DT News - France - Le Parlement européen interdit les amalgames dentaires

Search Dental Tribune

Le Parlement européen interdit les amalgames dentaires

Après des années de réduction progressive et de restrictions strictes des amalgames, non seulement dans l'Union européenne mais dans le monde entier, le Parlement européen a interdit les amalgames. (Image : TANAPAT LEK.JIW/Shutterstock)

STRASBOURG, France : L’amalgame est le matériau de restauration de choix pour de nombreux dentistes. Cependant, sa popularité a lentement décliné ces dernières années, tout comme son utilisation, grâce à des réglementations gouvernementales strictes. Aujourd’hui, le Parlement européen a annoncé qu’il interdirait complètement les amalgames dentaires à partir du 1er janvier 2025. Cette nouvelle a choqué de nombreux professionnels et organisations dentaires, en particulier ceux qui ont beaucoup utilisé les amalgames.

L'utilisation d'amalgames dentaires, composés d'environ 50 % de mercure, contribue grandement à la pollution par le mercure et constitue une menace environnementale pour les écosystèmes. En raison des préoccupations croissantes en matière de santé liées à ce matériau, des réglementations strictes ont été imposées pour réduire progressivement l'utilisation des amalgames et garantir une élimination sûre dans les cabinets dentaires, conformément à la Convention de Minamata sur le mercure, qui est entrée en vigueur en 2017. En outre, l'utilisation de ce matériau pour traiter les femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que les enfants de moins de 15 ans, est interdite dans l'Union européenne (UE) depuis le 1er juillet 2018. Aux Philippines, les dentistes n'ont plus le droit d'utiliser l'amalgame comme matériau de restauration depuis l'année dernière.

Désillusion croissante des services dentaires au Royaume-Uni

L'interdiction affectera grandement les services dentaires britanniques, qui ont eu du mal à recruter et à conserver des professionnels de la santé dentaire ces dernières années. Selon la British Dental Association (BDA), l'amalgame est le matériau le plus couramment utilisé pour les obturations permanentes par le Service de santé national (National Health Service [NHS]). En outre, l'organisation a déclaré que les obturations représentent environ un quart de tous les traitements dispensés par le NHS en Angleterre et que l'amalgame est utilisé dans environ un tiers de toutes les procédures.

Compte tenu de sa grande utilisation, l'interdiction de l'amalgame par l'UE est amené à entraîner des problèmes dans la chaîne d'approvisionnement au Royaume-Uni. L'Irlande du Nord, qui compte proportionnellement le plus grand nombre de dents obturées, sera le pays le plus touché.

Bien que la BDA soit favorable à la réduction des amalgames, elle a déclaré que l'élimination rapide des amalgames dans les cabinets dentaires était irréalisable et non justifiable. Selon elle : « L'amalgame dentaire est utilisé et étudié de manière approfondie depuis 150ans en tant que matériau de restauration. Sa sécurité et sa durabilité sont bien établies et il reste le matériau le plus approprié pour toute une série de situations cliniques ».

Bien que d'autres solutions existent, elles sont beaucoup plus coûteuses et plus longues à mettre en place. Le Dr Eddie Crouch, président de la BDA, a déclaré dans un communiqué de presse : « Si les matériaux alternatifs ne sont pas compétitifs, cela ajoutera de nouveaux coûts et de nouvelles incertitudes à des pratiques déjà au bord du gouffre ». Selon lui, l'interdiction de l'amalgame signifierait la perte d'une arme essentielle dans le traitement des caries dentaires, et il a averti que cela pourrait être « la goutte d'eau qui fait déborder le vase de la dentisterie du NHS ».

Matériaux de restauration sans amalgame

Les alternatives à l'amalgame comprennent les matériaux à base de verre hybride et les ciments verre-ionomère à haute viscosité. Chaque alternative présente des avantages et des inconvénients uniques, et le choix dépend souvent des besoins spécifiques du patient, y compris des considérations esthétiques, des exigences de durabilité et des contraintes financières.

Le professeur Falk Schwendicke résume cette situation dans un article récent : « Il n'existe pas de matériau unique qui réponde à toutes les exigences d'un remplacement d'amalgame ; au contraire, une gamme de matériaux aux propriétés différentes est disponible, et les dentistes devront faire des choix éclairés pour déterminer quel matériau convient le mieux à telle ou telle indication ».

« L'ère de l'amalgame dentaire touche lentement à sa fin », conclut-il. Les percées dans le domaine de la technologie dentaire pourraient déboucher sur de nouveaux matériaux plus avancés pour les restaurations dentaires à l'avenir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

advertisement
advertisement