Pierre-Yves Le Maout, PDG des Laboratoires Pred depuis 1995, a été élu Président du COMIDENT en juin 2021 (Photo : COMIDENT)
Bénédicte Claudepierre, DTF

By Bénédicte Claudepierre, DTF

mar.. 7. décembre 2021

save

La dernière semaine de novembre, le congrès de l’Association dentaire française (ADF) a réuni un grand nombre de professionnels du secteur dentaire. Proche partenaire de l’ADF, Pierre-Yves Le Maout, président du COMIDENT, s’est livré à Dental Tribune France pour relater cet évènement de grande envergure et partager les projets de l’association qu’il préside.

Le congrès de l’ADF 2021 vient de se terminer. Le COMIDENT a-t-il toujours été partenaire de cette manifestation ?
Le COMIDENT, association professionnelle des entreprises de la santé bucco-dentaire, est un partenaire privilégié, essentiel et historique de l’ADF, Association dentaire française.

Avant l’accord de 1999 qui les a associés, le COMIDENT organisait ses propres salons, SITAD et SILAB. Unir les forces pour organiser l’événement majeur du secteur dentaire a été une très bonne entreprise. Un comité de pilotage ADF – COMIDENT se réunit régulièrement et développe la stratégie pour les années à venir.

Le congrès ADF n'est pas seulement une exposition de plus de 350 exposants, c'est aussi et surtout un événement de formation continue pour les professionnels de la santé dentaire, qui propose une programmation scientifique de très haute qualité. C’est également, selon nous, une tribune exceptionnelle pour échanger et porter les intérêts de la filière dentaire. En ce sens, cet événement est unique en Europe.

Le report du congrès 2020 a dû engendrer de nombreuses difficultés au sein de l’industrie dentaire mais cette année, enfin, le monde dentaire a pu se retrouver en présentiel. Quelle analyse avez-vous fait de cette dernière édition du congrès de l’ADF ?
La situation sanitaire comme les conséquences du report du congrès 2020 ont été très dommageables pour tout le secteur et pour l’innovation, en général. L’ADF est, en effet, l’occasion de présenter les nouveaux produits. Cela a été particulièrement difficile pour les fabricants de matériels et équipements, dont c’est le moment fort de l’année.

« L'édition 2021 a été un véritable succès pour l'ensemble du secteur de la santé bucco-dentaire »

Les entreprises de santé bucco-dentaire ont naturellement besoin d’échanges avec les professionnels de santé (chirurgiens-dentistes et assistants dentaires), comme avec les enseignants et les prothésistes dentaires. De ce point de vue, l’édition 2021 a été un véritable succès pour l’ensemble du secteur de la santé bucco-dentaire qui a pu se rencontrer, échanger et partager. C’est ce qui était attendu.

Le congrès de l'ADF : des moments d'échanges, de partages et de formations. (Photo : COMIDENT)

Pour nous le COMIDENT, c’était aussi l’occasion pendant ces cinq jours de revoir nos adhérents et l’ensemble des représentants de la filière (ADF, Ordre, syndicats et associations, recherche odontologique, etc.) sur tous les sujets communs qui nous occupent (innovations, réglementations, santé publique, etc.). C’est un moment important pour nous d’autant que nous n’avions pas pu organiser cette année notre assemblée générale en présentiel. Nous espérons pouvoir réunir la filière en juin 2022 pour cet événement essentiel pour nous.

En 2021, la demande en soins dentaires a progressé. La santé est redevenue prioritaire pour les Français. Bien évidemment, les nouveautés proposées par les entreprises ont sans doute été les plus demandées. Les matériels et équipements, notamment dans le numérique, semblent avoir logiquement vu une hausse de leurs ventes.

Quelle a été la fréquentation de cette édition ? Êtes-vous satisfaits du résultat de manière quantitative et qualitative ?
Nous n’avons pas encore toutes les données chiffrées mais nous savons que, malgré une légère baisse de l’affluence observée, de manière très globale les entreprises sont satisfaites compte tenu du contexte sanitaire actuel. Les professionnels de santé étaient très ouverts aux innovations.

Les contacts et les discussions professionnels ont été jugés très positifs. Peut-être, serait-il nécessaire de capitaliser davantage sur une internationalisation de l'événement afin de faire venir les professionnels de santé d’autres pays.

