Dental Tribune France

La crise du coronavirus vue par les dentistes dans le monde : Dr Miguel Stanley, Portugal

Depuis 15 ans, le Dr Miguel Stanley donne des conférences dans le monde entier et partage sa passion pour l’odontologie. (Photo : Miguel Stanley)
By Nathalie Schüller, DTI
April 13, 2020

À la lumière de l'épidémie mondiale de COVID-19, le Portugal a déclaré l'état d'urgence national le 18 mars. À ce jour, plus de 16 585 cas et plus de 504 décès ont été confirmés dans le pays. Le Dr Miguel Stanley, de Lisbonne, est un leader d'opinion bien connu dans le domaine dentaire. Dans cette interview, il explique comment la crise actuelle affecte les dentistes au Portugal et dans le monde entier.

Dr Stanley, quelle est la situation dans votre pays face à la crise du coronavirus, quelles mesures ont été prises et depuis quand ?
Le Portugal a déclaré l'état d'urgence ; toutes les entreprises non-essentielles ont été fermées, et depuis, le pays est pratiquement fermé aux entreprises. Bien sûr, les gens font de leur mieux pour éviter les contacts sociaux et ne quittent leur maison que pour les besoins de base, mais comme partout, il y a des gens qui ne respectent pas les règles. De plus, nos hôpitaux sont sous-préparés, comme c'est le cas dans la plupart des pays du monde, je suppose. La police arrête les gens dans les rues et leur demande où ils vont, afin de s'assurer qu'ils ne circulent que pour des situations vitales. Je pense qu'aucun gouvernement au monde n'était préparé à cela.

Comment avez-vous été affecté par les mesures éventuelles de confinement, professionnellement et personnellement ? Votre cabinet est-il toujours ouvert et si fermé, depuis quand ?
Il est évident qu'il est dévastateur pour toute entreprise d'être fermée pendant une période aussi longue. Le gouvernement a pris certaines mesures, telles que l'offre de prêts, pour aider les petites et moyennes entreprises, mais ils devront bien sûr être remboursés avec intérêts. Il y a également la création d’un soutien juridique afin de ne pas devoir payer tout le salaire de votre personnel, mais certains impôts doivent quand même être payés. Cela va être dévastateur pour beaucoup de cliniques, et je ne peux pas dire que je suis très confiant pour les mois à venir.

J'ai choisi de fermer la White Clinic avant que ces mesures ne soient rendues obligatoires par le gouvernement. J'ai estimé que j'avais ce devoir envers mon personnel, mon équipe médicale et mes patients afin d'éviter la propagation du coronavirus. Nous ne recevons des patients que lorsque les situations d'urgence ne peuvent être reportées ou simplement traitées par des médicaments. Pendant les deux premières semaines après la mise en place de l'état d'urgence, nous n'avons vu que quatre patients en situation d'urgence. Notre moyenne quotidienne est généralement de 40 patients.

Sur le plan personnel, j'ai eu l'occasion de passer plus du temps avec ma femme et mes enfants. J'ai totalement réduit mes déplacements, car toutes mes conférences internationales ont été annulées. Cependant, je continue à tout gérer à distance avec mon équipe, car nous avons des patients dans le monde entier qui ont besoin d'une certaine forme de management. Je m'assure également que mon personnel se porte bien et que nos fournisseurs et partenaires vont tous bien.

Heureusement, jusqu'à présent, aucun membre de ma famille élargie ou de mon équipe n'a présenté de symptômes ou n'a été testé positif, de sorte que l'isolement a heureusement fonctionné pour nous.

« J'ai estimé que j'avais ce devoir envers mon personnel, mon équipe médicale et mes patients afin d'éviter la propagation du coronavirus »

Votre cabinet est fermé mais si vous voyez encore des patients pour des urgences, avez-vous changé la façon de les traiter ?
Ici, à la White Clinic, nous avons toujours pris des mesures particulières pour éviter la contamination croisée. Nous pratiquons le principe de « Slow Dentistry », de ce fait, nous ne voyons pas plus d'un patient par heure et parfois même moins. Nous travaillons de cette manière depuis plus de 20 ans. La raison en est qu'il faut environ 10 minutes pour désinfecter correctement la pièce entre deux rendez-vous. Nous le faisons précautionneusement depuis le premier jour, ce qui fait de notre clinique un espace très sûr. Les seules précautions supplémentaires que nous prenons actuellement sont que nous avons investi dans des purificateurs d'air qui désinfectent également l'air et que nous portons des visières intégrales et des doubles masques faciaux, ainsi que des blouses chirurgicales pour tout le corps, et que nous nous débarrassons de tout en toute sécurité immédiatement après. Nous essayons également d'éviter autant que possible les aérosols.

Comment vivez-vous cette crise et utilisez-vous votre temps lié à votre travail, à vos patients, et si vous souhaitez partager, votre vie personnelle, et les choses que vous aimez et que vous avez généralement, peu de temps de faire peut-être ?
Pour être honnête, j'ai l'impression que mon smartphone n'a jamais été aussi actif. Je pense que tout le monde utilise trois fois plus les médias sociaux, et je reçois donc un grand nombre de messages sur presque toutes les plateformes. Je me sens toujours obligé de répondre. Pour être honnête, c'est assez stressant de recevoir autant de messages ! Beaucoup de messages sont bons et les gens essaient simplement de se rapprocher et de se connecter. J'essaie d'être un guide de positivité pour tout le monde, donc je suis heureux de le faire. J'ai toujours essayé de trouver du temps pour ma famille et j'ai l'habitude d'éteindre mon téléphone quand je suis à la maison, mais pendant cette période difficile, j'ai dû trouver un équilibre entre les deux. J'ai un bébé de 2 mois à la maison et une fille qui a presque 3 ans, donc je suis bien sollicité.

J'ai réussi à faire une chose que je voulais réaliser depuis longtemps, c'est-à-dire lancer des webinaires en ligne, en utilisant ma plateforme Miguelstanley.com pour proposer des formations. Cela fait longtemps que je veux lancer l'Académie Miguel Stanley. Au départ, j'avais prévu qu'elle serait située dans la clinique, afin que les dentistes puissent venir voir comment nous faisons les choses ici, mais le fait que nous sommes tous à l'intérieur et qu'il nous est interdit de voyager m'a amené, avec mon équipe, à le proposer en ligne. Il y aura beaucoup de nouvelles choses bientôt.

« Je suis presque certain qu'à l'avenir, les patients des pays développés feront passer la sécurité avant le coût dans la plupart des cas »

Savez-vous comment les mesures de confinement ont affecté le marché dentaire national ?
Je pense que tout le monde est très effrayé par l'avenir proche. Je ne parle même pas des six prochains mois. Je ne sais pas si le marché dentaire va se redresser avant longtemps. Personne n'a de réponse à ce sujet, mais je suis sûr que tout le monde va en subir des conséquences. Je pense que cela affectera nos activités de plus d'une manière. La vie après cela sera différente. Je suis quelques groupes dentaires en ligne, et les gens commencent à s'énerver contre les nombreuses mesures prises par le gouvernement et le manque de soutien aux petites entreprises. Je pense qu'un grand nombre de cliniques n’étaient pas préparées et étaient déjà confrontées à de nombreuses difficultés avant la crise, et ce sont elles qui pourraient en souffrir le plus.

Ne sachant pas combien de temps cette crise durera, pensez-vous, qu'elle soit de courte ou de longue durée, qu'elle aura des répercussions sur votre cabinet, sur la profession ?
Oui ! J'espère qu'à l'avenir, les cabinets qui pratiquaient des traitements à risque ne fonctionneront plus. J'ai récemment écrit un article intitulé Toxic dentistry? pour Dental Tribune International. Je suis presque certain qu'à l'avenir, les patients des pays développés feront passer la sécurité avant le coût dans la plupart des cas. La tendance actuelle, pour beaucoup de gens, est de rechercher le meilleur prix pour un traitement spécifique. Je pense que maintenant ils y réfléchiront à deux fois et seront particulièrement attentifs à ce que le cabinet qu'ils choisiront offre également des mesures de sécurité adéquates.

Je suis simplement triste qu'il ait fallu quelque chose comme cela pour que le public ouvre les yeux sur les incroyables difficultés que les chirurgiens-dentistes rencontrent chaque jour pour lutter contre la contamination croisée. C'est pourquoi, au sein du réseau mondial Slow Dentistry Global Network, nous voulons aider les dentistes à identifier toutes les mesures à prendre pour assurer la sécurité des patients et, bien sûr, celle de leur équipe, et en faire la promotion auprès du grand public.

On pourrait espérer que face à une telle crise, c’est peut-être l’occasion de réfléchir sur nos priorités, et peut-être d’améliorer la façon dont nous vivons notre vie. Qu'en pensez-vous ? Quels changements aimeriez-vous voir se produire ?
Plus de compassion. Plus de générosité. Plus de gentillesse. Plus de soutien pour les personnes âgées et pour les faibles. J'espère aussi que les gouvernements comprendront le ridicule de certaines guerres. Il est temps de s'unir en tant qu'espèce et pas seulement en tant que nations avec des idées individuelles pour l'avenir. J'espère aussi que nous écouterons la raison et que nous réduirons la consommation de masse de choses qui polluent notre planète. Et, plus que tout, je prie pour que la 5G soit interdite. J'ai très peur de cette technologie incroyablement dangereuse et inconnue qui pourrait nous affecter tous. Il est temps d'arrêter de jouer avec la nature et de commencer à mieux prendre soin les uns des autres et de notre projet.


À propos

Le Dr Miguel Stanley est le directeur clinique de la White Clinic, basée à Lisbonne, au Portugal, et fondée il y a 20 ans. Il est un défenseur passionné des soins dentaires de haute qualité, et sa carrière a donc été axée sur la restauration du sourire avec son équipe interdisciplinaire, en utilisant des technologies, des logiciels et des matériaux de pointe, selon un sens aigu de l'éthique et dans la recherche d'une invasion minimale pour mieux protéger ses patients. C'est la raison pour laquelle il a créé la philosophie de traitement No Half Smiles et le principe de Slow Dentistry, qui visent tous deux à améliorer l'expérience du patient et la qualité globale des soins. Sur la base de sa formation en dentisterie implantaire, en esthétique et en occlusion fonctionnelle, le Dr Stanley a développé une approche d’odontologie cosmétique biologique avancée dans son travail qui intègre tout le champ d'action dentaire moderne. Il passe la plupart de son temps à gérer son équipe de longue date et à s'informer sur les nouvelles technologies dentaires.

Note de la rédaction : Cette interview fait partie d'une série demandant aux professionnels dentaires du monde entier de partager leurs expériences pendant la crise COVID-19. Elle a été publiée le 3 avril 2020 sur le site de Dental Tribune International.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International