Dental Tribune France

Le statut parodontal peut jouer un rôle dans la gravité de la Covid-19

By Brendan Day, Dental Tribune International
November 09, 2020

LOS ANGELES, Etats-Unis : Le lien entre la maladie parodontale et les affections systémiques telles que les maladies cardiovasculaires est désormais bien établi dans la littérature scientifique. Une nouvelle étude a suggéré que la maladie parodontale non traitée pourrait être indirectement en relation à l'intensité des complications liées à la Covid-19, soulignant la nécessité d'une bonne santé bucco-dentaire en ces temps difficiles.

Une étude récente menée dans la ville allemande de Munich a révélé que des niveaux élevés d'interleukine-6 (IL-6), une cytokine pro-inflammatoire, agissent comme un puissant indicateur de l'insuffisance respiratoire et du besoin éventuel de ventilation mécanique chez les patients qui avaient été hospitalisés pour une contamination à la Covid-19. En l'absence de traitement, les maladies parodontales entraînent souvent une augmentation de cette cytokine pro-inflammatoire. Selon le Dr Shervin Molayem, parodontiste basé à Los Angeles et co-auteur de la revue, il n'est donc « pas exagéré de conclure que la maladie parodontale peut augmenter le risque de complications respiratoires chez les patients Covid-19 ». Inversement, la réduction des niveaux d'IL-6 peut potentiellement réduire la probabilité de survenue de ces complications, a-t-il ajouté.

« D'après la littérature existante, nous savons qu'en effectuant simplement une procédure de détartrage et de surfaçage radiculaire sur un patient atteint d'une maladie parodontale, nous pouvons réduire les niveaux d'IL-6 de 3 pg/ml en moyenne », a déclaré le Dr Molayem à Dental Tribune International.

L'hygiène bucco-dentaire est en corrélation avec une réduction des complications

Comme l'a rapporté DTI en juin dernier, une étude publiée dans le British Dental Journal a souligné l'importance d'une meilleure hygiène bucco-dentaire lors d'une infection Covid-19, car elle peut réduire la charge bactérienne dans la bouche et le risque associé de surinfection bactérienne. Les patients signalés comme ayant un cas grave de cette pathologie ont été associés à des niveaux plus élevés de marqueurs inflammatoires et de bactéries, ce qui a conduit les auteurs de l'étude à conclure qu'une mauvaise hygiène bucco-dentaire peut être un facteur de risque de complications de la maladie Covid-19.

Selon le Dr Molayem, les praticiens dentaires devraient donc encourager leurs patients à consulter et suivre un traitement parodontal et d'autres formes de soins spécialisés, à condition qu'ils pratiquent un contrôle approprié des infections.

« Bien qu'il puisse sembler évident que la bouche est partie intégrante du corps et que les bactéries buccales peuvent avoir des effets négatifs sur d'autres organes, le fait de retarder un traitement dentaire sous-estime l'interconnexion entre la bouche et le corps », a-t-il noté. Le Dr Molayem a ajouté que la réalisation d'un test sérologique permettait de mesurer rapidement et facilement les niveaux d'IL-6 d'un patient pour s'assurer qu'ils sont dans les limites normales.

L'étude intitulée « The mouth–COVID connection: Il-6 levels in periodontal disease—potential role in COVID-19-related respiratory complications, », a été publiée dans le numéro d'octobre 2020 du Journal of the California Dental Association.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Issues
E-paper

DT France No. 11, 2020

Open PDF Open E-paper All E-papers

© 2020 - All rights reserved - Dental Tribune International