Une nouvelle couche musculaire de la mâchoire

Search Dental Tribune

Une nouvelle couche musculaire de la mâchoire

E-Newsletter

The latest news in dentistry free of charge.

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.
La disposition des fibres musculaire suggère que cette couche joue un rôle dans la stabilisation de la mandibule. © Illustration: Jens C. Türp, UZB
Université de Bâle

By Université de Bâle

mer. 19 janvier 2022

save

BÂLE, Suisse : L’anatomie humaine ne cesse de nous surprendre : des chercheurs de l’université de Bâle ont découvert une partie jusqu’ici ignorée de l’un de nos muscles masticateurs et l’ont décrite de manière détaillée pour la première fois.

Le muscle masséter est le plus proéminent de nos muscles masticateurs. On peut le sentir se contracter en posant son doigt sur la partie arrière de la joue et en serrant les dents. Dans les manuels d’anatomie, le masséter est généralement décrit comme étant constitué de deux faisceaux, un superficiel et un profond.

Le Dr Szilvia Mezey du département de biomédecine et le professeur docteur Jens Christoph Türp du centre universitaire de médecine dentaire de Bâle décrivent cependant la structure du masséter avec un troisième faisceau, plus profond encore que les deux autres. Dans la Revue spécialisée « Annals of Anatomy », ils proposent le nom de Musculus masseter pars coronidea, c'est-à-dire partie coronoïde du masséter. En effet, la couche musculaire nouvellement décrite est rattachée au processus musculaire (également appelé processus coronoïde) de la mandibule. L’étude anatomique se base sur des examens précis de la structure musculaire de la mâchoire fixée au formol, des images tomodensitométriques, ainsi que sur l’analyse de coupes de tissus colorées de personnes décédées, ayant fait don de leur corps à la science. Ces données ont ensuite été comparées à des images à résonnance magnétique (IRM) d’une personne vivante.

Comme si l’on avait découvert une nouvelle espèce animale

Le Dr Szilvia Mezey explique : « Ce faisceau profond du muscle masséter se différencie par sa fonction et sa direction des deux autres couches ». La disposition des fibres musculaires suggère que cette couche joue un rôle dans la stabilisation de la mandibule. Par ailleurs, cette dernière semble être la seule partie du masséter qui puisse ramener la mandibule vers l’oreille.

En se penchant sur les études et les manuels d'anatomie historiques, on constate que la structure du muscle masséter soulevait déjà des interrogations dans le passé : dans une précédente édition datée de 1955, de l’ouvrage de référence « Gray’s Anatomy », le muscle masséter est décrit comme étant composé de trois faisceaux. Cependant, les études citées se basaient sur la structure musculaire de la mâchoire d’autres espèces et se contredisaient partiellement.

D'autres études isolées datant du début des années 2000 faisaient également état de trois couches. Mais celles-ci séparaient la partie superficielle du masséter en deux couches, tandis que la description de la partie plus profonde correspondait à celle établie dans les ouvrages standard.

« Face à ces descriptions contradictoires, nous voulions étudier à nouveau de manière approfondie la structure du muscle masséter, même si l'on considère que la recherche anatomique des 100 dernières années n'a rien laissé au hasard. » affirme le Dr Türp. « Notre découverte est un peu comme si les zoologistes découvraient une nouvelle espèce de vertébré. »

 

Editorial note:

Publication originale

Szilvia Mezey, Magdalena Müller-Gerbl, Mireille Toranelli, Jens Christoph Türp
The human masseter muscle revisited: first description of its coronoid part.
Annals of Anatomy (2021), doi: 10.1016/j.aanat.2021.151879

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

advertisement
advertisement