Dental Tribune France

La parodontite pourrait doubler les risques de déclin cognitif, selon une étude

By Dental Tribune International
August 18, 2020

MINNEAPOLIS, États-unis : Les scientifiques ont souvent établi un lien entre certaines formes de maladies parodontales et d'autres maladies inflammatoires, et une nouvelle étude suggère maintenant qu'une mauvaise santé bucco-dentaire peut également avoir un impact sur les fonctions cérébrales. Les résultats ont montré que la maladie parodontale, en particulier à un stade plus avancé, pourrait augmenter le risque de développer des troubles cognitifs légers et la démence plus tard dans la vie.

Selon les centres pour le contrôle et la prevention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention), environ 64,7 millions d'Américains âgés de 30 ans ou plus - le groupe d'âge qui représente la moitié de la population totale - souffrent de parodontite. Cette maladie a souvent été associée à l'arthrite, au diabète, au cancer et aux maladies cardiovasculaires. Au début de l'année, Dental Tribune International a fait part d’une étude qui suggérait que la parodontite pourrait être causée par un parasite, Entamoeba gingivalis, qui se nourrit des cellules du tissu gingival et finit par le détruire.

La présente étude s’est appuyé sur des échantillons provenant de l’étude ARIC (Atherosclerosis Risk in Communities) qui a suivi 8 275 sujets d'un âge moyen de 63 ans. Aucun des participants n'était atteint de démence au départ. Les chercheurs ont évalué les participants afin de déterminer s'ils souffraient de troubles cognitifs légers et de démence et ont effectué un examen parodontal complet qui comprenait la mesure de la profondeur de sondage parodontal, des saignements et de la récession. Ils ont ensuite établi des regroupements en fonction de la gravité et de l'étendue de leur maladie parodontale et du nombre de dents perdues (ou remplacées par des implants).

Au début de l'étude, 22 % des participants ne souffraient d’aucune maladie parodontale, 12 % avaient une maladie parodontale légère, 12 % une inflammation parodontale grave et 8 % avaient un faible degré de perte de dents. Certains des participants, 12 %, avaient une maladie parodontale au niveau des molaires, 11 % avaient une perte de dent sévère, 6 % avaient une maladie parodontale sévère et 20 % étaient complètement édentés. À la fin de l'étude, les chercheurs ont évalué 4 559 des 8 275 participants qui avaient été suivis pendant 18 ans en moyenne.

« Nous avons examiné la santé bucco-dentaire des participants sur une période de 20 ans et avons constaté que les personnes affectées par des maladies de gencives les plus graves au début de l’étude avaient environ deux fois plus de risques de souffrir d'un léger handicap cognitif ou de démence à la fin », a déclaré, dans un communiqué de presse, le Dr Ryan T. Demmer, co-auteur des recherches, professeur associé au département de santé communautaire et d'épidémiologie de l'école de santé publique de l'Université du Minnesota à Minneapolis. « Cependant, les personnes ayant une perte de dents minime et une légère maladie des gencives ne sont pas plus susceptibles de développer des problèmes de mémoire ou de démence que les personnes n'ayant pas de problèmes dentaires », a-t-il ajouté.

Les résultats ont montré que, dans l'ensemble, près d'un cinquième des participants, soit 1 569 personnes, ont développé des signes de démence au cours de l'étude. Parmi eux, 14 % des participants avaient des gencives saines et une dentition complète, 18 % avaient une maladie parodontale légère, 22 % avaient une maladie parodontale grave et 23 % étaient édentés.

Les participants édentés présentaient un risque environ deux fois plus élevé de troubles cognitifs légers et de démence que ceux ayant des gencives saines et une dentition complète, tandis que les participants atteints d'une maladie parodontale intermédiaire ou grave et n'ayant que quelques dents présentaient un risque 20 % plus élevé de déclin cognitif par rapport au groupe sain. Les risques ont été évalués après que les chercheurs aient pris en compte d'autres facteurs susceptibles d'influer sur le risque de développer une démence, notamment le diabète, un taux de cholestérol sanguin élevé et le tabagisme.

« Une bonne hygiène dentaire est un moyen éprouvé de garder des dents et des gencives saines tout au long de votre vie. Notre étude ne prouve pas qu'une bouche en mauvaise santé provoque de la démence et montre seulement une association. Une étude plus approfondie est nécessaire pour démontrer le lien entre les microbes dans la bouche et la démence, et pour comprendre si le traitement des maladies des gencives peut prévenir la démence », a noté le Dr Demmer.

Les chercheurs ont averti qu’étant donné l’âge moyen de 63 ans des participants choisis, leur déclin cognitif pouvait avoir précédé la maladie parodontale et la perte des dents.

L'étude, intitulée « Periodontal disease and incident dementia: The Atherosclerosis Risk in Communities Study (ARIC)», a été publiée en ligne le 29 juillet 2020 dans le journal Neurology.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 10, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International