Dental Tribune France

La crise du coronavirus vue par les dentistes dans le monde : Dr Mauro Labanca, Italie

Le Dr Mauro Labanca exerce à Milan et enseigne dans le monde entier. (Photo : Mauro Labanca)
By Nathalie Schüller, DTI
April 20, 2020

À ce jour, l'Italie est le pays le plus touché par le coronavirus, en termes de nombre de décès. Selon les derniers chiffres disponibles de l'université Johns Hopkins, plus de 23 660 personnes sont déjà mortes du COVID-19. Le Dr Mauro Labanca vit et exerce à Milan. Dans une interview accordée à Dental Tribune International, le leader d'opinion international dans le domaine de l’odontologie a expliqué comment la pandémie actuelle affecte le secteur dentaire en Italie.

Dr Labanca, quelle est la situation dans votre pays face à la crise du SRAS-CoV-2 ? Quelles mesures ont été prises et quand ont-elles été mises en place ?
L'Italie a été le premier pays d'Europe à connaître l'infection, nous avons donc dû essayer de comprendre comment elle s'est propagée et nous avons dû prendre des décisions sur la manière de la gérer, même si nous avions l'exemple chinois à suivre. Après une première période d'incertitude, le Premier ministre a mis en place le confinement, d'abord dans quelques petites villes, et ensuite étendu à l'ensemble du pays.

Comment les mesures de confinement vous ont-elles affecté professionnellement et personnellement ?
Professionnellement beaucoup, bien sûr, étant donné que nous ne travaillons pas du tout. Personnellement, cela a été une bonne occasion de réévaluer ma vie et de réaliser que nous pouvons ralentir sans conséquences majeures.

Votre bureau est-il toujours ouvert ou, s'il est fermé, depuis quand ?
Nous sommes fermés depuis le 16 mars. Qui sait combien de temps cela va durer ? Nous resterons définitivement fermés jusqu'au 3 mai.

Maintenant que votre cabinet est fermé pour les traitements de routine, faites-vous quelque chose de différent lorsque vous traitez vos patients (en urgence) par rapport aux traitements habituels lorsqu'il est ouvert ?
J'essaie de suivre les directives officielles, mais plus par souci de conscience que parce que je sens que nous en avons besoin. Mes procédures normales précédentes étaient, de mon point de vue personnel, plus que suffisantes pour gérer tout risque d'infection croisée.

Comment vivez-vous cette crise, de quelle manière utilisez-vous votre temps lié à votre travail, à vos patients, et si vous souhaitez partager, votre vie personnelle, quelles sont les choses que vous aimez faire et pour lesquelles vous avez peut-être généralement peu de temps à consacrer ?
J'ai continué à travailler sur d'autres questions liées d'une manière ou d'une autre à mon travail, comme m'occuper de mes tâches au Collège international des dentistes (ICD) et préparer mes prochaines conférences. Quant à ma vie personnelle, j'ai eu l'occasion de lire immédiatement un livre que j'avais reçu en cadeau, et je l'ai trouvé très intéressant. J'ai également pu écouter de la musique, regarder des films et redécouvrir mes talents de cuisinier, presque oubliés.

« De nombreux dentistes ayant de petits cabinets, ceux qui ne sont peut-être pas très éthiques ou à jour professionnellement, ou qui ne donnent pas le meilleur niveau de soins, ne pourront pas survivre et devront simplement fermer pour de bon »

Savez-vous comment les mesures de confinement ont affecté le marché dentaire national ?
Je n'ai pas beaucoup d'informations à ce sujet, mais je pense que le marché dentaire a été très affecté, en particulier les petites entreprises qui auront probablement beaucoup de mal à survivre après cette période.

Personne ne sait combien de temps durera cette crise. Qu'elle soit de courte ou de longue durée, pensez-vous qu'elle va changer votre activité et la profession dans son ensemble ?
Honnêtement, je pense qu'elle sera bénéfique pour moi. À mon avis, de nombreux dentistes ayant de petits cabinets, ceux qui ne sont peut-être pas très éthiques ou à jour professionnellement, ou qui ne donnent pas le meilleur niveau de soins, ne pourront pas survivre et devront simplement fermer définitivement. Cela signifie que les cabinets dentaires survivants auront davantage de patients à partager.

On peut espérer que, face à une telle crise, il serait opportun de réfléchir et peut-être de changer notre façon de vivre pour le mieux. Qu'en pensez-vous ? Quels changements souhaiteriez-vous voir se produire ?
J'aimerais voir certains changements, mais je suis assez réaliste en ce qui concerne l'humanité. Ce qui s'est passé a été une fantastique opportunité de saisir ce qui est important dans nos vies, comme l'amitié et le fait d'avoir du temps pour soi - du temps pour parler au lieu d'envoyer des SMS, du temps pour rencontrer des gens au lieu d'être tout le temps sur les médias sociaux. Mais je pense que les gens vont revenir à la normale très bientôt et que nous sommes peut-être encore plus mal lotis par rapport à toutes les mauvaises habitudes que nous avions auparavant. J'espère que la réalité me prouvera que j'ai tort.

À propos de

Le Dr Mauro Labanca a obtenu son doctorat en médecine en 1986 à l'université de Milan en Italie, où il a également obtenu un diplôme de dentiste et de chirurgie générale. En 2006, il a créé et dirigé le premier programme de master en marketing et communication en médecine et en odontologie privée, à l'université IULM de Milan. De 2007 à 2013, il a été professeur consultant en chirurgie orale au département de dentisterie de l'université Vita-Salute San Raffaele de Milan. Il pratique la chirurgie buccale et l'implantologie depuis 1992 dans son cabinet dentaire privé situé au centre ville de Milan. Depuis 2001, il est directeur du cours de chirurgie anatomique avec laboratoire de cadavres à l'institut d'anatomie de l'université de médecine de Vienne en Autriche et à l'institut d'anatomie de l'université de Brescia en Italie. Depuis 2008, il est professeur consultant en anatomie au département de médecine de l'université de Brescia.

Note de la rédaction : Cette interview fait partie d'une série demandant aux professionnels dentaires du monde entier de partager leurs expériences pendant la crise COVID-19. Elle a été publiée le 7 avril 2020 sur le site de Dental Tribune International.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Content

April 10, 2020 | France | Interviews

La crise du coronavirus vue par les dentistes dans le monde : Dr Irineu Gregnanin Pedron, Brésil:

La pandémie de coronavirus se propage rapidement dans le monde entier. Au 10 avril, le Brésil était le pays le plus touché d’Amérique latine avec plus de 18 000 cas …

details

April 9, 2020 | France | Interviews

La crise du coronavirus vue par les dentistes dans le monde : Dr Luc Manhès, France

Après avoir obtenu son diplôme de chirurgien-dentiste de la faculté de Montpellier, le Dr Luc Manhès s’est formé en micro-chirurgie, en implantologie et en anatomie cranio/cervico-faciale. Il est formateur en …

details

April 9, 2020 | France | Interviews, News

La crise du coronavirus vue par les dentistes dans le monde : Dr Carole Leconte, France

Carole Leconte, est chirurgien-dentiste et exerce à Paris dans un cabinet spécialisé en implanto-parodontologie. Elle partage sa vie entre le bloc dans un cabinet avec une équipe qu’elle adore, les …

details
Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International