Dental Tribune France

Une nouvelle méthode de revêtement pour une meilleure adhérence de l’implant dentaire

By Franziska Beier, Dental Tribune International
November 23, 2020

SEOUL, Corée du Sud : L'histoire de l'implantologie dentaire remonte à l'Antiquité, mais les chercheurs tentent toujours de résoudre un certain nombre de problèmes, tels que l'échec de l'ostéo-intégration et l'inflammation. Les chercheurs du Centre des biomatériaux de l'Institut coréen des sciences et des technologies (KIST) ont maintenant mis au point une nouvelle méthode de production d'un revêtement osseux artificiel en céramique pour les implants. Cette méthode se distingue par un processus de production plus court et une meilleure adhérence du revêtement.

En raison de la biocompatibilité et de l'ostéo-intégration élevées, les revêtements d'hydroxyapatite sont souvent appliqués aux dispositifs biomédicaux qui sont implantés directement sur l'os. Cependant, ils nécessitent un processus de synthèse pour fabriquer le matériau osseux artificiel et un processus de revêtement séparé, ce qui prend du temps. En outre, la liaison entre le substrat et la couche de revêtement osseux artificiel a tendance à être faible, ce qui entraîne des dommages ou même une défaillance.

« Le revêtement d'hydroxyapatite est déjà largement utilisé. Cependant, lorsqu'il se décolle, on peut voir que la couche de revêtement est inefficace », a déclaré le Dr Hojeong Jeon, chercheur principal au KIST, dans une interview accordée à Dental Tribune International.

Pour atténuer ces problèmes, l'équipe de recherche a mis au point une méthode permettant d'appliquer un revêtement osseux artificiel en une heure seulement par un procédé unique, qui ne nécessite pas de synthèse séparée de la matière première pour le revêtement osseux artificiel. Les chercheurs ont placé le matériau à revêtir dans une solution contenant du calcium et du phosphore et l'ont irradié au laser. La température a été augmentée localement au niveau du site cible du laser, provoquant une réaction du calcium et du phosphore pour produire un os artificiel en céramique (hydroxyapatite) et former une couche de revêtement.

Par rapport aux méthodes de revêtement traditionnelles, la nouvelle technique crée une couche de revêtement avec un pouvoir de liaison plus important. « La méthode de revêtement que nous avons mise au point augmente la force d'adhérence. Nous pensons que le revêtement induit par laser aura une force d'adhérence au moins trois ou quatre fois supérieure à celle de la couche de revêtement formée par la méthode de pulvérisation par plasma thermique », a déclaré le Dr Jeon. En outre, le revêtement peut être appliqué non seulement sur des surfaces métalliques, mais aussi sur les surfaces de matériaux polymères, ce qui n'était pas possible jusqu'à présent avec les procédés conventionnels.

Selon le Dr Jeon, l'équipe de chercheurs travaille actuellement avec une entreprise orthopédique sud-coréenne pour optimiser la technologie en vue de son application aux produits. Elle devrait être disponible sur le marché dans environ trois ans. « Le plus grand avantage de cette nouvelle méthode est de réduire le temps et le coût du processus de revêtement d'hydroxyapatite tout en augmentant la force d'adhérence du revêtement », a-t-il conclu.

L'étude, intitulée « Robust hydroxyapatite coating by laser‐induced hydrothermal synthesis », a été publiée en ligne le 15 septembre 2020 dans Advanced Functional Materials, avant d'être incluse dans un numéro.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International