Contrairement au tabagisme, qui a été étudié de manière approfondie pendant des décennies, nous en savons peu sur les conséquences de l’utilisation de la cigarette électronique sur la santé et commençons à peine à comprendre de quelle manière le microbiote unique favorisé par le vapotage impacte la santé parodontale et les maladies. »

D’avantages d’études sur le long terme sont nécessaires afin que les dentistes puissent conseiller efficacement leurs patients sur l’utilisation de la cigarette électronique. Les E-cigarettes et d’autres produits au tabac font partie de la réduction des méfaits liés au tabac.

Dental Tribune International a rapporté qu’un sondage chez des chirurgiens-dentistes allemands mené par la filiale allemande de Philip Morris International (PMG), une compagnie de cigarettes s’orientant vers des produits sans fumée, a révélé que 58% des personnes interrogées ne se sentaient pas informés sur le sujet de la réduction des méfaits du tabac et que 69% ne connaissaient pas ce concept.

Le Docteur Charilaos Avrabos, responsable des affaires scientifiques et médicales de PMG, a affirmé dans un communiqué de presse en 2018 qu’il « est évident que les e-cigarettes  et les boitiers de tabac chauffé ne sont pas des produits sans risque. Pour les non-fumeurs, ces produits ne présentent aucun bénéfice. Cependant, pour des fumeurs utilisant la forme d’administration de nicotine la plus nocive pour la santé de manière continue pendant plusieurs années, le choix de se tourner vers ces produits peut permettre de réduire la quantité de produits néfastes, et de faire ainsi une grande différence. »

Néanmoins, les revendications de PMG semblent être contredites par les résultats de l’étude de NYU, ainsi que par une autre analyse datée de 2020 sur les conséquences du vapotage sur la santé bucco-dentaire. L’auteur principal de cette étude, le Docteur Purnima Kumar, professeur de parodontologie à l’Université d’Etat de l’Ohio, a affirmé « En remplaçant le tabagisme par le vapotage, on ne revient pas à un profil bactériel sain, mais on bascule plutôt vers le profil du vapotage. En sachant que ce dernier est riche en agents pathogènes, ce ne serait pas se rendre faveur que de remplacer la cigarette classique par la E-cigarette. »

L'étude la plus récente intitulée «  Electronic cigarette use promotes a unique periodontal microbiome » a été publiée dans le numéro de février 2022 de mBio.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

-