Dental Tribune France

Gardez le sourire : La prévention bucco-dentaire, au cœur des préoccupations des étudiants

By Dental Tribune France
March 16, 2021

Comme chaque année depuis 2015, l’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD) et les seize associations étudiantes dentaires de France se déploient pendant tout le mois de mars, afin de mener l’action de prévention bucco-dentaire « Gardez Le Sourire ». Durant ce mois, les étudiants en chirurgie dentaire se déplacent dans différents campus, afin de toucher le maximum de jeunes, sensibiliser et répondre à toutes les questions autour de l’hygiène et de la médecine bucco-dentaire.

Portée en collaboration avec le collège des enseignants en santé publique, cette mobilisation nationale des étudiants en chirurgie-dentaire se veut être un message fort de prévention et de sensibilisation sur les bonnes pratiques d’hygiène bucco-dentaire auprès des étudiants de 18 à 25 ans.

« Gardez Le Sourire » c’est, avant tout, des stands déployés à travers les campus, dans les lieux fréquentés par les étudiants (restaurants universitaires, épiceries solidaires…) de toute la France. Le but de ces rencontres est triple : transmettre des conseils bucco-dentaires, distribuer des échantillons de dentifrices, brossettes, etc. constituant des besoins primaires des étudiants, et faire compléter le questionnaire de l’enquête sur les connaissances et pratiques bucco-dentaires.

En 2020, suite à la pandémie du SARS CoV-2 et au confinement, l’action « Gardez Le Sourire » a été décalée en septembre. À ce moment-là, les étudiants fréquentaient à nouveau les facultés. Ce projet s’est déroulé sur tout le mois de septembre en présentiel via des stands sur les campus, qui respectaient les gestes barrières, des stands dans les restaurants universitaires et via un programme d’actions de prévention dématérialisées (vidéos, questionnaires numériques).

Durant tout le mois de mars 2021, environ 200 étudiants des seize facultés dentaire de France participent de manière bénévole à cette nouvelle action de prévention et partent à la rencontre d’un maximum d’étudiants. Parallèlement, des actions de prévention via le numérique sont organisées. En répondant à ce questionnaire basé sur les dernières publications scientifiques, les étudiants auront l’opportunité d’en apprendre plus sur l’hygiène bucco-dentaire. Toutes les données récoltées seront analysées afin de proposer des bases de réflexion sur l’amélioration de l’enseignement et de l’information mis à disposition des étudiants.

En 2020, un travail de thèse réalisé par le Dr Salomé Fimbel et dirigé par le Dr Damien Offner du collège de santé publique, qui a porté sur l'évaluation du projet par le biais d’analyse d’un questionnaire de quatorze questions, a permis d’apporter des innovations dans la réalisation de la prévention.

Le Dr Fimbel a divisé l’échantillon en deux groupes. Un premier, rassemblant les sujets participant pour la première fois au projet, et un second composé de sujets ayant déjà participé au projet lors d’une édition antérieure. Cette répartition a ainsi permis de vérifier si le fait d’avoir déjà entendu les messages de prévention délivrés par les bénévoles se traduit par de meilleures pratiques bucco-dentaires et un taux plus élevé de bonnes réponses aux questions portant sur les connaissances bucco-dentaires.

Les résultats des étudiants ayant déjà participé à l’action Gardez le Sourire sont meilleurs pour l’ensemble des quatorze questions.

À la première question intitulée « Pensez-vous avoir une bonne hygiène bucco-dentaire ? », 91 % à 95 % des étudiants pensent avoir une bonne hygiène. Pourtant, les pourcentages de réponses concernant les bonnes habitudes d’hygiène sur les réponses suivantes ne sont pas aussi élevés. « Les participants surestiment donc leurs habitudes d’hygiène bucco-dentaire. » affirme le Dr Fimbel dans sa thèse.

En principe, les sujets ayant de mauvaises pratiques bucco-dentaires font partie du groupe ne se rendant pas de manière annuelle chez le chirurgien-dentiste. Par déduction, c’est ce même public qui aura tendance à présenter des affections bucco-dentaires. Par conséquent, il faut trouver le moyen de les amener à ces visites annuelles, car le fait de devoir avoir recours à des soins les sensibilisera peut-être à la nécessité d’observer les conseils dispensés par les praticiens.

Le questionnaire a été rempli par une majorité d’étudiants issus de la PACES bénéficiant pour la plupart d’un niveau de vie favorable. Les parents de ces étudiants, de catégories socio-professionnelles les plus favorisées, sont davantage à l’écoute des messages de prévention, et réticents face aux campagnes de communications des sociétés de productions d’aliments à très haute teneur en sucre, nuisibles pour la santé bucco-dentaire. « On peut donc en conclure que l’échantillon analysé ne reflète peut-être pas assez bien l’ensemble des étudiants, en particulier ceux qui sont les plus impactés par une mauvaise hygiène bucco-dentaire et qui devraient être au centre de ce type d’action » a déclaré le Dr Fimbel.

Pour conclure, le Dr Fimbel a déclaré que la présente étude tend à démontrer que :  l’origine sociale et la filière d’étude des sujets ont tendance à influencer la pratique et les connaissances bucco-dentaires ; les conseils bucco-dentaires prodigués par les bénévoles de« Gardez Le Sourire » sont bien entendus par les sujets. Les connaissances en matière bucco-dentaires s’améliorent nettement après une participation répétée à l’action, même si leur mise en pratique se fait plus lentement.

« Si certains points sont à repenser et à améliorer, principalement celui de la diversité du public cible qui biaise partiellement les résultats, la manière dont ce projet est mené est efficace. Il est nécessaire de le poursuivre, en le faisant évoluer, afin d’accompagner encore mieux ce public étudiant trop peu informé en matière de santé. C’est tout l’intérêt d’avoir pu effectuer une évaluation de Gardez le Sourire. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International