Une découverte génétique pourrait mener à des progrès dans les traitements dentaires

Search Dental Tribune

Une découverte génétique pourrait mener à des progrès dans les traitements dentaires

E-Newsletter

The latest news in dentistry free of charge.

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.
Gauche: dents de souris normales, les améloblastes produisent de l'émail, brillant en rouge. Droite: La dent avec le gène Ctip2 supprimé : très peu d'émail a pu se former. (DTI/ Photo OSU College of Pharmacy)
David Stauth, USA

David Stauth, USA

lun. 15 novembre 2010

save

Les chercheurs ont identifié le gène qui contrôle la production finale de l'émail dentaire, une avancée significative qui pourrait, quelque jour, conduire à la réparation de l'émail abîmé, un nouveau concept de prévention de la carie, la restauration ou encore la production de dents de remplacement.

Le gène, appelé Ctip2, est un " facteur de transcription" qui était déjà connu pour avoir plusieurs fonctions dans la réponse immunitaire et le développement de la peau et du système nerveux. Les scientifiques peuvent maintenant ajouter le développement des dents à cette liste.

"Il n'est pas inhabituel pour un gène d'avoir des fonctions multiples, mais avant cela, nous ne savions pas ce qui réglementait la production de l'émail dentaire", a déclaré Chrissa Kioussi, professeur adjoint au Collège de pharmacie à l'Oregon State University. "C'est le premier facteur de transcription jamais trouvé qui contrôle la formation et la maturation des améloblastes, qui sont les cellules qui génèrent l'émail."

Les chercheurs ont utilisé un modèle de souris de laboratoire, pour cette étude dans laquelle ce gène a été «assommé» et sa protéine absente. Ces souris manquent des systèmes de base biologiques et ne peuvent vivre après la naissance, mais elles permettent aux scientifiques d'étudier ce qui est là, et ce qui manque.

Dans ce cas, les souris avaient des dents rudimentaires, prêtes à pousser, mais il leur manquait une bonne couche d'émail et n'auraient jamais été fonctionnelles.

«L'émail est un des plus revêtements les plus résistants trouvé dans la nature, il a évolué pour donner aux carnivores les dents dures; de longue durée; dont ils avaient besoin pour survivre», a déclaré Kioussi.

Avec une compréhension de ses bases génétiques, il peut être possible d'utiliser des cellules souches de dents pour stimuler la croissance de nouvel émail. Certains groupes de recherche ont déjà réussi à faire évoluer les parties intérieures des dents, chez l'animal de laboratoire, mais ces dents n'ont pas de revêtements durs, les scientifiques n'ayant pas le matériel génétique qui fait de l'émail.

« Beaucoup de travail sera nécessaire pour transposer ceci aux applications humaines, mais cela devrait fonctionner. Cela pourrait être vraiment super, une nouvelle approche entière de la santé dentaire. »

Beaucoup de gens ont des problèmes avec l'émail dentaire abrasé, notamment les personnes qui fument, boivent et en particulier certains qui utilisent des drogues comme la méthamphétamine. Et la plupart des petits trous dans l'émail permettent à la carie de commencer.

Cette recherche a été financée par le National Institutes of Health and the OSU College of Pharmacy. L'étude a été une collaboration des scientifiques de l'OSU College of Pharmacy, des College of Science and College of Engineering, et de l'Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire, en France.

Contact info
David Stauth est écrivain scientifique à l'Oregon State University et peut être contacté par e-mail :
David.Stauth@oregonstate.edu

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

advertisement
advertisement