Vous avez organisé plusieurs conférences sur le stand COMIDENT sur le nouveau dispositif d’encadrement des avantages (anciennement loi anti-cadeau), sur le règlement européen des dispositifs médicaux et sur la gestion des déchets, quels sujets ont suscité le plus d’intérêts et de questions de la part des industriels et des praticiens ?
Ces dernières années ont transformé la pratique des fabricants et distributeurs de produits dentaires. Avec le nouveau dispositif d’encadrement des avantages applicable depuis octobre 2021, la mise en œuvre du règlement européen relatif aux dispositifs médicaux (DM), l’encadrement des activités des industries de santé s’est sensiblement accru. Mais cette évolution concerne aussi les professionnels de santé. Le besoin de dialogue et une approche collaborative renforcés sont nécessaires.

Cela fait quatre ans que nous organisons ces conférences lors de l’ADF. Cette année, celle concernant le règlement européen relatif aux DM a été travaillé en partenariat avec Philippe Rocher, responsable de la commission DM de l’ADF et l’UNPPD (Union des prothésistes dentaires). La conférence sur l’encadrement des avantages, animée par une avocate spécialisée en droit de la santé, a permis à l’Ordre national des chirurgiens-dentistes d’exprimer quelques recommandations sur les interdictions, possibilités et dossiers attendus. C’est la preuve que nous sommes tous concernés, au sein de la filière de la santé bucco-dentaire.

Le COMIDENT a pu présenter les tutos qu’il a réalisés pour expliquer simplement ce dispositif d’encadrement des avantages, mis en ligne sur son site internet.

Industriels et professionnels étaient présents. Bien évidemment, pas aussi nombreux que nous l’aurions souhaité mais nous savions que les retrouvailles de la profession et la nécessité d’échanger sur les nouveautés ne permettait pas à tout le monde de pouvoir assister à ces conférences. Nous avons déjà donné rendez-vous à tous pour l’édition ADF 2022, sur ces points.

Nous avions également prévu, sur le stand du COMIDENT, la présence de GS1 France pour échanger et poser les questions sur l’UDI, système d’identification unique des DM qui permet une meilleure traçabilité des produits commercialisés. L’objectif était de permettre d’apprendre à décoder les étiquettes des DM utilisés dans les cabinets dentaires. De nombreuses questions ont été posées à Laurence Azoulay sur ce sujet.

La démarche éco-responsable dans les cabinets dentaires répond aux enjeux sanitaires et écologique pour les patients et l’environnement. Nous avons voulu sensibiliser, cette année, les entreprises et les cabinets dentaires à la gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques. L’organisme Ecosystem était présent sur son stand pour valoriser la démarche de collecte et du recyclage.

Par ailleurs, le COMIDENT a aussi eu le plaisir de recevoir une délégation d’institutionnels comprenant, monsieur David Corceiro, député du Val d’Oise, membre de la commission des affaires économique et responsable régional de la société Voco, Madame Julie Baraduc, chirurgien-dentiste et expert des centres dentaires auprès de l’ARS Ile de France, ainsi que monsieur Frédéric Nahmias, chirurgien-dentiste, chef de projet au service évaluation des actes professionnels de la HAS. Conduite par le président et vice-président du COMIDENT, la délégation a pu visiter certains stands et recevoir des informations de différentes entreprises concernant les sujets importants du secteur dentaire.

« Alors que les schémas d’approvisionnement des chirurgiens-dentistes évoluent et se numérisent, la qualité et la sécurité des produits de santé sont plus que jamais au cœur des préoccupations des entreprises »

Quels sont les axes prioritaires que vous avez prévu de traiter dans les semaines qui viennent ?
Alors que les schémas d’approvisionnement des chirurgiens-dentistes évoluent et se numérisent, la qualité et la sécurité des produits de santé sont plus que jamais au cœur des préoccupations des entreprises. Ces enjeux, parce qu’ils se situent en amont des actes, sont cruciaux et concernent l’ensemble de la chaîne de soins : fabricants, distributeurs, cabinets et prothésistes dentaires.

L’innovation, l’amélioration de la qualité mais également l’éthique et la transparence sont aussi nos axes majeurs. Industriels et professionnels de santé partageant la même finalité à savoir apporter aux patients les meilleures réponses thérapeutiques.

Nous développons aussi notre expertise sur tous les nouveaux sujets (prévention, e-santé, IA, orthodontie, recherche, etc.) et la valeur ajoutée de nos services (accompagnement réglementaire, économique, etc.) pour les entreprises de la santé bucco-dentaire que nous représentons auprès des pouvoirs publics.

Et à plus long terme ?
Nous poursuivons notre volonté que fabricants, distributeurs de produits dentaires, professionnels de santé, universitaires et étudiants, prothésistes dentaires s’engagent collectivement pour l’avenir de la santé bucco-dentaire, véritable enjeu de santé publique. Nous souhaiterons systématiser ce dialogue en créant une instance sous l’égide des pouvoir publics.

ADF Comident Industriels Loi anti-cadeau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *