Dental Tribune France

L’étude de 50 ans de littérature sur la parodontite révèle un lien évident

By Dental Tribune Internationale
March 17, 2020

AARHUS, Danemark : Si l'effet d'un régime alimentaire riche en sucre peut avoir sur les dents est bien documenté, celui qu'il peut avoir sur la santé parodontale n'a pas été aussi largement étudié. Récemment, des chercheurs du département d’Odontologie et de santé bucco-dentaire de l'Université d'Aarhus ont étudié 50 ans de données cliniques et de recherche et ont conclu qu'un régime alimentaire riche en sucre peut également favoriser les maladies parodontales.

La professeure Bente Nyvad, auteure principale, s'est adressée à Dental Tribune International : « J'ai eu l'idée de cette étude en lisant l'article de P Hujoel, qui a suscité mon intérêt et qui a été publié dans le Journal of Dental Research. Dans cet article, P Hujoel aborde la relation entre les glucides alimentaires et les maladies dentaires systémiques1 et fait la promotion des anciens articles de Cleave, « The saccharine disease »2 et de Yudkin, « Pure, white and deadly » 3. Notre nouvelle hypothèse s'est formée en intégrant toute la littérature pertinente existante dans un nouveau paradigme ».

La relation entre un régime alimentaire riche en sucre et les maladies parodontales semble assez évidente ; cependant, selon Bente Nyvad, la raison pour laquelle il a fallu tant de temps pour mener des recherches plus approfondies sur ce domaine peut être attribuée à plusieurs facteurs. Selon Be Nyvad : « Les chercheurs ont la mauvaise habitude de ne lire que la littérature qui se rapporte à leur domaine. Lorsqu'ils lisent quelque chose qui ne correspond pas à leur manière de penser, ils ont tendance à l'ignorer, peut-être parce que les nouvelles idées n'ont pas de sens pour eux. Dans notre cas, nous avons intégré la littérature plus ancienne dans un nouveau modèle après avoir effectué des analyses documentaires approfondies. Je viens du milieu de la cardiologie. Peut-être que cela m'a permis de m'écarter plus facilement des anciens concepts établis en parodontologie ».

Malgré le succès précoce des travaux de TL Cleave et de J Yudkin, les médecins ont peu de temps après transféré la responsabilité comme principal facteur causal des maladies inflammatoires des sucres alimentaires aux graisses. Selon Bente Nyvad, c'est peut-être l'une des raisons pour lesquelles la recherche a été largement oubliée. Selon ses dires : « Certaines personnes pensent que cela s'est produit à cause de la manipulation de l'industrie sucrière. Ce n'est que plus récemment que le curseur est revenu à une forte concentration sur les sucres facilement fermentescibles ».

Dans l'étude, Bente Nyvad a noté que, contrairement aux idées reçues, une consommation excessive de glucides fermentables pourrait contribuer à l'inflammation du tissu parodontal à la suite d'une hyperglycémie. Commentant cela, elle a déclaré que, depuis plus d'un demi-siècle, les dentistes ont appris que les bactéries sont la principale cause de gingivites et d'autres maladies parodontales. Toutefois, cette nouvelle étude montre qu'après une lecture critique de la littérature, il existe des preuves substantielles que les sucres alimentaires sont des facteurs modulateurs dans le développement des maladies parodontales.

Par exemple, S Baumgartner et al. ont démontré que l'élimination des sucres raffinés du « régime de l'âge de pierre » réduisait la gravité de l'inflammation gingivale sur une période de quatre semaines sans hygiène buccale.4 Nous avons également appris des études sur la gingivite expérimentale que les diabétiques de type 1 peuvent développer une réponse inflammatoire plus précoce et plus importante que les non-diabétiques à un défi bactérien comparable. Par conséquent, il y a de fortes indications que l'hyperglycémie est impliquée dans les processus de la maladie, bien que le mécanisme pathogène exact reste à clarifier.

Alors que l’odontologie se concentre de plus en plus sur la prévention, cette nouvelle étude est une raison de plus pour les dentistes d'expliquer clairement à leurs patients l'importance d'une alimentation équilibrée. Bente  Nyvad poursuit son discours : « Les maladies parodontales sont des maladies multifactorielles. Si les sucres alimentaires sont une cause importante, comme nous le suggérons, les dentistes devront inclure le contrôle du sucre comme mesure préventive pour combattre ces maladies à l'avenir. Jusqu'à présent, les dentistes ont principalement instruit leurs patients de pratiquer une meilleure hygiène bucco-dentaire pour soigner les maladies parodontales. Cela peut expliquer pourquoi certains patients n'ont pas toujours bien répondu au traitement ».

Bente Nyvad a conclu que la diminution de consommation de sucre n'est pas seulement bénéfique pour les dents, mais qu'elle pourrait également avoir un effet positif sur plusieurs maladies inflammatoires courantes dues au sucre, telles que le diabète, l'obésité et les maladies cardiovasculaires.

L'étude, intitulée « Integrated hypothesis of dental caries and periodontal diseases », a été publiée le 7 janvier 2020 dans le Journal of Oral Microbiology.

References

  1. Hujoel P. Dietary carbohydrates and dental-systemic diseases. J Dent Res. 2009 Jun;88(6):490–502. doi: 10.1177/0022034509337700.
  2. Cleave TL. The saccharine disease: conditions caused by the taking of refined carbohydrates, such as sugar and white flour. Bristol: Wright; 1974. 200 p.
  3. Yudkin J. Pure, white and deadly: the problem of sugar. London: Davis-Poynter; 1972. 164 p.
  4. Baumgartner S, 0Imfeld T, Schicht O, Rath C, Persson RE, Persson GR. The impact of the stone age diet on gingival conditions in the absence of oral hygiene. J Periodontol. 2009 May;80(5):759–68. doi: 10.1902/jop.2009.080376.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International