Un chewing-gum pourrait piéger le SARS-CoV-2 et réduire sa transmission

E-Newsletter

The latest news in dentistry free of charge.

I agree(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
Des chercheurs de l’école dentaire de l'Université de Pennsylvanie ont produit un chewing-gum enrichi en protéine ACE2 et espèrent que ce chewing-gum pourrait être utilisé pour réduire la transmission du SARS-CoV-2. (Image : Dobrynin Maxim/Shutterstock)
Jeremy Booth, Dental Tribune International

By Jeremy Booth, Dental Tribune International

lun.. 3. janvier 2022

save

PHILADELPHIE, ÉTATS-UNIS : Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont développé un chewing-gum contenant des protéines de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) susceptible d’éliminer le SARS-CoV-2 dans la cavité buccale. Le chewing-gum, s’il s’avère sûr et efficace, pourrait rejoindre les masques et autres mesures barrières en tant que solution abordable permettant de réduire les risques de transmission.

L'étude visait à faire progresser le nouveau concept de « piéger » le virus dans la cavité buccale en utilisant un chewing-gum contenant des ACE2 de qualité clinique. L’équipe a cultivé des ACE2 dans des plantes, associé à un autre composé qui permet à la protéine de traverser les barrières muqueuses et facilite la liaison, et a incorporé le matériel végétal résultant dans des comprimés de gomme aromatisés à la cannelle.

Lors d'une série de tests, les chercheurs ont constaté que la protéine ACE2 neutralisait le SARS-CoV-2, que la gomme empêchait largement les particules virales de pénétrer dans les cellules et que les niveaux d'ARN viral dans les échantillons de salive infectés par le SARS-CoV-2 diminuaient si fortement lorsqu'ils étaient exposés à la gomme, qu'ils étaient presque indétectables.

L'étude a été menée par le Dr Henry Daniell, professeur W.D. Miller au département des sciences fondamentales et translationnelles de l'école de dentaire de l'université de Pennsylvanie. Le Dr Daniell a fait un commentaire dans la publication universitaire Penn Today : « Le SARS-CoV-2 se réplique dans les glandes salivaires, et nous savons que lorsqu'une personne infectée éternue, tousse ou parle, une partie de ce virus peut être expulsée et atteindre d'autres personnes. » Il a ajouté que ce chewing-gum « offre la possibilité de neutraliser le virus dans la salive, ce qui nous donne un moyen simple de réduire éventuellement une source de transmission de la maladie. »

« Nous utilisons déjà des masques et d'autres barrières physiques pour réduire les risques de transmission », a commenté le Dr Daniell, ajoutant : « Ce chewing-gum pourrait être utilisé comme un outil supplémentaire dans cette lutte ».

Le co-auteur, le Dr Ronald Collman, professeur à la Perelman School of Medicine de l'Université de Pennsylvanie, a déclaré que l'approche du Dr Daniell pour fabriquer la protéine végétale à usage oral était « peu coûteuse, espérons-le, évolutive et vraiment intelligente ».

Selon Penn Today, les chercheurs demandent maintenant l'autorisation d'évaluer le chewing-gum chez les personnes infectées par le SARS-CoV-2.

Le Dr Daniell avait déjà mené des projets de recherche impliquant la protéine réceptrice ACE2 et le chewing-gum avant la pandémie. Il avait étudié la protéine ACE2 dans le contexte du traitement de l'hypertension - son laboratoire ayant cultivé la protéine - et travaillé à la mise au point d'un chewing-gum infusé de protéines végétales qui détruiraient la plaque dentaire.

L'étude, intitulée « Debulking SARS-CoV-2 in saliva using angiotensin converting enzyme 2 in chewing gum to decrease oral virus transmission and infection », a été publiée en ligne le 10 novembre 2021 dans Molecular Therapy.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *