DT News - France - Encourager le partenariat public-privé dans les enquêtes médico-légales

Search Dental Tribune

Encourager le partenariat public-privé dans les enquêtes médico-légales

Le Dr Ashith B. Acharya examinant des radios. (DTI/Photo courtesy of S.D.M. College of Dental Sciences and Hospital, India)
Dental Tribune International

Dental Tribune International

lun. 3 janvier 2011

Enregistrer

Le Dr B. Ashith Acharya est un spécialiste international en médecine légale de l'Inde. En 2005, il a aidé à mettre en place le département d'Odontologie Légale au Collège des sciences dentaires et Hôpital du Dharwad qui a été récemment reconnu en tant que centre de premier recours pour les analyses médico-légales dentaires. Dental Tribune Asie-Pacifique a parlé avec lui des conséquences de cette décision et comment elle peut aider à établir cette spécialité en Inde.

Dental Tribune Asie-Pacifique: Votre département a récemment été reconnu comme centre national de premier recours pour la dentisterie légale. Quel impact cette décision a-t-elle eu sur votre département et odontologie médico-légale de en Inde en général ?

Dr Ashith Acharya: l'application de la loi en Inde a toujours été axée sur du personnel employé par le gouvernement et, par conséquent, les cas légaux dentaires sont généralement confiés à légistes des services médicaux dans les hôpitaux publics ou à des dentistes dans la fonction publique. Toutefois, ces professionnels n'ont pas souvent forcément suivi la formation nécessaire de base ou de l'expérience en odontostomatologie légale.

La reconnaissance de notre département établit un précédent pour la participation officielle des odontologistes légistes qualifiés travaillant dans le secteur privé à contribuer au traitement des dossiers dentaires légaux. Il est ainsi à espérer encourager le partenariat public-privé dans les enquêtes judiciaires à l'échelle nationale.

Vous avez fait pression depuis 2008 pour recevoir la reconnaissance par le gouvernement de Karnataka. Pourquoi a-t-il fallu si longtemps?

Afin de reconnaître le secteur privé et de permettre sa contribution à l'application des lois, le gouvernement a dû écouter un certain nombre d'opinions et effectuer des visites pour veiller à ce qu'un organisme privé comme le nôtre est suffisamment bien équipé pour faire face aux requêtes de la police.
Notre demande a été remise au ministère en Décembre 2008. Le ministre de l'Intérieur a alors sollicité l'avis du directeur général de la police et le ministère de l'éducation médicale, dont le directeur et le directeur adjoint ont rendu visite à mon collège et à mon département. Leur recommandation au ministère de l'Intérieur a finalement ouvert la voie à la reconnaissance de notre département en tant que centre de référence pour les cas judiciaires dentaires, en octobre.

L'Inde semble manquer d'experts en odontostomatologie légale en général. Pourquoi?

 

L'accent, davantage mis sur les praticiens dentaires et spécialistes cliniques en Inde, est peut-être en raison de la nécessité de prodiguer des soins de santé bucco-dentaire aux besoins de la vaste population indienne. Moins d'emphase peut donc avoir été mise sur les spécialités para-cliniques dentaires comme la dentisterie légale. Toutefois, cela évolue lentement et il y a eu une forte augmentation de l'intérêt pour ce domaine au cours de la dernière décennie.

Bien qu'aucun cours formel dans la spécialité ne soit encore proposé par les collèges dentaires en Inde, le Dental Council de l'Inde (DCI) reconnaît deux qualifications d'outre-mer en odontologie médico-légale : l'Université d'Adélaïde en Australie et l'Université de Cardiff au Royaume-Uni. Cela a ouvert la porte pour les Indiens d'obtenir une formation officielle à l'étranger et aider à appliquer ces connaissances au pays. La formation formelle pourrait bientôt commencer en Inde, augmentant le nombre d'experts en dentisterie légale.

Quelles sont les conséquences de ce manque de spécialistes de médecine légale?

 

Un inconvénient majeur est que la loi recueille souvent des opinions du personnel sans formation et inexpérimenté, qui peut ne pas avoir une connaissance approfondie de toutes les nuances du traitement des dossiers dentaires médico-légaux, y compris les méthodes de collecte des preuves, les techniques d'évaluation et le rapport écrit. Ce manque d'expertise a abouti à des preuves médico-légales dentaires ne sont pas utilisées d'une manière significative pour l'intérêt de la justice.

 

Combien de dentistes légistes seraient nécessaires pour répondre à la demande en Inde?

