Dental Tribune France

Des chercheurs étudient la possibilité de repousse de dents

By Dental Tribune France
September 13, 2019

BERLIN, Allemagne : Pour certains animaux, la perte de dents n’est pas toujours un problème : les dents des requins et celles les crocodiles se renouvellent en permanence. Des chercheurs de l’université technique de Berlin (TU Berlin) étudient la possibilité de reproduire ce phénomène chez l’homme et travaillent sur une nouvelle méthode de développement des dents à partir des propres tissus du corps humain.

« Il est vrai qu'il existe des cas isolés de personnes chez qui une troisième dent repousse ou même une troisième série complète de dents, mais on ignore pourquoi cela pourrait être possible chez certaines personnes et non chez d'autres », a déclaré le professeur Roland Lauster, directeur de l'institut de biotechnologie à la TU Berlin.

« De manière générale, les scientifiques s’accordent pour dire que la mâchoire humaine possède les informations nécessaires à la croissance de nouvelles dents, tout au long de la vie », a déclaré le Dr Jennifer Rosowski, assistante de recherche chez le professeur Lauster. La question est de savoir ce qui déclenche exactement ce processus.

Dans des conditions naturelles, les cheveux, les dents et même les ongles poussent à la suite de ce qu'on appelle la condensation mésenchymateuse. Dans le cas des dents, certaines cellules précurseurs se regroupent dans la mâchoire sous la couche de peau extérieure. Ces cellules se condensent et forment une sorte de germe embryonnaire. À la suite de cette condensation, le germe de la dent embryonnaire commence à interagir avec les couches de cellules environnantes de la mâchoire via des messagers spécifiques. « Dans le bourgeon dentaire créé par ce processus, il se produit une différenciation de différents types de cellules : l'organe de l'émail, la papille dentaire et la lame dentaire. Ces tissus continuent à se différencier jusqu'à la formation d'une dent complète », a déclaré le Dr Rosowski.

L’approche adoptée par l’équipe de recherche pour la croissance naturelle des troisièmes dents est aussi simple qu’ingénieuse. Les cellules de la pulpe dentaire issues d'une dent extraite sont cultivées et dédifférenciées de manière à produire un germe embryonnaire actif. Si ce germe de dent embryonnaire devait être implanté chez un patient, il commencerait à communiquer avec le tissu environnant, initiant ainsi le processus de développement de la dent.

Des groupes de recherche concurrents ont déjà fourni des preuves conceptuelles dans un système de modèle animal et ont démontré qu'une dent embryonnaire implantée dans la mâchoire se développe réellement en une dent complète.

L’équipe de recherche du TU Berlin voit cependant un avantage concurrentiel décisif sur sa méthode. Tous les autres groupes de recherche concurrents utilisent des cellules souches embryonnaires pour produire des germes de dents embryonnaires. « Cela rend une application réelle du processus impossible car l'utilisation de cellules souches est éthiquement hautement controversée et non autorisée par la loi dans la plupart des pays », a expliqué le Dr Rosowski. « Nous n’utiliserions que du matériel cellulaire prélevé sur les dents du patient. Cela nous permet de contourner toutes les considérations éthiques et juridiques, nous procurant l’avantage décisif que nos procédures se concentrent sur une application réelle des propres tissus du corps. Utiliser les propres tissus de l’organisme signifie qu’aucune réaction de rejet ne se produira. »

Le département de chirurgie buccale et maxillo-faciale de l’hôpital universitaire de la Charité de Berlin fournit aux chercheurs les dents dont ils ont besoin pour leurs recherches, sous la forme de troisièmes molaires extraites. Les chercheurs ont mis au point une méthode de culture particulière permettant aux cellules adultes de ces dents de les différencier en un type d’état embryonnaire et de former un germe embryonnaire. Les cellules de la pulpe dentaire sont isolées, nettoyées puis cultivées dans des plaques de micro filtrage dont les surfaces supérieures ont été recouvertes d'hydrogel. L'hydrogel empêche les cellules d'adhérer aux parois des plaques. Ils flottent librement dans le support mais sont en réalité programmés pour obtenir une structure 3D. En conséquence, ils se condensent indépendamment, sans pression externe, en une sorte de boule cellulaire. Ce processus prend 24 heures et la boule obtenue a une taille d'environ 200 à 500 µm.

« Nous sommes le seul groupe au monde à pouvoir démontrer que ce processus de création d'une boule par condensation mésenchymateuse indépendante déclenche l'expression de divers gènes, déclenchant ainsi la production de messagers spécifiques. Ces messagers sont nécessaires pour interagir avec le tissu entourant la mâchoire », a déclaré le Dr Rosowski à propos de la méthode, qui a depuis été brevetée dans le monde entier. Pour en prouver la validité, les chercheurs ont co-cultivé les germes de dents embryonnaires avec des cellules gingivales. Au cours du développement dentaire embryonnaire, ces deux types de cellules ont interagi, initiant la formation dentaire. Ainsi, les chercheurs ont pu prouver précisément cette interaction.

Maintenant que tous les tests in vitro ont été menés à bien, les germes de dents embryonnaires sont prêts pour les premiers tests précliniques.

Comments are closed here.

Latest Issues
E-paper

DT France No. 11, 2019

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2019 - All rights reserved - Dental Tribune International