 

Il est difficile de prédire le nombre de médecins légistes dentaires effectivement nécessaire, mais certainement beaucoup plus que la poignée disponible aujourd'hui. Il y a 29 états et un certain nombre de territoires régis par le gouvernement fédéral en Inde et beaucoup d'entre eux sont plus grands en taille et en population que la plupart des pays d'Asie. Par conséquent, il y a certainement un besoin d'expérience et de formation de médecins légistes dentaires dans tout le pays. Je recommande qu'au moins un centre médico-légal dentaire soit établi dans chaque État.

 

Comment l'odontologie médico-légale est-elle enseignée en Inde?

En 2007, l'ICD a révisé le programme du premier cycle de Bachelor of Dental Surgery (BDS), qui comprenait l'enseignement de la dentisterie légale dans la troisième année du BDS, en vertu de pathologie buccale, et dans la quatrième année du BDS, en vertu de la médecine buccale et en radiologie. Cette inclusion dans deux grands sujets dentaires était destinée à assurer que la dentisterie légale serait enseignée dans les collèges dentaires, même en l'absence de légistes qualifiés. Les pathologistes et biologistes oraux peuvent couvrir des domaines de l'odontologie médico-légale en matière de biologie orale, par exemple, l'utilisation de l'histologie dentaire dans l'estimation de l'âge, l'application de la morphologie des dents dans d'identification du sexe et de la race et des traces de morsure. Les médecins et radiologues oraux sont également en mesure de couvrir des questions comme estimation de l'âge de radiographique ou la radiographie post-mortem.

Les programmes sont de 10 heures de cours et 20 heures de formation pratique dans les bases de l'odontostomatologie légale. Et, autant que je sache, la profondeur du sujet et le temps consacré pour son enseignement au niveau du premier cycle sont à égalité avec ceux, par exemple, en Australie ou en Malaisie.

Les nouvelles technologies numériques et l'identification ADN ont permis de mieux identifier les restes des victimes de crimes ou de catastrophes de masse. Comment pouvez-vous rester à jour avec les dernières avancées dans le domaine?

 

L'accès à toutes les grandes revues médico-légales et les grandes revues dentaires assure que la connaissance de l'Inde est à jour avec les tendances et pratiques actuelles. Au Dharwad, nous ne croyons pas seulement rester en contact avec les développements récents, mais aussi en contribuant au progrès en dentisterie. Une approche interministérielle et multi-spécialité pour la recherche en médecine dentaire légale et la publication d'une nouvelle méthode d'estimation de l'âge, un système innovant de marquage de la denture pour l'identification post-mortem, veille à ce que mon collège et mon département font partie de l'évolution de la spécialité.

 

Quelles sont les questions d'ordre général auxquelles vous, comme expert médico-légal, êtes confrontés? Il y a-t-il les dentistes nécessaires en Inde pour stocker les dossiers dentaires?

Les dentistes en Inde ne sont pas juridiquement qualifiés pour stocker des données, mais de nombreux dentistes font un effort pour archiver leurs dossiers des patients comme un principe de bonne pratique. Ceux-ci ont déjà contribué à l'identification dentaire post-mortem à plusieurs reprises. Ce qui sape systématiquement les interventions médico-légale dentaires en Inde, c'est le manque de sensibilisation parmi la population en général, ainsi que l'application des lois et le pouvoir judiciaire, que la dentisterie puisse contribuer aux enquêtes médico-légales.

Je crois qu'avec des efforts conjoints, nous pouvons sensibiliser toutes les parties prenantes et obtenir la reconnaissance que mérite la spécialité. Toutefois, ce ne sera possible que grâce au dévouement immense de tous les individus et organisations impliquées dans le domaine, tels que l'Association Indienne d' Odontologie légale. Cette organisation a été formée par des membres des différentes spécialités dentaires il y a 10 ans et organise des conférences nationales chaque année dans le but d'encourager l'intérêt pour la spécialité chez les dentistes et autres professionnels.


Que doit-il également, à votre avis, être effectué pour établir la dentisterie légale en Inde?

 

Un certain nombre d'initiatives doivent être entreprises afin d'établir une odontologie médico-légale dans le pays, y compris impliquer les dentistes ayant une expérience des interventions dans la spécialité pour faire partie de l'enquête médico-légale et des équipes d'identification. La législation sur l'utilisation obligatoire des méthodes de soins dentaires à l'identification post-mortem de routine et d'autres enquêtes médico-légales est également nécessaire, ainsi que des cours supérieurs formels et structurés dans le sujet. Les fonctionnaires de l'État à travers le pays devraient également inciter le développement de l'odontostomatologie légale stand-alone en centres avec du personnel à temps plein.

Merci beaucoup pour l'interview. DT

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

advertisement
advertisement